Merci Merci:  81
Likes Likes:  0
Dislikes Dislikes:  0
Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affiche les résultats de 1 à 15 sur 43

Sujet : Le dictionnaire du satellite
Le problème de ce sujet a été résolu / Voir les messages utiles


  1. #1
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    Le dictionnaire du satellite

    Le dictionnaire du satellite

    ...............( A )...............

    A/V (Switching)
    Expression anglaise visant à définir le dispositif éléctronique qui permet à l'utilisateur de raccorder plusieurs sources Audio/Vidéo et de les sélectionner. On peut la traduire par sélecteur Audio/Vidéo. Désigne l'entrée qui permet de raccorder une source externe au téléviseur.

    AAC
    L'AAC (Advanced Audio Coding) est un algorithme de compression développé par un consortium au sein duquel se retrouvent l'institut Fraunhofer (le père du MP3), Sony ou encore Dolby. Effectivement, l'AAC est sans aucun doute le format d'algorithme de compression le plus efficace. Contrairement au MP3 et au WMA, il ne s'appuie pas sur le MPEG-1 mais sur le MPEG-4 (format à l'origine du DivX). Ce choix semble avoir porté ses fruits puisque cela lui permet de disposer d'un meilleur compromis entre le taux de compression et la qualité sonore. Ainsi en AAC, on obtient l'équivalent d'une qualité CD audio avec un débit de seulement 96 kbps. À cela s'ajoute, comme pour le WMA, des propriétés de gestion des droits d'auteur (DRM) et la possibilité de gérer des sons sur 48 canaux différents, ce qui le rend apte à encoder des DVD audio ou vidéo en conservant la spatialisation sonore d'origine (les six canaux du Dolby Digital par exemple), bien que cette possibilité ne soit pour l'heure pas vraiment exploitée.

    AC 3
    Standard audio pour 5.1 canaux approuvé pour la télévision numérique . AC-3 offre une qualité audio numérique de qualité avec un débit de 384 kbt/s : il fournit cinq canaux de pleine largeur de bande: Gauche, Droite, Centre, Arrière (ou côté) gauche, Arrière (ou côté) droit, plus un caisson d'extrêmes graves, LFE, (effets de basse fréquence), pour un total de 5.1 canaux. AC-3 est un membre de la famille de systèmes de son développés par Dolby Labs.

    Accès (conditionnel)
    A un programme, une chaîne ou un bouquet. Possibilité de voir un événement de chaînes, en payant le prix nécessaire à leur décryptage. Il est souvent limité aux habitants d'un pays ou d'un ensemble de pays. Le contrôle d’accès ou accès conditionnel (Conditional Access) est toute mesure techniqueet/ou dispositif qui fait dépendre l’accès à un service protégé et sous une formecompréhensible, d’une autorisation individuelle préalable. A cette fin, le flux de données estcrypté du côté de l’émetteur, opération qui peut se présenter à différents niveaux. C’est d’une part tout le flux de données transport qui peut être crypté, mais le cryptage peut aussi se faire au niveau du Packeted Elementary Stream. Les récepteurs numériques doiventcontenir des données spéciales de contrôle pour le décryptage. La notion de système CA(CAS) ne caractérise pas seulement la procédure technique du cryptage en tant que tel,mais aussi les services administratifs liés à l’accès conditionnel, à savoir la réception desdemandes des abonnés, la gestion des abonnements ainsi que le contrôle de l’autorisation.

    ADR
    Astra Digital Radio : système de transmission de radios numériques, diffusées en sous-porteuses audio des programmes analogiques. Ce système a été développé par Astra. La réception de ces radios s'effectue à l'aide d'un récepteur spécifique.

    ADSL
    (Anglais : Asymmetrical Digital Subscriber Line).(Français : Ligne asymétrique numérique) Technologie capable de transporter plusieurs mégabits par seconde sur les deux fils de cuivre du téléphone. Les données peuvent être transmises jusqu'à 8 Mbits/s en téléchargement. En France, France Telecom commercialise son offre de base avec un débit de 512 Kbps pour la réception des données et de 128 Kbps pour l'envoi. ADSL 2+ : Il s’agit d’une technologie DSL, passant donc par la ligne téléphonique, qui permet d’atteindre des débits de l’ordre de 25 Mbits/s en réception et 1 Mbits/s en émission. La distance entre votre prise et le répartiteur est déterminante : il faut en effet être situé à moins de 2 kilomètres pour pouvoir profiter de cette nouvelle technologie.

    AES/EBU
    Désigne un mode de transmission électrique. C'est une excellente liaison numérique que l'on ne trouve généralement que sur des appareils (sources, processeurs et convertisseurs) de très haut de gamme. Les signaux audio sous forme numérique, quand ils ne sont pas compressés, sont transmis sous forme de flux binaire continu (par opposition à une transmission par paquets) entre deux équipements. Afin de faciliter l'interconnexion des équipements, plusieurs organismes de normalisation et de standardisation ont préconisé divers formats de transfert des flux numériques de données audio. Parmi ces organismes de normalisation, on trouve notamment : l’ Audio Engineering Society (AES) et l’ European Broadcasting Union (EBU ou Union européenne de radio-télévision : UER). Le standard dit AES/EBU qui correspond à une interface audionumérique à deux canaux. Cette interface est monodirectionnelle ; elle définit une liaison entre un émetteur et un récepteur. Sa version symétrique (au sens électrique) utilise une paire de conducteurs : elle correspond au standard AES3. Une variante de ce standard porte le numéro « AES-3id » ; elle correspond au même type de liaison, mais sur câble coaxial, et donc non symétrique. Cette variante concerne essentiellement le contexte de la télédiffusion. Dans le même contexte, le signal audio est naturellement véhiculé conjointement au signal vidéo.

    AFC
    Voir CAF

    Algorithme de compression audio
    Il faut en premier lieu rappeler qu'un CD audio exploite des données non compressées. La musique est numérisée sur sa surface au rythme de 44100 échantillons par secondes, chacun de ces échantillons étant codé sur 16 bits (2 octets) et en stéréo. Cela donne un total de 176 ko pour une seconde de musique, ou environ 10 Mo pour une minute. Même si le haut débit est de mise chez un nombre croissant d'internautes, les sites vendant de la musique en téléchargement ne peuvent se permettre de proposer des chansons de quatre minutes de 40 Mo. Les formats de compression permettent de diviser cette quantité de données par un facteur variant de 8 à 15, avec une perte de qualité minime, voire nulle. Tous ces algorithmes de compression fonctionnent sur le même principe : éliminer les fréquences que l'oreille humaine ne perçoit pas du tout, ou très peu, et niveler les fréquences proches les unes des autres à des valeurs identiques de façon à accroître la compression. Ce sont des algorithmes dits "destructifs". Autrement dit, la conversion d'un fichier audio compressé à partir d'un CD audio à nouveau en format CD audio, les données résultantes ne seront pas les mêmes que celles du fichier originel. Selon les formats et les besoins, la compression pourra être plus ou moins importante. Elle est définie par ce que l'on appelle le débit, c'est-à-dire le flux d'informations par seconde de musique. Il peut osciller de 32 kbps (kilobits par seconde) à 320 kbps.

    Alimentation
    Partie d'un récepteur ou de tout autre appareil qui permet de fournir du courant indispensable au fonctionnement de celui-ci.

    Amos
    Non du satellite exploité par Israël, à 4° Ouest et qui dessert, pour l'Europe, particulièrement la Hongrie.

    Antenne parabolique
    Voir Parabole.

    Antenne plate
    Antenne utilisant une série de mini-capteurs sensibles, raccordés entre eux et disposés sur une surface plane et carrée. Plus discrète, elle est souvent plus onéreuse que la parabolique.

    AOR
    Abréviation anglaise d'Atlantic Ocean Region, qui désigne une des zones de couverture des satellites Intelsat, sur la région de l'Atlantique-Nord.

    Arabsat
    Organisation arabe de télécommunication par satellite dont le siège est à Riyad en Arabie Saoudite. Elle exploite actuellement trois satellites, Arabast 2A à 26° Est, dont les programmes sont diffusés en bande C et KU, Arabesat 2B à 31° Est, diffusant en bande C, et le petit dernier Arabsat 3A, en bande KU.

    Artefacts
    Effets visibles indésirables dans l'image produits par des erreurs dans le traitement du signal vidéo numérique ou par des interférences/bruits dans les circuits analogiques. Les artefacts les plus communs dans les images analogiques sont les traînées sur les bords et les images fantômes tandis que bruit, ombres bouchées et effet de halo se retrouvent dans les images numériques.

    Astra
    Nom des satellites exploités par la SES (Société Européenne des satellites), dont le siège est à Betzdorf, au Luxembourg. Pas moins de huit satellites sont actuellement "copositionnés" à 19,2° Est, alliant diffusion analogique et numérique. La SES exploite une deuxième position orbitale à 28,2° Est, pour le marché britannique.

    ATM
    Abréviation de l'expression anglaise Asynchronous Transfert Mode. Protocole de communication à haute vitesse, crée pour le transport de données et d'informations multimédia (image vidéo, son).

    Atténuation
    Exprimée en décibels (dB), c'est l'inverse du gain, l'opposé du rapport entre la grandeur d'entrée (tension ou courant) et celle de sortie dans un montage éléctronique, soit la mesure d'affaiblissement d'un signal.

    Auto-Focus (ou Auto-Tracking)
    Expression d'origine anglaise. Dispositif permettant à une antenne de rester pointée automatiquement sur un satellite, sans avoir à opérer de réglages successifs et d'ajustements, du fait du changement de position dans le ciel ou du mouvement éventuel de l'antenne. Les plus perfectionnées peuvent être utilisées à bord de navires ou de certains véhicules en déplacement. La traduction littérale serait "suivi automatique".

    Auto-Tuning
    Voir balayage.

    Autoroutes de l'information
    Concept consistant à confondre sur un même système de communication (câble ou satellite) toutes les transmissions d'images, de sons ou de textes. Les autoroutes de l'information sont destinées à permettre une interactivité permanente entre les émetteurs et les récepteurs.

    Azimut (AZ)
    Donnée exprimée en degrés. Elle concerne la position d'un satellite par rapport au Sud, en partant du principe que le sud magnétique, repéré par le méridien 0, dit de Greenwich, représente 0°. Par extension, le terme s'applique à la monture d'antenne, permettant à la parabole de se déplacer dans les plans horizontaux (azimut) et verticaux (élévation ou site). Selon les régions, les réglages de ces paramètres varient.


    A SUIVRE DEMAIN ....( B )...

    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/


  2. #2
    DZSatien Habitué
    Inscrit
    Feb 2008
    Âge
    36
    Messages
    128
    Remerciement / J'aime
    super cool ton truc mec et interressant en plus
    merci continue
    saha aidkoum a tous !!!
    Starstat 1400D
    Un petit thanks ca fait pas de mal

  3. Merci baroudeur9, kaza, dady876 disent merci
  4. #3
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    ............( B )............


    B Mac
    Version, issue du système de diffusion de la famille Mac (Multiplexed Analogue Components), qui a été l'une des premières à être développée, avec le A et le C. Aujourd'hui, elle est utilisée pour les liaisons professionnelles entre les organismes de télévision Elle permet de véhiculer des signaux audio et vidéo de haute qualité. Aucune chaîne destinée au public n'utilise cette version du standard de diffusion Mac, par ailleurs en voie d'avandon, au profit du numérique.

    Baladodiffusion
    Le « Podcasting », ou comme le disent les canadiens la « Baladodiffusion » est l’utilisation des fichiers MP3 par les radios afin de mettre à disposition des auditeurs un moyen souple et de qualité pour écouter la radio en différé sur un ordinateur fixe ou portable ainsi que sur tous les baladeurs informatiques que sont les Ipod ou autres , capables de stocker des fichiers MP3.

    Balayage
    Auto-tuning ou scan en anglais. Dans le vocabulaire relatif aux récepteurs satellite, utilisé pour désigner le dispositif électronique, qui, lors de la recherche et de la mémorisation des canaux diffusés sur un satellite, permet de trouver automatiquement les principaux canaux captés, soit, sur un satellite, par balayage des fréquences, soit sur l'ensemble des satellites, par un balayage de l'arc des satellites, puis des fréquences de chacun des satellites.

    Balayage 100 Hz
    Technologie appliquée aux tubes cathodiques permettant d'afficher 2 fois plus de trame, afin de supprimer le scintillement de l'écran et diminuer la fatigue visuelle. Sur un téléviseur non équipé le balayage est de 50 Hz.

    Balayage entrelacé
    Méthode d'entrelacement des lignes qui balaye l'image en, (1 image=2 trames) utilisé par les standards TV (PAL,SECAM,NTSC) et certains formats TVHD. Le PAL/SECAM est équivalent à 625 lignes par images, ce qui est équivalent à 2 X312,5 lignes par trame. Le NTSC est équivalent à 525 lignes par image, ce qui est équivalent à 2 X 262,5 par trame. A l'inverse, les sources informatiques fonctionnent généralement en mode non entrelacé, c'est à dire en blayage progressif (1 image = 1 trame)

    Balayage progressif
    Analyse en une seule "passe" de toutes les lignes d'une image video dans leur ordre numérique croissant. Utilisé notamment pour les moniteurs informatiques, et sur les dernières générations de lecteur de DVD. Egalement appelé "Progressive Scan", Il s'oppose au balayage de type "entrelacé". voir "progressive scan"

    Balayage progressif et entrelacé
    Balayage progressif ou Progressive scan : signal vidéo dont toutes les lignes composant l'image sont affichées les unes à la suite des autres, de haut en bas et en un seul balayage. Ce signal vidéo, où les 480 lignes sont par conséquent affichées de façon non entrelacée* - autrement dit de façon progressive - est appelé "signal 480p" (p pour progressive). Il résulte de ce procédé une image dont la définition est purement et simplement doublée : la fréquence du signal vidéo passe alors de 15,5Khz à 31Khz, nécessitant l'utilisation, soit d'un téléviseur compatible Haute définition disposant d'entrées vidéo composante HD, soit un projecteur acceptant un doubleur de ligne. Pour sortir un tel signal vidéo progressif d'un lecteur de DVD, il est nécessaire d'utiliser sa sortie vidéo composante, autrement appelée Y/U/V. Aux Etats-Unis, les deux systèmes 720 p et 1080i de vidéo haute définition ont été retenus, ce dernier étant plutôt destiné à la réception satellite. En Europe avec la chaîne Euro 1080 c'est le balayage 1080 i qui a été retenu. Le balayage progressif accroît la précision de la vidéo puisque chaque image s'affiche d'un coup avec toutes ses lignes. On obtient une image plus précise mais qui occasionne de légères saccades lors de mouvements de caméras trop brusques. En progressif, l'image est donc moins fluide. Pour signaler le mode progressif, les techniciens ajoutent la lettre "p" après le nombre de lignes.
    Pour la haute définition, on utilise aujourd'hui deux standards :
    • 720p : désigne 1280x720 pixels en balayage progressif
    • 1080i : désigne 1920x1080 pixels en balayage entrelacé


    Balayage progressif


    Balayage entrelacé

    Bande C
    Gamme de fréquences comprises entre 3,7 et 4,2 GHz. La puissance d'émission, qui lui est généralement associée, est relativement faible, en comparaison avec la bande KU par exemple. Elle nécessite donc des paraboles de grande taille pour sa réception et est particulièrement développée en Afrique.

    Bande DBS
    Gamme de fréquences comprises entre 11,7 et 12,5 GHz, subdivision de la bande KU. Elle complète les bandes FSS et Télécom.

    Bande de base
    Combinaison du signal vidéocomposite et des signaux audio en un seul signal, brut, obtenu après démodulation et avant correction. Le signal bande de base est délivré sur une sortie spécifique du récepteur satellite, afin de répondre aux nécessités de certains types de décodeurs ou décrypteurs.

    Bande ECS
    Désigne à tort une subdivision de la bande KU couvrant les fréquences 10,95 à 11,7 GHz, première portion utilisée en Europe pour la télévision et la radio par satellite.

    Bande FSS
    Gamme de fréquences comprises entre 10,7 à 11,7 GHz. Elle est une subdivision de la bande KU. Elle complète la bande DBS et la bande Télécom.

    Bande Intermédiaire Satellite (BIS)
    Gamme de fréquences exploitée par le tuner satellite, après conversion par le LNB, allant de 950 à 2050, voire 2150 MHz. La BIS est souvent utilisée dans la réception collective. On parle alors de Fréquence intermédiaire ou FI (IF en anlais). Comment calculer la fréquence d'entrée du tuner satellite ( BIS), exprimée en Mhz ( en général de 950 Mhz à 2150 MHz) à partir d'une fréquence de diffusion satellite exprimée en Ghz ? Il est indispensable de connaître la fréquence exacte de l'oscillateur local du convertisseur utilisé. Par exemple si il s'agit d'un convertisseur universel en bande Ku, il y a deux fréquences pour les deux oscillateurs locaux utilisés : un pour la bande KU "basse" à 9,750 Ghz, et l'autre pour la bande Ku "haute" à 10,600 Ghz. Connaissant la fréquence d'émission satellite, celle qui est publiés dans nos "tableaux des satellites", il suffit de soustraire de cette fréquence ( ex : 11,778 Ghz, pour Planéte sur Astra) , la fréquence de l'oscillateur local utilisé pour la bande "haute" ( ex : 10,600 Ghz) et de supprimer la virgule...
    11,778 GHz- 10,600 GHz = 1,178 GHz = 1178 MHz

    Bande K
    Gamme de fréquences comprenant plusieurs bandes, dont la bande KU et la bande KA.

    Bande KA
    Gamme de fréquences notamment utilisée pour la transmission de données. Elle doit par exemple être exploitée à cette fin par Astra (20-30 GHz), car elle permet la voie de retour.

    Bande KU
    Gamme utilisée pour la télévision et la radio. Dans ce domaine, elle s'étend de 10,70 à 12,75 GHz. Cette bande est la plus répandue en Europe, du fait de la petite taille des paraboles nécesaires à sa réception. Elle se subdivise en sous-bandes, Télécom, DBS et autres appellations. On parle plus généralement aujourd'hui de bandes basses (10,70 à 11,70 GHz) et haute (11,70 à 12,75 GHz).

    Bande L
    Gamme de fréquences ,entre 1,452 et 1,492 GHz, notamment utilisée pour les communications mobiles . Son application comprend outre la radio numérique (DAB), la diffusion MMDS.

    Bande passante
    Voir largeur de bande.

    Bande passante audio
    La bande passante audio est la plage des fréquences utilisées par l'information sonore. Une information est qualifiée de hi-fi lorsqu'elle utilise l'intégralité des fréquences sonores de 20 Hertz à 20000 Hertz. La bande passante utilisée par le canal Surround codé dans les pistes stéréo en Dolby Surround n'est pas hi-fi. En effet elle utilise une bande passante de 1000 Hertz à 7000 Hertz alors que celle utilisée par les canaux Surround en Dolby Digital ou DTS est hi-fi, utilisant une bande passante de 20 Hertz à 20000 Hertz. Un caisson de basses travaille généralement sur une bande passante allant de 20 Hertz à 200 Hertz.

    Bande passante vidéo
    Tout comme pour l'audio, la notion de définition vidéo peut aussi s'exprimer en fréquence: on parle de bande passante vidéo. Supposons que l'on veuille obtenir 300 points visibles le long d'une ligne: il faut pour cela allumer et éteindre 300 fois le spot le long de son parcours. Pour le standard PAL à 625 lignes et 25 images seconde, cela donne: 300*625*25 = 4687500 allumages-extinctions ou encore une fréquence de 4.7MHz. Pour le standard NTSC 525 lignes et 30 images secondes on obtient: 300*525*30 = 4725000 = 4.7MHz. On constate ainsi que les deux normes ont pratiquement la même bande passante. Cela tient à ce que les lignes sont de longueur très voisines et renouvelées à des fréquences très proches (respectivement 15625Hz et 15750Hz). Deuxième constatation: une image de définition moyenne demande une bande passante de près de 5MHz tandis que le son se contente de 20kHz. L'image video est donc très gourmande.

    Bande S
    Type de fréquence servant principalement pour les liaisons intercontinentales de télécommunications.

    Bande Télécom
    Gamme de fréquences, comprise entre 12,5 à 12,7 GHz. Elle est une subdivision de la bande KU. Elle se trouve dans la partie haute de la portion de bande utilisée en télévision et radio.

    Bande X
    Gamme réservée à un usage militaire (7-8 GHz).

    Bandwidth
    Voir Largeur de bande

    Base ou basique
    Voir Bouquet.

    Basse
    En référence à l'orbite de certains satellites. Elle est généralement circulaire. La position de ces satellites se situe à quelques centaines de kilomètres d'altitude. Ils sont normalement destinés à la téléphonie mobile.

    Beam
    Mot anglais pour faisceau.

    BER
    Abréviation de l'expression anglaise Bit Error Rate. Taux d'erreur mesuré à la réception d'une transmission numérique, indiquant le niveau d'atténuation et/ou de perturbation de la puissance du signal. Il mesure le nombre d'erreurs par données reçues. Sur mille données transmises par exemple, il peut y avoir une erreur. En moyenne, une mesure de la réception du signal au niveau de l'antenne procure un taux d'erreur de 10-5 (une erreur pour cent mille données transmises), voire 10-4 (une erreur pour dix mille informations envoyées). Pour obtenir un bon signal sur le récepteur, la mesure idéale est de 10-4, mais 10-3 (une erreur pour mille données transmises) est acceptable. La différence entre l'erreur mesurée à l'antenne et celle constatée au récepteur provient d'une atténuation normale et naturelle de la puissance du signal, due à la distance parcourue pour aller de l'une à l'autre. 10-3 est le seuil critique. Si, au récepteur, le taux d'erreur est supérieur (10-2 par exemple, soit une information érronée pour cent transmises), la réception est dégradée. C'est à cette valeur qu'apparaît le rond rouge sur le Mediasat de Canal par exemple, pour indiquer un défaut de réception. A 10-1 (une erreur pour dix informations transmises), c'est le carré rouge qui prend le relais. La cause des perturbations est multiple: mauvais pointage, accessoires inadaptés, etc.

    BF
    Basses fréquences. Par opposition à HF, qui concerne l'émission, la BF concerne des signaux non modulés. Les signaux sonores véhiculés par les câbles d'une chaîne Hi-Fi par exemple, sont dits BF, de 20 à 20 000 Hz.

    Bird
    Mot anglais désignant familièrement un satellite. Le terme a été repris pour qualifier la nouvelle génération de satellites Eutelsat, Hot Bird.

    BIS
    Voir Bande Intermédiaire Satellite (BIS).

    BISS
    Basic Interoperable Scrambling System ( BISS) : Norme de cryptage profesionelle

    Bitrate
    Voir Débit binaire.

    BNC
    (Bayonnet Nut Connect) Connecteur avec écrou à baïonnette.

    Boucle Locale
    La boucle locale est la partie de la ligne téléphonique (paires de cuivre) allant du répartiteur de l'opérateur téléphonique jusqu'à la prise téléphonique de l'abonné. Physiquement, il s'agit de tous les câbles urbains que l'on peut voir dans les rues, des câbles souterrains et même de la paire de fils arrivant chez l'usager. En France, la boucle locale est la propriété de l'entreprise France Télécom. Jusqu'en 2004, tous les abonnés à un service de téléphonie fixe ou d'un accès à Internet de type ADSL devaient donc payer un abonnement à France Télécom, quel que soit leur opérateur. Mais désormais, les frais d'accès à la boucle locale peuvent être payés directement à France Télécom par l'opérateur de l'abonné dans les zones dites dégroupées : on parle alors de dégroupage total. La boucle locale n'est pas nécessairement physique: par exemple la Boucle Locale Radio (BLR) permet de relier par ondes hertziennes les clients. Sur l'ensemble du territoire français deux licences de BLR ont été attribuées, France Télécom étant exclu de cette attribution. Mais la frilosité des nouveaux opérateurs, qui préfèrent le dégroupage, moins couteux en investissements, n'a pas donné à cette technique le succés escompté.

    Bouquet
    On parle de package en anglais. En télévision, désigne un ensemble de chaînes, diffusées et commercialisées sous la même bannière et dans un même pays. Il se divise généralement en bouquet de base ou basique, premier niveau d'accession aux programmes, comportant une dizaine, voire une vingtaine de chaînes ou plus, et d'options thématiques (ciména, sport, musique, etc.) ou de services (téléchargement, programmes à la carte, etc.) nécessitant un paiement supplémentaire.

    Bruit
    En audio-vidéo. Elément pertubateurs affectant la qualité du signal, lors de son transport. Leur variation est fonction des caractéristiques du matériel de réception et des conditions de transport. Ils se traduisent par du souffle et de la distorsion dans le son et un décrochage de l'image, de la neige et des coupures de chrominance. En numérique, ils se caractérisent par une pixelisation de l'imagen des coupures et une dégradation du son. Voir aussi facteur.


    A SUIVRE ( C )

    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  5. #4
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    C
    voir : bande C

    C-Mac
    Voir Mac.

    CAF
    Contrôle automatique de fréquence. En anglais, Automatique Frequency Control ou AFC. Procédé éléctronique qui verrouille la syntonisation d'une fréquence donnée et maintient en permanence l'accord d'un récepteur, afin d'éviter un décalage pouvant entraîner une réception perturbée.

    Cage de Faraday
    C'est une enceinte ou cage métallique qui permet d'isoler une portion d'espace contre l'influence des champs électriques extérieurs. A l'intérieur de la cage, le champ électrique est nul, même si des charges sont placées à l'extérieur ou si la cage est reliée à un générateur électrostatique. Une voiture à carrosserie métallique est une cage de Faraday qui protège ses occupants contre les dangers d'électrocution provenant d'un contact extérieur ou d'une décharge atmosphérique (foudre). Inversement si on introduit des charges à l'intérieur d'une cage de Faraday mise à la terre, le champ électrique à l'extérieur n'en sera pas perturbé. Inconvénient: les ondes radio (électro-magnétiques) ne traversent pas les cages de Faraday, ce qui empêche de faire fonctionner correctement, à l'intérieur d'une automobile, des récepteurs ou des émetteurs (auto-radios, téléphones portables). On utilise alors une antenne de toit.

    Canal
    Portion de bande précise, dans laquelle est transmis un signal spécifique. La largeur de bande d'un canal de télévision est par exemple de 6 MHz aux États-Unis et de 8 MHz en Europe sur le câble et en réception hertzienne. Sur les satellites, elle peut atteindre au total 27, voire 36 ou 72 MHz. À ne pas confondre avec chaîne ou répéteur.

    Carrier
    Mot anglais utilisé pour désigner une porteuse, c'est-à-dire un « véhicule » radioélectrique. Il s'agit de l'onde modulée, qui transporte des informations.

    Carrier to Noise ratio (C/N)
    Voir Rapport Signal/Bruit (S/B).

    Cassegrain
    Type d'antenne parabolique prime focus, munie de deux réflecteurs : un principal, le plus grand, et un secondaire. Il existe une variante en offset, dite grégorienne.

    CATV
    Community Antenna Television. Expression anglaise désignant une installation collective de réception satellite ou de télédistribution collective.

    CCIR et CCITT
    CCIR (Comité consultatif international des radiocommunications), CCITT (Comité consultatif international télégraphique et téléphonique). Organismes techniques de l'Union internationale des télécommunications (UIT). De nombreuses normes et standardisations utilisent ces sigles.

    Ceefax
    Voir Télétexte.

    Ceinture de Clarke
    C'est l'écrivain Arthur Clarke qui a donné son nom à ce terme astronomique et a déterminé mathématiquement les données de l'orbite géostationnaire, où les satellites paraissent immobiles vus de la Terre. Cette expression désigne donc l'espace géographique situé à environ 36 000 km d'altitude (35 981 km exactement), où est positionné l'ensemble des satellites géostationnaires.

    CET
    Central European Time. La traduction littérale est heure d'Europe centrale. Elle se différencie en fait de l'heure britannique, basée sur le méridien de Greenwich, le méridien de référence pour les fuseaux horaires. En été, CET = GMT + 2 heures. En hiver, CET = GMT + 1 heure.

    Chrominance
    Chroma (C). Ensemble des signaux qui définissent les couleurs d'une image à partir des trois primaires le rouge, le vert et le bleu, par opposition à la luminance (Y) qui ne concerne que les informations relatives à l'image noire et blanc. Composante du signal vidéo, contenant les informations couleur qu'il est nécessaire d'ajouter à une image monochrome, pour obtenir une image en couleur. Dans la transmission du signal, la luminance et la chrominance peuvent être mélangées ou matricées, par exemple Pal, Sécam, NTSC…, ou transmises séparées, tel le D2 Mac. Des prises dites Y/C existent sur certains démodulateurs satellite ou magnétoscopes, qui restituent la luminance et la chrominance séparément pour assurer une meilleure fidélité vidéo.

    Cinch
    voir RCA.

    Cinéma chez soi
    Voir home theater.

    Circuit intégré
    Composant comprenant divers éléments sur un même support ou socle.

    Clair
    Se dit d'un signal audio ou vidéo qui n'est pas crypté, codé ou brouillé et dont la réception est à accès libre et autorisé.

    Clampé
    Provient de l'anglais clamp, qui signifie verrouiller. Se dit d'un signal aligné sur une référence donnée, ce qui, par exemple en vidéo, empêche les variations du niveau de noir.

    Clics
    Petits points noirs (sur fond clair) ou blancs (sur fond foncé) apparaissant sur l'image analogique, qui résultent de la mauvaise qualité du signal en réception. Ils peuvent apparaître ponctuellement par exemple en cas de fortes pluies ou de neige. Sur certains satellites ou sur certains canaux d'un même satellite, ces clics peuvent apparaître ou être permanents, en fonction du niveau du signal émis.

    Coaxial
    Utilisé dans l'expression câble coaxial. Il est composé d'un fil conducteur principal et central isolé (point chaud), d'une tresse, ou blindage, également conductrice (masse), qui forme une gaine pour le premier conducteur et qui est protégée par un isolant. Ce câble est utilisé pour transmettre des signaux hautes fréquences. Il relie la parabole au démodulateur et ressemble à du câble d'antenne traditionnel, mais est bien plus performant que ce dernier. L'impédance du coaxial satellite est généralement de 75 ohms.

    Codage
    Ou Encodage. Action d'appliquer un code, pour transformer des informations électroniques, en vue de faciliter leur traitement ou leur transmission. Le codage peut être analogique ou numérique. Par exemple, le Mac et le Mpeg sont des procédés de codages. À ne pas confondre avec le contrôle d'accès, cryptage ou brouillage.

    Code secret
    Code généralement à quatre chiffres, utilisé sur certains récepteurs pour limiter l'accès à des menus particuliers de contrôle ou de configuration.

    COFDM
    COFDM = Coded Orthogonal Frequency Division Multiplex. COFDM est un procédé de modulation numérique des signaux qui associe l'OFDM (Orthogonal Frequency Division Multiplexing) et un codage de canal. Le principe de l'OFDM consiste à diviser le canal en sous-canaux et à effectuer une transmission sur chacun d'eux. Cette méthode permet de corriger des multitrajets longs mais ne suffit pas si ces multitrajets sont forts, certaines fréquences (donc certains sous-canaux) peuvent alors être très fortement atténués. Si en plus le récepteur est fixe, comme c'est le cas par exemple pour la télévision terrestre, ces interférences vont se prolonger rendant impossible l'utilisation des sous-canaux concernés.Afin de résoudre ce problème, COFDM utilise un codage correcteur d'erreur associé à un entrelacement entre fréquences. On parvient ainsi à se rapprocher des performances d'un canal sans écho. Cette méthode est employée notamment par la norme DVB-T utilisée en France pour la Télévision numérique terrestre.

    Composantes ( signal en )
    En vidéo, éléments du signal. Dans la transmission en composantes, les signaux RVB ou la luminance (Y) et chrominance (C) sont véhiculés séparément.Dans le signal en composantes, la luminance, Y et la chrominance, C sont séparés. De plus la chrominance est elle re-séparée, codée en deux signaux distincts U et V. Le signal composante est donc dénommé YUV ou encore Y B-Y C-Y. Il circule dans trois câbles séparés et utilise une connectique Cinch ou BNC. YUV : Autre dénomination utilisée pour le signal composante. Y B-Y C-Y : Autre dénomination utilisée pour le signal composante.

    Composite
    En vidéo, signal qui regroupe les composantes.

    Compression
    Procédé électronique permettant de limiter certains paramètres d’un signal. En mode audio analogique et particulièrement pour la stéréo, les sous-porteuses sont souvent soumises à ce type de traitement, afin de limiter l’excursion, c’est-à-dire la place occupée sur une porteuse. Cette compression est parfois complémentaire d’un autre traitement électronique, comme la préaccentuation.

    Compression statistique
    Procédé permettant de répartir à l'intérieur d'un même débit la quantité d'informations allouées à chaque chaîne. Ainsi, ce débit variable, pour chaque chaîne, en fonction de ses besoins, permet d'accroître de 30 % la qualité ou la quantité d'informations des canaux. Le procédé d'optimisation des débits passe donc par une réduction du volume de bits normalement utilisés pour la transmission des différents signaux, habituellement en débits fixes. Grâce à ce système, le débit s'adapte à la complexité de l'image. Après numérisation ou échantillonnage, on supprime ou on compacte les données inutiles ou les moins significatives du ou des signaux d'origine, redondantes ou non perceptibles à l'œil nu. Grâce à de savantes procédures de calcul, on peut parvenir à comprimer un signal jusqu'au centième de sa valeur d'origine, ce qui permet d'en diffuser un grand nombre, là où un seul pouvait être transmis. En télévision, et surtout par satellite, le procédé le plus utilisé est le Mpeg 2. Associé à la norme européenne de diffusion DVB, il permet de véhiculer jusqu'à 4, 6, 8, voire même 12 chaînes, là où une seule chaîne analogique occupait la fréquence auparavant. Avec la compression statistique ou dynamique, on peut accroître le nombre de chaînes ou améliorer la qualité des images, grâce à l'augmentation du débit alloué à chacune. En fait, la place occupée par une chaîne est optimisée. Chaque flux s'adaptera en fonction de ses besoins. Avec cette compression améliorée, à qualité identique, dix chaînes peuvent ainsi être transmises là où sept l'étaient auparavant sur un même répéteur. Ainsi, la capacité d'un seul satellite peut aller jusqu'à plusieurs centaines de chaînes de télévision et plus d'un millier de canaux audio.

    Connecteur F
    Voir Fiche F.

    Contre-polarisation
    Cross-polar en anglais. On désigne par contre-polarisation, la polarisation inverse de celle reçue. Si l'émission est en horizontal, elle ne doit pas être perturbée par une polarisation verticale adjacente. Ces perturbations ont des effets pervers au niveau de la table de corrélation d'erreurs et conduisent à une image défectueuse, qui peut se pixeliser, se figer ou disparaître complètement. Elles affectent aussi le son. Chaque antenne possède une valeur, exprimée en dB, qui indique la protection qu'elle procure contre la contre-polarisation. Ces problèmes rencontrés pourraient être surmontés, en améliorant le taux de compression et en augmentant la redondance de l'information. Voir FEC.

    Contrôle d'accès
    Système de cryptage mis en place volontairement, pour empêcher les personnes non autorisées d'accéder à certaines chaînes de télévision ou de radio. L'accès aux programmes cryptés s'effectue par abonnement, par commande préalable ou par achat instantané, bien souvent grâce à des cartes ou clés à puce (microprocesseur). Le contrôle d’accès ou accès conditionnel (Conditional Access) est toute mesure technique et/ou dispositif qui fait dépendre l’accès à un service protégé et sous une forme compréhensible, d’une autorisation individuelle préalable. A cette fin, le flux de données estcrypté du côté de l’émetteur, opération qui peut se présenter à différents niveaux. C’est d’une part tout le flux de données transport qui peut être crypté, mais le cryptage peut aussi se faire au niveau du Packeted Elementary Stream. Les récepteurs numériques doivent contenir des données spéciales de contrôle pour le décryptage. La notion de système CA(CAS) ne caractérise pas seulement la procédure technique du cryptage en tant que tel,mais aussi les services administratifs liés à l’accès conditionnel, à savoir la réception des demandes des abonnés, la gestion des abonnements ainsi que le contrôle de l’autorisation.

    Contrôle parental
    Permet aux adultes de contrôler, et éventuellement d'empêcher, l'accès de certains types de programmes à un auditoire sensible (enfants, adolescents...). Un programme sous contrôle ne peut être accessible qu'au moyen d'un code secret.

    Convertisseur de fréquence
    Rattaché à la parabole. LNA complété par un circuit électronique qui transforme une fréquence en une autre. Grâce à son oscillateur local, dont la fréquence varie selon les différents types, le convertisseur satellite transfère, dans la gamme allant de 950 à 2150 MHz, appelée BIS, directement exploitable par le tuner du récepteur, les signaux émis en GigaHertz par le satellite ( 10.7 à 12.75 GHz ). Il permet ainsi une plus grande souplesse de traitement et de transport. Il existe plusieurs types de convertisseurs qui sont à même de traiter les hyperfréquences (Full band, triple bande, Marconi, Universel…). Ils ont pour nom LNB ou LNC. LNA + LNC = LNB

    Copositionner
    Envoyer deux ou plusieurs satellites sur une même position orbitale, dans un espace représentant un cube d'environ 150 km de côté. Leur exploitation commerciale s'en trouve facilitée, car cela permet de recevoir avec une seule parabole les chaînes de plusieurs satellites et ainsi d'enrichir l'offre en programmes, sans avoir à opter pour un matériel plus complexe.

    Corotor
    Support permettant de relier trois têtes différentes pour la réception sur des paraboles de grande taille des bandes KU, C et S. Il est composé d'une source, d'un polariseur mécanique et d'un point de fixation.

    Coupleur
    Circuit ou connecteur, qui permet de véhiculer simultanément deux signaux radioélectriques sur un seul câble.

    Coupleur orthomode
    Voir orthomode.

    Couverture
    Footprint en anglais, qui signifie empreinte. Zone géographique couverte, ou arrosée, par le ou les signaux d'un satellite. La couverture d'exploitation dépend directement de la puissance d'émission du satellite, ainsi que de la direction et du type d'antenne d'émission. L'intensité du signal reçu au sol s'exprime en dBW. Théoriquement, plus la valeur en dBW est élevée, plus la réception est bonne. Les opérateurs de satellites établissent une cartographie pour illustrer les zones de couvertures satellitaires.

    CPRM
    CPRM et un système de protection contre la copie qui embrouille l’enregistrement des émissions dont une copie unique est autorisée. CPRM est l’abréviation de Content Protection for Recordable Media. Un appareil enregistreur "compatible CPRM", veut dire que vous pouvez enregistrer les émissions de télévision dont une copie unique est autorisée mais que vous ne pouvez pas effectuer une copie de l’enregistrement réalisé. Les enregistrements CPRM ne peuvent être gravés qu’en mode VR, sur des disques DVD-RW, compatibles CPRM. Les gravures sur DVD répondant aux caractéristiques du système CPRM ne sont lisibles que sur les appareils explicitement compatibles avec ce système CPRM.

    Cristaux liquides (écrans à)
    Les cristaux liquides sont des substances qui possèdent, dans un intervalle de températures, les propriétés optiques des cristaux mais la fluidité des liquides.Les molécules des cristaux liquides possèdent la propriété de s'orienter sous l'effet d'un champ électrique ou magnétique. On parle aussi de matrices pour les écrans à cristaux liquides : matrice active et matrice passive. Chaque pixel est commandé par un transistor dans les premières, tandis que dans les deuxièmes, le pixel est commandé par des fils. Les matrices actives ont un meilleur contraste et un angle de visibilité plus grand, mais coûtent plus cher car si un transistor est mauvais, tout est à jeter (il y a donc plus de déchet lors de la fabrication).

    CRT
    Sigle signifiant Cathodic Ray Tube. Il désigne le tube cathodique équipant les téléviseurs et les moniteurs informatiques. A l'intérieur du tube, un canon produit un faisceau d'électrons, lequel balaye une surface plane dans le but de produire une image.

    Cryptoworks
    Contrôle d'accès utilisé en numérique et développé par Philips.



    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  6. #5
    Nouveau
    Inscrit
    Nov 2007
    Messages
    14
    Remerciement / J'aime
    hello !!

    super ton dico,en existera t il une "integrale" a telecharger

    en tout cas,super merçi

    pat

  7. #6
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    ...............D...........
    D Mac
    Cousin du D2 Mac, avec un débit numérique accru. Ce procédé a été pratiquement abandonné, au profit du D2 Mac. Ce système était utilisé par exemple par BSB en 1989 sur le satellite Marco Polo. Certaines chaînes nordiques l'utilisent encore.

    D2 Mac
    Duobinary Digital-Multiplex Analog Components. Système de codage des signaux audio et vidéo utilisant la technique de multiplexage analogique des composants. Les paquets luminance chrominance et audio sont multiplexés. C'est le système Mac le plus utilisé encore aujourd'hui, même s'il est en voie d'abandon, notamment en France. Seul le marché nordique continue à l'exploiter de manière intensive avec le contrôle d'accès Eurocrypt.

    DAB
    DAB (Digital Audio Broadcasting). Système de radiodiffusion sonore permettant la diffusion d'une dizaine de programmes dans une bande de 1 MHz, en utilisant un très grand nombre d'ondes porteuses modulées par des signaux numériques. Permet une bonne protection contre les brouillages, une bonne qualité d'écoute et la transmission et l'affichage de différentes données messages de 32 caractères maximum (exemples : titre et interprète d'une chanson, liste des hôtels ou parkings de la ville, météo) ou images (pochette du disque diffusé, spot publicitaire, logo de la station). Des programmes à péage (avec carte à puces ou autres) sont possibles. Émetteurs : fréquence de 1,5 gigahertz (bande L), débit d'environ 200 kilobits par seconde. Contrairement à la FM, chaque opérateur ne dispose pas de sa propre fréquence : les émetteurs diffusent des " blocs " de 5 à 9 programmes, ce qui suppose une entente entre les opérateurs. Réception : récepteur fixe ou mobile nécessitant un modulateur, d'où un coût prévu élevé ; commercialisation depuis l'automne 1998. La norme européenne DAB née en 1991 dans le cadre du projet Eureka 147 (lancé 1986) a abouti à la plate-forme EuroDAB (conférence des fréquences de Wiesbaden en 1995) devenue internationale : WorldDAB en 1996. 3 bouquets autorisés par le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) diffusent sur Paris 16 programmes audionumériques. 1er semestre 1998 : démarrage des émissions en DAB sur Lyon, Marseille, Toulouse et Nantes. Début 1999 : Bordeaux, Grenoble, Nice, Lille, Strasbourg. Fin 1999 (prév.) : Havre, Rouen, Caen, Metz, Nancy, Lyon, Clermont-Ferrand, St-Etienne, Montpellier, Toulon, Tours, Orléans, Rennes et Brest. Auditeurs potentiels : (est. fin 1998) : 15 millions.

    DB
    Abréviation pour décibel.

    DBS
    Direct Broadcasting Satellite. Cette expression anglaise pourrait être traduite par satellite de télédiffusion directe. Elle concernait initialement les satellites utilisant, en bande KU, des tubes d'émission de très forte puissance, tels TDF, TV Sat, Hispasat et Tele X. DBS désigne aussi aujourd'hui la portion de bande KU comprise entre 11,7 et 12,5 GHz, et ce, quel que soit le type de satellite utilisé. On parle de bande DBS.

    DBW
    Voir couverture.

    Débit binaire
    En numérique, nombre de bits transmis par seconde. Mesure du nombre de bits décrivant chaque son dans un fichier audio. Un faible débit binaire génèrera des fichiers plus petits et de moins bonne qualité, tandis qu'un débit binaire élevé offrira une meilleure qualité et des fichiers plus volumineux. Le débit binaire standard est de 128 kbit/s.

    Débit descendant
    Il s'agit de la vitesse à laquelle votre ordinateur sera capable de recevoir des informations depuis internet. Les débits sont exprimés en "Mbits", 8 Mbits/s étant l'équivalent de 1 Mo/s. Avec une telle connexion, un fichier de 100 Mo se télécharge en 2 minutes. Un débit descendant élevé permet de télécharger rapidement des fichiers, de mieux profiter de la vidéo et de la musique sur internet. Et, d'une façon générale, de moins attendre.

    Débit montant
    Il s'agit de la vitesse à laquelle votre ordinateur sera capable d'envoyer des informations vers internet. Les débits sont exprimés en "Kbits", soit 1024 fois moins que le "Mbits" du débit descendant. Un débit montant élevé permet d'envoyer des fichiers rapidement, ou de mieux profiter de la vidéophonie (webcams interposées).

    Décibel
    Unité, de symbole dB, qui sert à exprimer le rapport de deux grandeurs de même nature dans une échelle logarithmique. On utilise cette unité pour exprimer les gains des amplificateurs (basse fréquence audio, vidéo et émetteurs), les atténuations, ou encore comparer et mesurer les puissances sonores ou la qualité de certains signaux analogiques. En satellite, il sert à exprimer la performance des convertisseurs pour la bande KU. Un bon convertisseur possède une température inférieure à 1 dB.

    Déclinaison
    Concerne initialement l'angle formé par la position d'un point et le plan équatorial. Par extension, ce terme désigne l'angle formé par l'axe polaire d'une monture et la surface réfléchissante d'une parabole.

    Décodeur
    Appareil restituant un signal d'origine tel qu'il est avant son encodage. Dans sa signification première, le décodeur concerne les standards de transmission, le Mac ou encore le Mpeg. Par extension, il désigne également les contrôles d'accès, Cryptoworks, Irdeto, Mediaguard, Viaccess, Eurocrypt, Videocrypt, Nagravision, etc. Il existe autant de types de décodeurs que de natures d'embrouillage.

    Dégroupage
    Il s’agit du dégroupage de la boucle locale : France Telecom, qui possède l’intégralité du réseau téléphonique, a pour obligation de louer aux opérations concurrents son réseau, de la prise téléphonique du client jusqu’au répartiteur (le NRA). L’opérateur historique doit également mettre à disposition dans ce répartiteur une salle spéciale ou les opérateurs concurrents pourront installer leur propre matériel, ce qui leur permet donc techniquement de contrôler le fonctionnement de la ligne. C’est la raison pour laquelle France Telecom ne peut résoudre un problème technique lié au dégroupage, sauf s’il est en rapport avec la boucle locale. Les fournisseurs d'accès ont ainsi les mains plus libres et proposent généralement des forfaits plus attrayants en zont dégroupées. Pour savoir si votre ligne est en zone dégroupée, vous pouvez utiliser le servide du site Degrouptest.com.

    Dégroupage total
    La paire de cuivre qui relie votre prise téléphonique au répartiteur permet d’accueillir 2 types de flux : des fréquences basses pour la téléphonie et des fréquences hautes pour l’accès ADSL. L’opérateur qui propose un accès dégroupé peut n’utiliser que la fréquence haute et laisser la basse à France Telecom : dans ce cas là, vous payez toujours votre abonnement téléphonique auprès de FT. Mais l’opérateur peut décider d’utiliser toutes les fréquences de la ligne et il y a alors dégroupage total : tout est géré par votre opérateur, il n’y a donc plus d’abonnement à payer auprès de France Telecom.

    Démodulateur
    Aussi appelé récepteur ou par extension tuner satellite. Cet appareil peut recevoir un signal modulé en hautes fréquences et le transformer en informations basses fréquences. En réception satellite, il permet l'obtention des signaux audio, vidéo et données véhiculés par une onde porteuse, afin de les restituer via les circuits du téléviseur, de la chaîne Hi-Fi, voire d'un ordinateur ou d'une console de jeux.

    Dérive
    Dans le jargon satellitaire, désigne le déplacement spatial d'un satellite par rapport à son orbite nominale, qui nécessite une correction de trajectoire par les contrôleurs au sol. Une dérive peut aller de quelques centaines de mètres (presque sans effets au sol) jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres. Un satellite géostationnaire peut dériver dans un cube de 150 km de côté sans conséquences notables pour la réception.

    Désaccentuation audio/vidéo
    De-emphasis en anglais. Procédé électronique de filtrage ayant pour objet, lors d'une transmission, d'obtenir un rapport signal/bruit le meilleur possible, en relevant le niveau de certaines fréquences. A l'émission, le signal doit être préaccentué selon certaines normes codifiées, telles que pour le son 50µs ou 75µs par exemple. Le récepteur utilisé doit intégrer ces normes pour la réception, afin de désaccentuer les signaux et ainsi de baisser le niveau des fréquences. En son, on cite aussi le J17 comme norme de désaccentuation. Ces normes sont incompatibles entre elles.

    Déviation
    Voir excursion vidéo.

    DHCP
    DHCP signifie Dynamic Host Configuration Protocol. Il s'agit d'un protocole qui permet à un ordinateur qui se connecte sur un réseau d'obtenir dynamiquement (c'est-à-dire sans intervention particulière) sa configuration (principalement, sa configuration réseau). Vous n'avez qu'à spécifier à l'ordinateur de se trouver une adresse IP tout seul par DHCP. Le but principal étant la simplification de l'administration d'un réseau. Le protocole DHCP sert principalement à distribuer des adresses IP sur un réseau, mais il a été conçu au départ comme complément au protocole BOOTP (Bootstrap Protocol) qui est utilisé par exemple lorsque l'on installe une machine à travers un réseau (BOOTP est utilisé en étroite collaboration avec un serveur TFTP sur lequel le client va trouver les fichiers à charger et à copier sur le disque dur). Un serveur DHCP peut renvoyer des paramètres BOOTP ou de configuration propres à un hôte donné.

    Digital
    Terme anglais utilisé pour numérique en français. On parle aussi improprement de digitalisation au lieu de numérisation et de digitaliseur.

    Discret
    Procédé d'embrouillage utilisé autrefois par Canal+ et encore aujourd'hui de temps en temps par la Rai (version 11 et 12).

    DiSEqC
    Protocole de standardisation des commandes et dialogues entre les différents éléments d'un système de réception satellite. Ce Digital Satellite Equipment Control (DiSEqC), que l'on pourrait traduire par contrôle numérique de l'équipement satellite, a été élaboré par Eutelsat. Son principe est fondé sur un bus informatique de communication véhiculé par le câble coaxial. Il peut remplir plusieurs fonctions, qui dépendant de la version utilisée : de la plus simple, mini-DiSEqC, pour commuter entre deux LNB, à la plus élaborée 2.1, pour une communication plus complexe. De nombreux récepteurs analogiques ou terminaux numériques sont équipés de ce protocole. Voici les niveaux principaux : Mini-DiSEqC ou Tone burst (= Impulsion de tonalité) = ensemble de commandes pour exécuter la commutation entre 2 têtes LNB au maximum. [En effet le "tone burst" est hors du standard DiSEqC, mais il est compatible avec DiSEqC 1.0]. DiSEqC 1.0 = ensemble de commandes pour exécuter la commutation parmi 4 têtes LNB au maximum. DiSEqC 1.1 = ensemble de commandes pour exécuter la commutation, en cascade (= répétition DiSEqC), parmi 16 têtes LNB au maximum. DiSEqC 1.2 = ensemble de commandes pour la gestion d'un système motorisé (fonction positionneur d'antenne). Toutes les commandes DiSEqC sont envoyées, par le démodulateur, sur le câble coaxial. Chaque niveau DiSEqC incorpore tous les niveaux DiSEqC inférieurs. Autrement dit: - si votre démodulateur est DiSEqC 1.2-compatible, il est aussi capable d'engendrer toutes les commandes comprises en DiSEqC 1.1, DiSEqC 1.0 et Mini-DiSEqC; - si votre démodulateur est DiSEqC 1.1-compatible, il est aussi capable d'engendrer toutes les commandes comprises en DiSEqC 1.0 et Mini-DiSEqC. Mais il ne peut pas gérer un système motorisé, car il ne dispose pas des commandes DiSEqC 1.2.

    DLP
    Digital Light Processing = Traitement numérique de la lumière: Technique où l'image affichée est produite par un ensemble de micro miroirs dynamiques formé sur une plaquette, chacun pouvant refléter la lumière source pour former un pixel sur l'écran. Chaque micro miroir contrôle le niveau de lumière transmis à l'écran pour le pixel. La résolution est définie par la taille de la plaquette de micro miroirs. Cette technique est utilisée par certains écrans et projecteurs HD de haute gamme. C'est un procédé développé par Texas Instrument pour reproduire une image de haute qualité. Il est basé sur les mouvements d'une multitude de micromiroirs qui réfléchissent, plus ou moins, la lumière pour reconstituer le détail et les valeurs de contraste d'une image, à travers l'objectif d'un vidéo ou d'un rétroprojecteur. La couleur est restituée par une roue codeuse qui comprend plusieurs segments rouge, bleu et vert et tourne entre la lampe et la matrice à vitesse synchronisée. Le nombre de miroirs détermine la résolution de l'image. Une nouvelle génération de DLP, constitué de trois matrices pour les trois couleurs primaires, permet de se passer de la roue codeuse sur certains vidéoprojecteurs de très haut de gamme.

    DNR
    Abréviation de l'expression anglaise Dynamic Noise Reduction. C'est un circuit de filtrage du son, qui modifie artificiellement le rendu sonore, en atténuant certains sons et en améliorant le rapport signal/bruit.

    Dolby Digital (ou Dolby AC3)
    Ce procédé permet d’entendre les dialogues au centre de l’image, grâce à une enceinte centrale, et les ambiances (effets Surround), avec des baffles disposées à l’arrière du téléspectateur, en plus de celles à l'avant droite et gauche. Il intègre une voie pour le caisson de basses (enceinte pour les sons les plus graves) et se différencie du Dolby Pro-Logic, car les voies arrière sont en stéréo. Il nécessite bien sûr un décodeur pour recréer cette ambiance, soit intégré à un amplificateur audio-vidéo, soit relié à celui-ci, soit encore inclus dans le téléviseur. On trouve le Dolby Digital sur les DVD ou certaines Laserdiscs et certaines chaînes satellite l'utilisent progressivement, la chaîne allemande Pro Sieben ayant été la pionnière (septembre 99). Pour restituer le Dolby Digital contenu dans ces signaux satellite, les terminaux numériques doivent être équipés de sortie audio numérique.

    Dolby Digital ou AC 3
    Dolby AC3 ou Dolby Digital. Lancé en 1987, il est certainement le système le plus utilisé de nos jours notamment pour le home-cinéma. Il s'agit d'un système de codage numérique avec compression de données audio permettant de placer 6 pistes. Au contraire du ProLogic, les pistes ne sont pas matricées mais "discrètes" ou indépendantes. La compression est de 10 pour 1, c'est actuellement le signal le plus compressé pour la reproduction du son au cinéma. La principale différence entre le Dolby Pro Logic (classique) et L'AC3 consiste en une meilleure séparation des canaux surround pour L'AC3 pour autant que le support du film soit numérique . L'avantage du Dolby Digital est qu'il reste compatible avec le Dolby Pro Logic. Le terme AC3 est de plus en plus remplacé par le terme Digital. Anciennement appelé Dolby AC3.

    Dolby Pro-Logic
    Ce procédé permet d’entendre les dialogues au centre de l’image, grâce à une enceinte centrale, et les ambiances (effets Surround), avec des baffles disposées à l’arrière du téléspectateur (une seule voie), en plus de celles à l'avant droite et gauche. Il y a 4 sources audio (droite/gauche/centre/arrière) à transporter sur seulement 2 canaux (gauche/droite) . Pour cela on attenue le signal du centre de 3dB puis on le lemélange avec les signauxx droite et avec gauche. Le signal arrière lui est déphasé de +90° puis melangé avec le signal droite et déphasé de -90° puis melangé avec le signal gauche. On obtient deux signaux diffusés sur 2 voies qui restent compatible mono et stéréo. A la réception le décodeur Dolby Surround extrait le signal arriére et le signal du centre des signaux gauche et droite . Pour être restitué le son Dolby Pro Logic nécessite bien sûr un décodeur soit intégré à un amplificateur audio-vidéo, soit relié à celui-ci, soit encore inclus dans le téléviseur. Le Dolby Pro-Logic se distingue du Dolby Digital (ou Dolby AC3), car les voies arrière sont en mono et le système n'intègre pas de voie spécifique pour le caisson de basses (enceinte pour les sons les plus graves). Le terme utilisé pour le codage des programmes (à la production) exploitables par les amplis Dolby Pro-Logic est Dolby Stéréo. La quasi-totalité des films en stéréo sont codés en Dolby Stéréo depuis plus de quinze ans. C'est également le cas de seulement quelques retransmissions sportives, téléfilms et émissions, notamment musicales.

    Double source
    Terme utilisé en référence au système de réception. Une unique parabole est équipée de deux convertisseurs, capables de recevoir deux positions satellite.

    Downconverter
    Ce terme anglais désigne un circuit électronique, qui permet d'abaisser la fréquence d'un signal haute fréquence. Ils sont de trois types en réception satellite, simple, double et groupée.

    Downlink
    Voir liaison descendante.

    DRM
    Sigle signifiant gestion des droits numériques. Technologie sécurisée qui permet au détenteur des droits d'auteur d'un objet soumis à la propriété intellectuelle (comme un fichier audio, vidéo ou texte) de spécifier ce qu'un utilisateur est en droit d'en faire. En général, elle est utilisée pour proposer des téléchargements sans craindre que l'utilisateur ne distribue librement le fichier sur le web.

    DSLAM
    Le DSL Access Multiplexer est un équipement situé dans les NRA et qui fait la jonction entre votre ligne téléphonique et la ligne très haut débit qui permettra à tous les abonnés raccordés d’accéder à internet. Il s’agit souvent d’une ligne à très haut débit, de type fibre optique. Récemment, des DSLAM v2 sont apparus sous la houlette de Free : il s’agit de DSLAM pouvant accueillir bien plus d’abonnés à la fois que les DSLAM classiques (plus de 1000 contre 384), et permettant de profiter de la technologie ADSL 2+.

    DSP
    Digital Sound Processing. Cette expression anglaise se réfère à un système qui permet de recréer artificiellement des effets spéciaux sonores. Des circuits numériques, exploités sur une chaîne Hi-Fi, permettent de recréer chez soi l’ambiance d’un stade, d’une salle de concert ou encore d’une église… On trouve ces modes DSP dans les amplificateurs audio vidéo multicanaux.

    DTS
    C'est le concurrent direct du Dolby Digital. Comme lui, il s'agit d'un système de compression de données numériques appliqué à un message 5.1 de haute qualité. Certains le considèrent de meilleure qualité que le Dolby Digital, grâce à un taux de compression moins élevé qui respecterait mieux le message original. Un certains nombre de disques musicaux ont d'ailleurs été enregistrés sur CD grâce à ce procédé. Il est à noter qu'avec l'évolution constante du Dolby Digital et du DTS, il n'est pas toujours facile de faire la différence entre les deux systèmes et que l'on pourra préférer tantôt l'un, tantôt l'autre en fonction des préférences des ingénieurs du son responsables du mixage original.

    DVB
    Digital Video Broadcasting. Cette expression pourrait être traduite par diffusion vidéo numérique. C'est une norme européenne de diffusion numérique pour la télévision, associée au format de compression Mpeg 2, instaurée pour éviter un développement anarchique de la technologie numérique. Le DVB, comme le DAB pour la radio, utilise une transmission par paquets de données informatiques compressées. Cette norme pour la télé se décline en fonction des supports de diffusion : DVB-S pour n'importe quel répéteur satellite (largeur de bande de 36 à 72 MHz en Europe, modulation QPSK), DVB-CS pour la distribution collective, DVB-T pour le numérique hertzien (de 7 à 8 MHz, modulation QAM codée OFDM), DVB-MC pour la diffusion en MMDS et DVB-C pour les réseaux de télédistribution câblée (modulation QAM), voire en fonction des utilisations : DVB-CA, pour les contrôles d'accès, DVB-CI pour les interfaces des systèmes d'accès conditionnel et DVB-TXT pour l'utilisation du télétexte. DVB est également utilisé pour qualifier le groupe de travail qui a élaboré ces normes. De trente membres en 1993, il est passé à plus de deux cents en 97, représentant plus de trente pays.

    DVB-RCS
    La norme DVB-RCS (Digital Video Broadcast - Return Channel System), soutenue par l’European Telecommunications Institute (ETSI). Cette norme d’accès Internet par satellite autorise des débits allant jusqu’à 8 Mbits en flux descendant et jusqu’à 2 Mbps en flux montant. Cette norme européenne a été développée en 1999 et décrit comment le trafic bidirectionnel des données devrait être transmis via satellite. Suivant le DVB-RCS, le terminal satellite du client peut recevoir une transmission standard de DVB envoyée par la station satellite maîtresse. La transmission depuis l’installation client vers cette même station peut également être envoyée via la même antenne. La norme DVB-RCS définit une voie de retour au format MF-TDMA (Multi Frequency Time Division Multiplexing Access) qui permet de partager la capacité montante. La norme spécifie que les liaisons montantes et descendantes doivent utiliser des fréquences différentes mais est indépendante des bandes de fréquences utilisées (Ku, Ka, L, S...)

    La norme permet de transporter le protocole IP mais prend en compte également de nombreux protocoles de routage (RIP, IGMP) et de transport (RTP, UDP, TCPŠ).

    Le système BBI (Broadband Interactive Service) de Satlynx est un exemple de mise en ¦uvre de la norme DVB-RCS, mais cette dernière comporte un grand nombre d'options qui rend l'interopérabilité des terminaux problématique. Le consortium Satlabs Group, créé à l'initiative de l'agence spatiale européenne, cherche à promouvoir le déploiement de la norme à grande échelle. Il dispose d'un groupe de travail sur l'interopérabilité des terminaux où l'on retrouve les principaux fabriquants de terminaux pour l'internet par satellite (EMS Technology, Newtec Cy, Nera ASA).

    DVB-S2
    La norme DVB-S spécifiait les procédés de modulation QPSK (" quadrature-phase-shift-keying ") et de correction d'erreur directe " convolutional / Reed-Solomon ". La nouvelle norme DVB-S2 permet, en plus du procédé QPSK, d'avoir 3 bits par symbole en modulation 8PSK à un débit de transmission d'environ 80 Mbits par seconde. Après l'expérimentation complète de sept options potentielles, soit plus d'un million de simulations en Gbits et près de 40 000 jours d'utilisation d'ordinateur, le groupe technique a finalement opté pour le code LDPC (Low Density Parity Check) comme code FEC.

    DVD RAM
    DVD-RAM : est le premier type de DVD réinscriptible à avoir été normalisé. À l'origine dédié au monde professionnel, ce média dispose de nombreux avantages. Il est réinscriptible 100 000 fois contre 1 000 pour le DVD-RW et le DVD+RW. De plus, il dispose d'un caddie protecteur, augmentant ainsi sa durée de vie. Enfin, le DVD-Ram existe en plusieurs versions: 2,6 Go, 3,9 Go, 4,7 Go et même 9,4 Go, alors que DVD-R/RW et DVD+RW ne dépassent pas les 4,7 Go! Ce media est véritablement une excellente alternative aux produits de stockage magnéto-optiques déjà utilisés dans le monde de l'entreprise. Malheureusement, il n'est pas non plus exempt de défauts. Tout d'abord, il s'agit du plus cher d'entre tous. Enfin, sa compatibilité est très limitée. Il doit être sorti de son caddie pour être lu ailleurs que dans un lecteur dédié. De plus, un seul lecteur de DVD-Rom (GD 8000 d'Hitachi) sur le marché supporte le DVD-Ram. Pire, aucune platine de salon en dehors des produits réservés n'accepte ce format.

    DVD +RW
    Dernier arrivé sur le marché, le DVD+RW est très proche physiquement et chimiquement du DVD-RW. Ainsi, il se compose lui aussi d'une couche d'enregistrement composée d'un alliage d'argent et d'indium ou de germanium. Les différences chimiques et physiques entre les deux formats sont minimes (jitters, profondeur de gravure…). En revanche, la vitesse de gravure de 2,4x autorise l'enregistrement de 4,37 Go de données en 25 minutes. Les opérations de gravure étant plus rapides, le format DVD+RW s'avère plus agréable à utiliser. Le choix de graveurs l'exploitant est plus important. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les premiers graveurs de DVD+RW sont sortis 6 à 8 mois après le premier graveur de DVD-R/RW. L'avantage de la vitesse n'est donc que temporaire. Car le DVD+RW présente aussi son lot de défauts. Ainsi, les supports forcément réinscriptibles. Parfaits pour réaliser des essais, des masters avant une gravure finale, ils sont aussi plus chers que les médias inscriptibles une seule fois. Toutefois, les supports au format DVD+R (inscriptibles une seule fois) sont annoncés pour le second semestre 2002. Malheureusement, les graveurs de DVD+RW vendus dans le commerce ne supporteront pas cette nouveauté et réclameront une mise à jour logicielle! Le second problème concerne la compatibilité. Elle est identique à celle du DVD-R avec les platines de salon (environ 90%).

    DVD - R/RW
    DVD-R/RW : (Digital Versatil Disk Writing) device en anglais. DVD-R/RW Le DVD-R et le DVD-RW sont deux des formats validés par le DVD-Forum. Techniquement, la couche d'enregistrement d'un DVD-RW se compose, en fonction de la marque, d'un alliage d'argent et d'indium ou de germanium. Le DVD-R se voit doté d'une couche de polycarbonate. Comme un CD-RW, un DVD-RW autorise jusqu'à 1 000 enregistrements et conserve les données pendant 100 ans, en théorie. Un support au format DVD-RW affiche une vitesse de lecture de 1x (soit un débit de 1 385 ko/seconde). Ainsi, remplir les 4,37 Go de données d'un DVD vierge prend une heure, contre 30 minutes pour un DVD-R qui offre un taux de tranfert de 2x. Enfin, ce format offre une large compatibilité. Le DVD-R/RW est reconnu par environ 90% des lecteurs de DVD-Rom et des platines de salon.

    DVI
    Interface vidéo numérique pour relier un moniteur sans passer par l'analogique. Elle est répandu sur les ordinateurs pour connecter des écrans à cristaux liquide. Le format HDMI est compatible pin-à-pin avec le connecteur DVI avec des extensions. Sa résolution atteind jusqu'à 1920 x 1080 pixels. Une extension grand-public, le HDMI utilise les mêmes signaux avec un connecteur plus petit et plus de fonctions (audio, commandes..).


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  8. #7
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    ............E............
    Earth station
    Voir station au sol.

    EBU
    Voir UER.

    Échantillonnage
    Procédé électronique et numérique, qui transforme un signal analogique vidéo, audio, texte, image fixe… en une série de données informatiques. C’est la disposition des pixels de l’image sur une grille quadrillée imaginaire décrivant quelles composantes de quels pixels et à quelle position seront mesurées: * 4:4:4 o Dans une suite de 4 pixels, on mesure les niveaux de luminance Y des 4 pixels de chaque ligne (1er chiffre), les niveaux de la 1ere composante couleur Cb et de la 2eme composante couleur Cr des 4 pixels de la ligne n (2e chiffre) et sur chaque ligne n+1 (3e chiffre). * 4:2:2 o Pour une suite de 4 pixels, on mesure Y pour chaque pixel sur la ligne n, Cr et Cb un pixel sur 2 sur la ligne n (2e chiffre), Cr et Cb un pixel sur 2 sur chaque ligne n+1 (3e chiffre). * 4:2:0 o Composante Y sur chaque pixel de la ligne n, Cr et Cb un pixel sur 2 de la ligne n, aucune mesure sur la ligne n+1. * 4:1:1 o Composante Y sur chaque pixel de la ligne, Cb 1 pixel sur 4 ligne n, Cr 1 pixel sur 4 ligne n+1.

    ECS
    European Communication Satellites. Nom donné aux premiers satellites exploités par Eutelsat.

    Edge
    Abréviation de "Enhanced Data for GSM Evolution". Evolution de la technologie GSM/GPRS permettant d'obtenir des débits moyens de 130 kb/s en réception. Complémentaire à la technologie UMTS, la technologie EDGE permet d'offrir des services à haut-débit à davantage d'utilisateurs en zone rurale. On parle également de 2,75G.

    Effets Surround
    Grâce à un retard numérique au traitement, un effet de profondeur sonore offre un confort particulier au téléspectateur-auditeur lors de la diffusion d'un programme. On utilise de manière impropre le terme Dolby Surround pour décrire les effets Surround. Voir aussi Dolby Pro-Logic et Dolby Digital.

    EIRP
    Voir Pire.

    EIT (Event Information Table)
    Norme DVB obligatoire donnant les infos relatives aux programmes en cours et à venir (identification + résumé). Ces éléments s'affichent généralement après un appui sur la touche "I" ou "Info" de la télécommande d'un terminal DVB.

    Élévation
    Ou site. Se rapporte à un angle. Dans le plan vertical, l'angle d'élévation est mesuré entre l'horizon (le point zéro) et le satellite visé. En France, la plupart des satellites ont un angle d'élévation compris entre 20 et 40°. Cet angle varie suivant la latitude et la longitude du lieu de visée.

    Encodage
    Voir codage.

    Entrée
    Sur un appareil, connexion permettant de recevoir des signaux externes, provenant d'une source indépendante.

    Entrelacement
    Lorsque vous regardez votre télévision, votre oeil regarde en réalité des demi images que l'on appelle des trames. L'écran affiche 50 trames par seconde dont l'une est composée de lignes paires et la suivante de lignes impaires. Lorsque ces trames s'entrelacent elles créent une image pleine. Ce système appelé "entrelacement" permet de diffuser de la vidéo en occupant moins de bande passante sans que notre oeil s'en aperçoive grâce à la persistance rétinienne.

    Eo/No
    En numérique, équivaut à ce qui est appelé rapport signal/bruit en analogique, à la différence près que l'unité de mesure employée ici est le dBHz. C'est l'énergie moyenne par bit (Eo) sur le niveau de bruit (No).

    EPG
    Voir guide électronique des programmes.

    Équatoriale
    Voir polaire.

    Erreur
    En numérique, altération de l'information qui perturbe sa lecture.

    ESA
    European Space Agency. C'est l'Agence spatiale européenne, dont le siège est à Paris et qui est chargée de nombreux programmes spatiaux pour le compte de différents pays européens. L'ESA est un des partenaires qui exploite le centre spatial guyanais de Kourou.

    Eurocrypt
    Mode de cryptage utilisé en association avec le standard de diffusion Mac. Il a été choisi par un grand nombre de chaînes nordiques, certaines transmettant des programmes en 16/9, et quelques chaînes pornographiques. Il existe plusieurs versions de l'Eurocrypt (M, S, S2). Le Viaccess est l'appellation commerciale de son développement en numérique, réalisé par France Télécom.

    Eurovision
    Créée en 1958, cette organisation est chargée de coordonner les échanges de programmes de télévision et de radiodiffusion entre les États d'Europe occidentale et d'assurer leur transport. Son siège est à Genève.

    Eutelsat
    European Telecommunications Satellite Organization. L'Organisation européenne de télécommunications par satellite est chargée de gérer les satellites qui lui appartiennent, pour le compte des pays membres de l'exploitation. Son siège est à Paris. L'organisation occupe actuellement quatre positions orbitales.

    Excursion vidéo
    Est exprimée en MHz/Volt. Elle fixe la pente des circuits « discriminateurs » et influe sur le niveau du signal vidéo (contraste).


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  9. #8
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    ................F...........

    Facteur de bruit
    Exprime le taux de bruit ou de dégradation du rapport signal/bruit créé par le convertisseur, lors de la réception des signaux, ou par tout autre système (amplificateur, etc.). Il traduit sa sensibilité. Il est exprimé en Kelvin pour les signaux de la bande C et en décibel pour la bande KU. Moins le facteur de bruit est élevé, plus le convertisseur est de bonne qualité.

    Fading
    De l'anglais to fade, s'affaiblir. Affaiblissement progressif, sporadique ou prolongé d’un signal émis. Il se manifeste par de la neige à l'image et du souffle dans le son. Le fading peut être causé par l'affaiblissement des signaux d'émission ou certaines perturbations atmosphériques ou électromagnétiques.

    Faisceau hertzien
    Liaison de radiodiffusion ou télédiffusion terrestre professionnelle, utilisée généralement entre les studios d'une radio ou d'une télévision et les émetteurs. Ces faisceaux utilisent des fréquences proches de celles des satellites, ce qui peut parfois perturber certaines réceptions, notamment en bande C. Les antennes utilisées sont souvent paraboliques ou elliptiques.

    Faraday ( cage de )
    C'est une enceinte ou cage métallique qui permet d'isoler une portion d'espace contre l'influence des champs électriques extérieurs. A l'intérieur de la cage, le champ électrique est nul, même si des charges sont placées à l'extérieur ou si la cage est reliée à un générateur électrostatique. Une voiture à carrosserie métallique est une cage de Faraday qui protège ses occupants contre les dangers d'électrocution provenant d'un contact extérieur ou d'une décharge atmosphérique (foudre). Inversement si on introduit des charges à l'intérieur d'une cage de Faraday mise à la terre, le champ électrique à l'extérieur n'en sera pas perturbé. Inconvénient: les ondes radio (électro-magnétiques) ne traversent pas les cages de Faraday, ce qui empêche de faire fonctionner correctement, à l'intérieur d'une automobile, des récepteurs ou des émetteurs (auto-radios, téléphones portables). On utilise alors une antenne de toit.

    Favorite Channel Mem
    Expression anglaise désignant une fonction des récepteurs satellite pour la mise en mémoire des chaînes favorites. Elle permet de mémoriser et de regrouper les canaux ou les satellites les plus souvent utilisés. Elle crée ainsi une personnalisation des chaînes reçues et facilite le zapping.

    FEC
    Abréviation de l'expression anglaise Forward Error Correction. Relatif au taux de Viterbi. Signifie correction anticipée d'erreurs ou code correcteur d'erreurs. Éléments redondants du message numérique ajoutés aux données transmises avant l'envoi du signal audio/vidéo, pour pouvoir les vérifier à la réception et ainsi réduire les risques d'erreurs liés à la diffusion et qui perturberaient la réception. Actuellement, ils vont de 1/2 à 7/8. Dans le premier cas, pour deux bits transmis, un seul est utilisé. Dans le deuxième, pour huit envoyés, sept sont utiles. Seul le huitième est une information redondante servant à la protection du signal. Lorsqu'il atteint 1/2, le FEC offre donc une protection optimum. Les plus utilisés sont le 3/4 et à un degré moindre le 2/3.

    Feed
    Voir Source.

    Feed
    La deuxième signification de ce mot anglais se rapporte aux images d'actualité, collectées par des agences ou chaînes de télévision, utilisant les satellites pour leurs transmissions, à destination d'autres chaînes (voir UER). La périodicité de ces liaisons est très variable, suivant l'actualité. Pour trouver les intermittents, une recherche continue est nécessaire. Malheureusement, la plupart de ces feeds sont désormais cryptés ou transmis en numérique (SCPC).

    Feedhorn
    terme anglais pour désigner le "cornet de la source" , en fait plus simplement la source.

    FFT
    FFT (Fast Fourier Transformer) : Version algorithmique de la transformation de Fourier discrète, utilisée principalement pour l'analyse fréquentielle de signaux numérisés. Algorithme utilisé pour le traitement d'échantillons digitalisés de voix ou sons.

    Fiche F
    Ou connecteur F. Accessoire de connexion en métal situé à l'extrémité d'un câble, servant à relier ce dernier à une prise située sur le châssis d'un appareil. La fiche F permet de connecter le câble coaxial. Le standard F est un standard américain, normalisé au niveau international pour un signal HF de type asymétrique. Ce type de connecteur se trouve sur la plupart des modèles de récepteurs et de têtes.

    Filtre
    En électronique, dispositif destiné à laisser passer certaines composantes de la fréquence d'un signal électrique, à les amplifier ou à les éliminer. Sur les démodulateurs satellite, on trouve principalement deux types de filtres, les « passe-bande » et les « coupe-bande ». La différence entre le signal d'origine et le signal filtré constitue la bande passante du filtre ou sa largeur de bande. Les filtres sont destinés à éliminer d'un signal une certaine bande de fréquence du spectre. Les filtres FI, pour fréquence intermédiaire, définissent la largeur du canal dans la bande de fréquence intermédiaire. Il correspond généralement à la largeur du canal, bien souvent 27 MHz. Les filtres plus étroits (18 MHz) permettent d'améliorer la réception.

    Firewire
    (ou IEEE 1394 dans le monde PC ou i.LinK chez Sony) Grâce à ses transferts à haut débit 400 Megabits par secondes (Mbps) et maintenant 800 Megabits par secondes (Mbps) et à ses capacités Plug & Play à chaud, FireWire est l'interface idéale des équipements vidéo et audio numériques actuels, mais aussi des disques durs externes et d'autres périphériques haute performance Il donne .la possibilité de gérer simultanément jusqu'à 63 périphériques . Concurrent de L'USB .

    Flashage
    Opération consistant à charger un programme informatique ( logiciel) dans une mémoire. Pour les terminaux numériques le mot "flashage" est couramment utilisé pour désigner le téléchargement d'un logiciel pirate en remplacement et/ou en complément du logiciel original .

    FM
    Vient de l'anglais Frequency Modulation, soit Modulation de fréquence. Modulation par laquelle on astreint la fréquence d'une porteuse à varier proportionnellement aux valeurs instantanées d'un signal modulant. Cette technique permet de transmettre le son avec une bonne fidélité.

    Footprint
    Voir couverture.

    Format d'écran:
    Rapport entre la largeur et la hauteur de l'image. Ce terme peut s'appliquer à la configuration de l'écran ou de l'image affichée. La TVHD utilise un format d'écran de 16x de largeur par 9x de hauteur. Les programmes télévisés et les écrans traditionnels présentent un rapport 4:3. La télévision numérique de définition standard, TV SD, peut avoir le format 4:3 ou 16:9, dépendant de sa source et de sa forme de diffusion.

    Free to Air (F T A)
    Expression anglaise pour désigner les chaînes en clair. Ainsi un terminal "Free To Air" ( FTA) est un terminal qui ne peut recevoir que les chaînes en clair.

    Fréquence
    Anciennement longueur d'onde métrique. Nombre de vibrations produites par unité de temps dans un phénomène périodique. La fréquence est la grandeur qui évalue le nombre de fois où ce phénomène se produit dans un intervalle donné. Dans le cas d'un phénomène évoluant dans le temps, on mesure la fréquence en hertz, l'intervalle de temps de référence choisi étant la seconde. Les transmissions satellites se font en GHz, dites micro-ondes, fréquences dont les longueurs d'ondes sont de quelques centimètres. La désignation anglaise est la bande SHF.

    Fréquence intermédiaire (FI)
    Fréquence de conversion à valeur fixe, utilisée dans un démodulateur. La fréquence intermédiaire normalisée est de 70 MHz, avant l'étage de détection vidéo. On emploie également ce terme en réception pour désigner les fréquences converties, allant de 950 à 2050 MHz. Fréquence de référence permettant de démoduler un signal radioélectrique dans certains récepteurs. Dans un récepteur satellite, elle est généralement de 479 MHz.

    Full band
    Voir convertisseur.

    Full HD
    Les téléviseurs "Full HD" correspondent au nec plus ultra de la haute définition. Ils garantissent une prise en charge et un affichage en 1920x1080 pixels, soit la diffusion d’un signal 1080i en natif. Certains modèles ne traitant le signal vidéo que par balayage progressif, le désentrelacement de l’image devient une condition préalable, mais n’influe pas sur la qualité d’affichage du contenu en haute définition. Contrairement au "HD Ready", le "Full HD" n'est pas un label certifié. Il n'a pas fait l'objet d'une concertation entre les constructeurs et ne dispose pas d'un cahier des charges que l'on pourrait consulter. Qualitativement un cran au-dessus des modèles estampillés "HD Ready", les téléviseurs et vidéoprojecteurs "Full HD" se doivent logiquement d’afficher la compatibilité HDCP et proposer une connectique numérique complète. Dans la pratique c'est actuellement le cas, mais comme aucun cahier des charges n'est pas imposé, la vigilance reste de mise.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  10. Merci ahmed bel, massinisa, DRAALAHMAR disent merci
  11. #9
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    .........G.........

    G/T
    Aussi appelé facteur de mérite. Rapport électronique entre le gain et la température de bruit d'un système de réception. Plus le chiffre est élevé, meilleur est le rendement du système.

    Gain
    Dans le domaine du satellite, rapport exprimé en décibels, caractérisant l'amplification d'un signal, donnée par une antenne, en puissance, en intensité, ou en tension, par rapport à la valeur d'entrée.

    Gel d'image
    En diffusion numérique par satellite, lors de problèmes de transmission, blocage de l'image vidéo, qui devient fixe, se fige. À ne pas confondre avec l'arrêt volontaire d'une image, fonction disponible sur les téléviseurs 100 Hz par exemple.

    Geostationnaire
    Une orbite géostationnaire est une orbite telle que le satellite a toujours la même position par rapport à un point situé sur Terre. Les orbites géostationnaires sont dans le plan équatorial, ou presque (leur inclinaison est nulle ou faible), car c’est le seul moyen pour le satellite de ne pas changer de latitude. Les orbites géostationnaires ont une altitude de 35784 km, distance à laquelle la période de l'orbite (temps écoulé lors d'une orbite) est égale à la période de rotation de la Terre (23 heures, 56 minutes, 4.09 secondes). Ainsi, en tournant à la même vitesse et dans le même sens que la Terre, et toujours au niveau de l’équateur, le satellite est toujours au dessus du même point (situé sur l’équateur). Il est stationnaire, par rapport à la Terre. Une conséquence due à cette altitude fait que toute la partie du globe située au Nord ou Sud des parallèles 81.3° ne peut être visible d'un satellite géostationnaire. L’acronyme adopté par les agences spatiales est GSO : GeoStationnary Orbit.

    GigaHertz
    GHz. Égal à un milliard de cycles par seconde, Hertz ou Hz. Au-dessus d'un GigaHertz, les fréquences sont dénommées micro-ondes. C'est en GigaHertz que sont mesurées les fréquences d'émission des satellites.

    Globale
    Global beam en anglais. Dans le jargon du satellite, fait référence aux zones de couverture satellitaires. Lorsqu'elle est globale, la couverture d'un satellite est maximale, c'est-à-dire qu'elle couvre toute la région de la Terre, visible du satellite. Elle est la plus étendue donc la plus faible en Pire, au contraire de la couverture spot, la plus fine et la plus puissante. Entre les deux existent d'autres types de couvertures, semi-globale, large ou super.

    Gorizont
    Nom des satellites mis en orbite par l'ex-CEI et -URSS, autrement désignés par le terme Statsionar. Ils utilisent principalement la bande C. Tous les satellites Gorizont sont en orbite inclinée, donc instables. Il est nécessaire d'avoir une antenne équipée d'un système d'auto-tracking, pour bien les recevoir. Les successeurs des satellites Gorizont se nomment Express.

    GPS
    Sigle signifinat Global Positioning System. Système de géolocalisation par satellite. Le réseau de 24 satellites actuellement en fonctionnement, développé par l'armée américaine, est mis à disposition des civils. Sa précision peut atteindre 5 mètres. Le GPS s'utilise en association avec une carte pour se repérer et se positionner : randonnées, voile, trek... L'association d'un récepteur GPS et d'un logiciel de cartographie permet d'obtenir un système de guidage routier efficace (affichage d'une carte avec les directions et guidage audio par synthèse vocale), développé sous différentes formes : système embarqué en voiture, boitier autonome avec récepteur intégré, assistant personnel ou "smartphone" associé à un récepteur GPS.

    Grégorienne
    Concerne un type particulier de parabole. Ce terme désigne les antennes munies d'un double réflecteur. Le réflecteur primaire renvoie les ondes sur le réflecteur secondaire, lequel les concentre sur la source et en augmente le rendement.

    GUI
    abréviation pour Graphical User Interface

    Guide d'ondes
    Voir Source.

    Guide électronique des programmes
    EPG en anglais, abréviation d'Electronic Program Guide. Menu interactif accessible sur l'écran du téléviseur, permettant de consulter la liste des émissions diffusées à tout moment et sur diverses chaînes. En principe, il permet une recherche thématique des programmes, afin d'en faciliter le tri.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  12. Merci ahmed bel, massinisa, DRAALAHMAR disent merci
  13. #10
    Nouveau Avatar de ASSIMIL
    Inscrit
    Dec 2007
    Âge
    36
    Messages
    40
    Remerciement / J'aime
    Bon boulot mec ! A + ;)

  14. #11
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    ........H.........
    Haute Définition
    Voir TVHD.

    HD Mac
    Procédé de télévision haute définition, utilisant le standard Mac, créé en Europe et abandonné au profit du tout numérique. Dérivé de ce dernier, la réception des signaux HD Mac pouvait s'effectuer grâce aux démodulateurs Mac disponibles sur le marché.

    HD Ready
    Ce label lancé officiellement par l’EICTA (l’Organisation Européenne de l’Industrie Electronique Grand Public) et soutenu en France par le Simavelec (l’organisation des fabricants français) et le HD Forum (l’organisation rassemblant les principaux acteurs du marché de l’audiovisuel en France) est l’assurance d’acheter un écran compatible HD. C'est le seul label officiel garantissant une restitution optimale des images HD. Le label "HD ready" impose un format d'écran 16/9ème dit "large" : Le label "HD ready" garantit que l'écran dispose au minimum de 720 lignes et 1 280 points par ligne. Le label "HD ready" garantit que le téléviseur est compatible avec les deux formats de production HD (1 080i et 720p). Le premier système combine une trame de 720 lignes horizontales avec 1280 points/ligne et le chargement de 50 images par seconde. Le second associe 1 080 lignes horizontales avec 1920 points/ligne et le chargement de 25 images par seconde. Le label "HD ready" garantit que le téléviseur dispose d'une double entrée analogique et numérique (YUV, DVI et HDMI) Le label "HD ready" garantit que les connecteurs numériques DVI et HDMI intègrent le protocole anti-copie européen Cette garantie vise à protéger les droits d'auteur des contenus HD. Une reconnaissance du matériel source doit pouvoir être faite par le diffuseur en protocole HDCP (High Definition Multimedia Interface) pour échanger une clef de cryptage.

    HD VMD
    Le HD VMD (HD Versatil Multilayer Disc) a été présenté lors du Cebit 2005 (Salon international des technologies de l'information). Développée par la société britannique NME (New Medium Entreprise), cette technologie s'appuie sur les galettes existantes en en multipliant les couches. Les disques HD VMD peuvent ainsi superposer jusqu'à 8 couches pour une capacité de stockage maximale de 48 gigaoctets : de quoi répondre aux exigences de la HD... Très proches des DVD, les HD VMD peuvent être produits sur les mêmes chaînes de production. Contrairement au HD DVD et au Blu-ray, le HD VMD utilise toujours le laser à diode rouge. Ces choix présentent l'avantage du coût. En optant pour des technologies éprouvées, le HD VMD affiche des prix sans commune mesure avec ceux du HD DVD et du Blu-ray.

    HDCP
    HDCP = High Bandwidth Digital Content Protection. Les produits certifiés le revendiquent soit en affichant clairement leur compatibilité HDCP en toute lettre (HDCP Ready), soit au travers d’un tampon HD Ready. Etre HDCP implique l’utilisation d’une interface numérique. Seules les entrées / sorties DVI et HDMI (un DVI avec passage du son en plus via le même câble) peuvent revendiquer cette certification. A noter que la présence d’une interface numérique n’implique pas forcément la compatibilité HDCP. Ce système de protection du copyright (droit de copie) a été mis en place par les grands studios américains de cinéma pour empêcher la copie à l'identique d'un film ou d'une émission via une liaison numérique de type DVI ou HDMI. En codant l'image en sortie d'un lecteur de DVD ou d'un décodeur TVHD, il bloque toute tentative de fraude de la part de l'utilisateur.

    HDMI
    (High Definition Multimedia Interface) est une interface numérique pour les signaux multimédia en haute définition. Elle support les standard haute définition en Vidéo, audio multicanal (8 canaux à 192kHz) et pilotage (renvois de télécommandes). Conçu pour évoluer (en terme de bande passante) l'interface HDMI offre 5 Gb/S (HDTC à 2,2Gb/S. Elle est supportée par les principaux fabricants. Parmi les nouvelles fonctions, on notera la présence d'une protection des contenu (anti-copie), l'adaptation aux formats d'images, connecteur compatible pin à pin avec le connecteur DVI des moniteurs numériques. Sa normalisation (version 1.O) date de septembre 2002. Les premiers produits sont atendus à l'été 2003. Le HDMI (High Definition Media Interface, ou interface média haute définition) a été mis au point par le HDMI Working Group (Sony, Hitachi, Silicon Image, Philips, Toshiba) et a fait son apparition à la fin de 2003. Ce n’est pas un standard, mais plutôt l’agrégation et la standardisation de plusieurs technologies existantes.


    Pour véhiculer l’image, la norme HDMI repose sur le très répandu standard vidéo informatique DVI. Avec une bande passante de plusieurs gigabits par seconde, il permet d’atteindre sans aucune compression – et donc sans aucune perte – la plus haute résolution de la TVHD soit 1920x1080 pixels, et ceci quelle que soit la fréquences des images (24, 25, 29.97, 30). La norme HDMI inaugure aussi pour le grand public la disparition des standards PAL, NTSC ou SECAM. On parle désormais de 1080i, 720p, 576p, 480p, etc. Un câble HDMI sait également transporter le son sous format numérique. Pour cela, il emprunte encore un standard connu et reconnu, l’IEEE 1394 plus communément appelé FireWire ou iLink par Sony et Philips. Avec une bande passante de 400 Mbit/s, il est possible de transporter le son non compressé d’un CD Audio, les flux multicanaux compressés en Dolby Digital ou DTS des DVD vidéo et, un jour peut être, les flux numériques haute définition des DVD audio (MLP) et Super audio CD (DSD). Dernier avantage insoupçonné de cette nouvelle norme, il ne sera plus nécessaire de dépenser des fortunes en câbles de modulation plaqués or composés de cuivre ultra pur et d’argent. Contrairement aux bêtes liaisons optiques et coaxiales, de puissants algorithmes de correction d’erreurs sont intégrés pour l’audio comme pour la vidéo, assurant la réception en toute circonstance d’un signal pur et inaltéré. Les majors de l’industrie cinématographique ont imposé l’utilisation d’un cryptage des données vidéo transitant en HDMI, afin d’éviter le piratage des contenus vidéo numériques non compressés. Le DVI transporte en effet un signal numérique inaltéré directement issu de la source, qui est très facile à détourner et enregistrer sur un support non protégé. Le procédé de protection du HDMI se nomme HDCP (High Bandwidth Digital Content Protection). Il se superpose au DVI et s’avère obligatoire en HDMI. En 2007 la norme HDMI (High Definition Multimedia Interface),évolue avec l'arrivée de la norme 1.3. Avec cette version 1.3 , la bande passante utilisée pour assurer la liaison HDMI augmente, grâce à une augmentation de la fréquence qui passe de 165 à 225 MHz. Le gain de bande passante obtenu peut alors être utilisé pour proposer une profondeur de couleur allant jusqu'à 48 bits, alors que les écrans actuels sont limités à 24 bits RGB (8 bits par couleur primaire), pour dépasser le cap des 16 millions de couleurs affichées. Cette augmentation de bande passante permettrait également de prendre en charge une résolution de 1080p en 60 Hz avec une profondeur de couleur de 36 bits RGB ou du 1080p à 90 Hz. Avec les 16 millions de couleurs actuels, on ne couvrirait que 60 à 80% des couleurs discernables par l'oeil humain et des effets de dégradés peuvent être perceptibles. A 36 bits, voire 48 bits, le problème disparaitrait complètement. Cette faculté de dépasser le seuil de perception de l'oeil est appelée « deep colour ». Le standard HDMI 1.3 devrait également prendre en charge le Dolby HD et le DTS-HS, alors que la mise en place d'un port mini HDMI est déjà à l'étude, pour assurer la connectique avec les caméscopes numériques par exemple. Les périphériques HDMI devraient par la suite prendre en charge une fonctionnalité dite de « Consumer Electronics Control », qui leur permettra de communiquer les uns avec les autres de façon simplifiée. Malheureusement les appareils actuels, limités dans le meilleur des cas à l'HDMI 1.1, ne pourront pas prendre en charge les améliorations induites par la version 1.3. La liaison HDMI permet le passage de l'audio, de la vidéo et des signaux de contrôle avec les performances suivantes: Vidéo Codage en RVB 4:4:4, YCbCr 4:2:2 et YCbCr 4:4:4 Flux de 25 à 165MHz (standard). 330MHz avec le connecteur B. Encodage compatible DVI (dual-link avec le connecteur B) Syncho séparée Formats vidéo standards reconnus: - 640x480p - 60Hz - 1280x720p - 60Hz - 1920x1080i - 60Hz - 720x480p - 60Hz - 720(1440)x480i - 60Hz - 1280x720p - 50Hz - 1920x1080i - 50Hz - 720x576p - 50Hz - 720(1440)x576i - 50Hz D'autres formats sont définis pour la très haute définition et nécessitent le connecteur B. (jusqu'à 2880x576p pour le cinéma et 1920x1080p). Prise en compte et transmission du HDCP (High Definition Content Protection). Audio 1 à 8 canaux encodés en 32, 44.1, 48, 88.2, 176.4 ou 192 kHz Contrôles Transmission bidirectionnelle des signaux de contrôle. Transmission des signaux d'identification, d'OSD, de télécommande.

    Schéma de la prise HDMI

    HDTV
    HDTV est un signal vidéo numérique(DTV, Digital Television) haute résolution, combiné avec un son numérique ambiophonique(Dolby Digital Surround Sound, AC-3). Il représente le standard de résolution vidéo numérique le plus élevé présentement sur le marché. Cette combinaison crée une expérience audio-visuelle extrêmement enrichissante. Cependant, le HDTV requière de la part des stations de télévision qu'ils s'équipent de tout nouveaux équipements de production et de diffusion, et les consommateurs devront faire de même pour recevoir le signal. Il s'agit d'ailleurs là d'une des principale raisons pour laquelle l'implantation de ce standard est plus lente que prévue initialement. HDTV offre une résolution d'image beaucoup plus élevée que ce qui se fait pour le moment, c'est d'ailleurs son principal avantage par rapport aux signaux numériques standard. On parle ici de 720 ou 1080 lignes de résolution, comparé aux 525 lignes auxquels les gens sont habitués en format NTSC ou 625 en Pal/Sécam, la différence est énorme. Des 18 formats DTV, 6 sont des formats HDTV et 5 de ceux-ci sont basés sur une "analyse"(scanning) progressive et 1 autre sur une analyse "entrelacée"(Interlaced). Les 12 formats restants comprennent 1 format SDTV(Standard Digital Television) et les 11 autres sont des formats EDTV(Enhance Digital Television(4 avec un ration de 16:9 et 7 formats conventionnels avec un ratio de 4:3). Les réseaux et stations de télévision ont le choix d'utiliser l'un ou l'autre de ces formats. Les principaux formats susceptibles d'êtres utilisés en HDTV sont: 720p – 1280 X 720 pixels progressifs 1080i – 1920 X 1080 pixels entrelacés(Interlaced) 1080p – 1920 X 1080 pixels progressifs

    HDV
    Le HDV (High Definition Video) est le premier format vidéo haute définition ( par opposition à la vidéo simple définition telle celle de la télévision ) pour camescopes grand public. Le format HDV a été créé par quatre compagnies : Canon Inc., Sharp Corporation, Sony Corporation, et Victor Company of Japan, Limited (JVC). Ce partenariat date de Septembre 2003. Ces compagnies ont été rejoint depuis par d'autres telles que Apple ou Pinnacle. SPECIFICATIONS : Support : Cassette DV ou mini DV (bande 1/4 pouce) Format vidéo : 720/60p, 720/30p, 720/50p, 720/25p, 1080/60i, 1080/50i Compression : MPEG-2 Video (profile & level: MP@H-14) Fréquence d'echantillonage de la luminance : 74.25MHz 55.7MHz Structure d'échantillonage : 4 : 2 : 0 Quantification : 8 bits (Pour la luminance et la chrominance) Débit après compression : environ 19/25 Mbit/s Compression audio : MPEG1 Audio Layer II Fréquence d'échantillonage audio : 48 kHz Quantification audio : 16 bits Débit audio après compression : 384 kbit/s Nombre de pistes audio : Stereo (2 canaux) Type de flux : Transport Stream Packetized Elementary Stream Interface du flux : IEEE1394 Firewire (MPEG2-TS)

    Hémisphérique
    Relatif aux faisceaux. Concerne les zones de couverture, et plus particulièrement les signaux d'un satellite, pouvant arroser toute une portion de la surface de la Terre, 21 % de la surface totale du globe. Les satellites Intelsat ou Gorizont par exemple, possèdent des faisceaux hémisphériques.

    HF
    Hautes Fréquences. S'oppose à BF. Utilisé exclusivement pour désigner une émission, radiodiffusion ou télédiffusion.

    Hispasat
    Nom des satellites espagnols 1A et 1B, copositionnés à 30° Ouest.

    Home Theater
    Expression anglaise signifiant cinéma à domicile. Cela consiste à recréer chez soi une ambiance s'approchant de celle rencontrée en salle. Des appareils, comme les rétroprojecteurs ou les vidéoprojecteurs, servent à reconstituer une certaine qualité visuelle. Ce dispositif est associé à un confort sonore, via le Dolby Surround, Pro-Logic, Digital, DSP, THX…

    Horizon/Horizon
    Fait référence à une monture. Ce type de monture permet à une parabole de se mouvoir sur 180° en azimut (horizontalement), d'Est en Ouest et d'Ouest en Est.

    Hot bird
    Voir Bird.

    HSDPA
    La norme HSDPA, appelée également 3G+, est utilisée sur les derniers réseaux de haut-débit mobile . Le HSDPA (High-Speed Downlink Packet Access) est une évolution de l'UMTS, permettant de passer de débits réels en téléchargement de 384 kbps à 1,8 mbps.

    HSUPA
    La nouvelle norme HSUPA (U pour Uplink) se veut être une simple évolution des réseaux HSDPA pour être déployée à moindre coût par les opérateurs et pour atteindre des débits en émission de 5,8 Mbps. En théorie, la norme de haut-débit mobile HSUPA permet donc de télécharger des données à une vitesse maximale de 14 Mbps et d'en émettre à une vitesse de 5,8 Mbps. La réalité est évidemment différente: les débits en émission sont de 1,4 mbps en HSUPA contre 384 kbps actuellement en HSDPA. Les débits en téléchargement seront pour leur part inchangés à 3,6 mbps.

    HTML
    Sigle signifiant HyperText Markup Langage pour Langage de marquage hypertexte. Langage utilisé pour la création de pages web. Il fournit les fonctions variées (les balises) allant de la mise en page à l'insertion de fichiers multimédias, sans oublier la création de liens hypertextes. Pour créer des pages web, un éditeur HTML ou un simple éditeur de texte suffit. La consultation de pages web de sites internet passe généralement pas un navigateur web, tels Internet Explorer ou Mozilla.

    Hz (100)
    Procédé de traitement de l'image télé se rapportant à la vitesse de balayage des lignes vidéo de certains téléviseurs. Le 100 Hz permet d'aller deux fois plus vite que certains modèles plus bas de gamme (50 Hz), atténuant ainsi les scintillements, qui fatiguent l'œil. En réception satellite numérique uniquement, l'image est paradoxalement moins bonne avec un téléviseur 100 Hz qu'avec un 50 Hz.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  15. Merci ahmed bel, massinisa, DRAALAHMAR disent merci
  16. #12
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime

    ..i & J..

    ...........I & J.......

    Impédance
    Remplace la notion de résistance pour un circuit alimenté en tension alternative. L'impédance définit le rapport de la tension à l'intensité et s'exprime en ohms. Deux circuits connectés entre eux doivent être « adaptés » en impédance : 75 et 50 ohms pour les liaisons HF et vidéo (câble coaxial).

    Inclinée
    Se rapporte à l'orbite d'un satellite. Un satellite est mis en orbite inclinée lorsque sa durée de vie touche à sa fin et que celui-ci n'a plus de carburant ou ergol. Sa stabilisation Nord/Sud n'est plus assurée et le satellite décrit un 8 autour de sa position théorique. Lorsque le satellite se trouve dans cette position, il devient difficilement recevable. Il nécessite pour cela une antenne munie de deux moteurs permettant ainsi un repointage permanent.

    Inclinomètre
    Dans le jargon du satellite, appareil de mesure permettant de déterminer un angle d'élévation pour l'antenne parabolique.

    Inmarsat
    International Maritime Satellite Organisation. Organisme international, gérant un système mondial de télécommunications par satellite, notamment pour des applications maritimes et de localisation géographique. Le dispositif nécessaire aux liaisons avec les satellites est contenu dans une valise. Ce système permet de communiquer avec n'importe quel point de la planète.

    Intelsat
    International Telecommunications Satellite Organisation. Premier organisme d'exploitation d'un système mondial de télécommunications et de télédiffusions par satellite, dont le siège est à Washington. Intelsat regroupe plus de cent cinquante pays.

    Interface commune
    Se rapporte au multicrypt. Le terminal numérique disposant de l'interface commune (en option sur certains modèles) permet à son utilisateur d'intégrer en option un module de contrôle d'accès pour décrypter des programmes utilisant d'autres systèmes de cryptages non intégrés au terminal, comme le Viaccess ou l'Irdeto par exemple.

    Internet
    Réseau télématique mondial accessible par micro-ordinateurs actuellement grâce aux lignes téléphoniques et bientôt directement par satellite.

    IP simulated
    mode de restitution vidéo reconstituant le balayage entrelacé progressif : "Interlace Progressive Simulated"

    IRD
    Integrated Receiver Decoder. Cette expression anglaise signifie récepteur satellite avec décodeur intégré.

    Irdeto
    Un des modes de cryptage les plus répandus actuellement pour la diffusion numérique, utilisé entre autres en Allemagne, en Italie, en Scandinavie et au Benelux.

    Isotropique
    Valeur électronique pour les mesures de gain d'antenne.

    JPEG
    Joint Photographic Experts Group. Norme de compression et de stockage utilisée pour les images numériques fixes.

    Joint stéréo et stéréo
    "Le mode Stereo encode le canal gauche et celui de droite séparément et alloue s’il le faut + d’informations audios (+ de qualité) au canal qui le demande. Mais à partir du moment où l’information audio est complètement identique sur les 2 canaux, le mode « Joint stereo » s’occupera d’encoder ces 2 mêmes informations en une seule. = plutôt que d’avoir une info audio pour le canal gauche et une autre pour celui de droite (comme c’est le cas pour le mode stereo), la « nouvelle » info sera employée pour représenter les 2. => gain de place. (même principe que pour la compression data qui donne une seule valeur pour toutes les valeurs identiques). L’avantage est aussi le fait que l’encodage de cette « nouvelle » et seule information pourra bénéficier de la qualité optimale et non d’une qualité « divisée en 2 » comme c’est le cas pour le mode stereo qui devait s’occuper des deux canaux. (Grossièrement, pour un encodage en 320kbps : cela reviendrait à dire que le mode Stereo = qualité gauche 160kbps + qualité droite 160kbps et le mode Joint Stereo = qualité 320kbps pour l’info qui représente les deux) Tous s’accordent à dire qu’il est indispensable d’encoder en Joint Stereo pour tous les bitrates en dessous de 224kbps car pour obtenir la meilleure qualité possible de l'utilisation d’un « vrai » mode Stereo … le bitrate doit être assez haut, donc, + de 224, voir 256kbps. (pour ne pas subir trop de perte de kbps du à la division de la « qualité » pour les deux canaux => comme dans l’exemple grossier).Dans le cas d’un encodage en 128, 160 et 192 ; le bitrate est trop bas et, en utilisant un « vrai » mode stereo, n’importe quel encodeur reproduira un son très médiocre (audible). Par contre, en utilisant le mode Joint Stereo, au détriment de la perte d’une toute petite quantité d’information Stereo (presque inaudible), le son/encodage rendu pourra être de meilleure qualité comme expliqué au début. Maintenant, il est vrai que, en ce qui concerne l’encodage en « Joint Stereo » : nous sommes à la merci de la façon dont il alloue telle ou telle quantité d’information audio … c'est-à-dire : ses considérations pour dire que telle information peut être « jointe » pour les deux canaux ou non. A certains bitrates, l’efficacité du Joint Stereo provoque parfois quelques altérations (presque inaudibles) mais vous êtes obligé de passer pas là pour ne pas subir de pires altérations de qualité avec un mode stereo pour les bitrates inférieurs à 224-256kbps !"

    Joost
    Plateforme de télévision interactive sur Internet (gratuite), anciennement connue sous le nom de code The Venice Project. Lancé officiellement en janvier 2007, Joost était connu jusqu'alors sous le nom de code The Venice Project. Créé par Niklas Zennstrom et Janus Friis, cette plate-forme de télévision sur Internet est en préparation depuis des années, avant même que leurs créateurs ne lancent Skype (désormais racheté par eBay). Rappelons que les mêmes auteurs avaient déjà fait parler d'eux en créant Kazaa, la plate-forme de téléchargement de musique revendue en 2001. Joost tente le pari d'une télévision sur Internet sans problèmes légaux comme en connait le téléchargement de musique et de vidéos. Pour cela, Joost réunit les producteurs, les annonceurs et les internautes dans un même service, pour l'instant entièrement financé par la publicité. Joost est encore en phrase finale de préparation et devrait être lancé définitivement au cours du premier semestre 2007.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  17. Merci ahmed bel, massinisa, DRAALAHMAR disent merci
  18. #13
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    ........K............

    Kelvin
    Le Kelvin (K) est une unité de mesure de température. Dans la diffusion satellite, il sert à exprimer la température de bruit des convertisseurs en bande C. Un convertisseur efficace pour la bande C ne doit pas avoir une température de bruit supérieure à 30° K.

    Kopernikus
    Aussi appelé DFS. Nom donné aux satellites allemands exploités par l'opérateur de télécommunications germanique. Il dispose actuellement d'une flotte de deux satellites, le 1 FM 3, à 23,5° Est, et le 2 FM 2, à 28,5° Est. Le premier se consacre totalement aux services numériques pour professionnels (têtes de réseaux câblés, etc.).

    Ku
    voir : bande Ku
    .................................................. .................................................. ...........
    ...........L...........

    L N B F
    En anglais : "Low Noise Blockdownconverter with Feedhorn" (convertisseur avec source )

    Large bande
    Terme français pour full band. Voir convertisseur.

    Largeur de bande
    Ou bande passante, bandwidth en anglais. Dans la diffusion satellite, amplitude mesurée en MegaHertz (MHz), exprimant la différence entre la fréquence la plus basse et la plus haute, transmise sur un répéteur satellite. Certains répéteurs ont une largeur de bande de 36 MHz, d'autres 27 MHz, voire 72 MHz. Lorsque l'expression est utilisée pour caractériser les circuits d'un récepteur, elle désigne la gamme de fréquences que celui-ci est capable de traiter.

    LCD
    (Liquid Crystal Display). Écran d'affichage utilisant la technologie des cristaux liquides. Celle-ci est également employée dans les vidéoprojecteurs et rétroprojecteurs.Les projecteurs LCD appartiennent à la famille des "transmetteurs".Les vidéo-projecteurs LCD utilisent le même principe que les projecteurs de diapositive, la diapositive est remplacée par une matrice constituée d'une multitude de points (pixels). Chacun de ces points est un cristal liquide induisant la quantité de lumière le traversant. Les cristaux LCD modifient la polarisation de la lumière en fonction d'un champ électrique, champ commandé par le signal vidéo. On "dessine" ainsi notre diapositive.

    Led
    Abréviation anglaise de Light-emitting diode. Affichage lumineux (rouge, vert ou orange), présent sur les récepteurs et autres appareils.

    Letter-Box
    Format de visualisation d'un signal 16/9 sur un écran 4/3 avec des bandes noires en haut et en bas de l'image.

    Liaison descendante
    Faisceau descendant ou downlink en anglais. Terme désignant la liaison établie entre le satellite et la station de réception au sol. La gamme de fréquences utilisée pour celle-ci diffère de celle de la liaison montante.

    Liaison montante
    Faisceau montant ou uplink en anglais. Terme désignant la liaison entre la station de montée des signaux et le satellite. Elle utilise des fréquences et des polarisations différentes de celles des liaisons descendantes que l'on capte avec des paraboles, afin d'éviter les interférences.

    LNA
    Low Noise Amplifier. Cette expression anglaise désigne un circuit électronique, réalisant l'amplification du signal provenant du satellite, via l'antenne parabolique et la source. LNA + LNC = LNB

    LNB
    Low Noise Block Downconverter. Voir convertisseur. Les hautes fréquences d'émission du satellite (exprimées en GHz) ne sont pas aptes à être reçues directement par le tuner d'un récepteur satellite. Elles doivent être converties en MHz : c'est le rôle du LNB (convertisseur à faible bruit), qui doit convertir la fréquence reçue et l'amplifier, en ajoutant de par ses composants électroniques un minimum de bruit parasite. Cette opération est effectuée par l'oscillateur local du LNB (OL), qui transforme la fréquence d'émission en GHz par la fréquence BIS (en Mhz). La BIS (Bande Intermédiaire satellite) est la fréquence qui peut être acceptée par le tuner du récepteur satellite : 950 à 2050 MHz pour les plus anciens et 950 à 2150 MHz pour les nouveaux modèles. Les fréquences d'émission en bande Ku sont situées entre 10,700 et 12,750 GHz, soit un écart de 2050 Mhz. Le tuner du récepteur, dans le meilleur des cas, peut accepter une différence de fréquence de 2150 MHz - 950 MHz, soit 1200 MHz. Si l'on désire recevoir l'intégralité de la bande Ku, l'amplitude n'est pas suffisante. Pour pallier ce problème, les fréquences sont donc partagées en deux groupes, la bande basse et la bande haute. La commutation entre les deux bandes peut se faire par deux moyens : Pour un LNB universel, le récepteur envoie un signal de commutation de 22 kHz via le câble coaxial (OL 9750 en bande basse, OL 10600 en bande haute); la polarisation est gérée par un voltage de 13 V en vertical et de 18 V en horizontal). Pour un LNB large bande, la bande basse est obtenue par l'envoi d'un voltage de 13 V, la bande haute par un voltage de 18 V (OL 9750 ou 10000 en bande basse, 10,750 ou 11000 en bande haute); la polarisation est gérée par un polariseur (magnétique ou mécanique) séparé. Ces oscillateurs ont des caractéristiques différentes selon les fréquences que l'on désire recevoir. Vous trouverez ci-dessous la méthode de calcul fréquence réelle (FR)/BIS pour chaque LNB. LNB avec Oscillateur local 9750 MHz (Bande Ku basse, LNB Universel, FSS ou full-band) BIS = FR en MHz - 9750 : Exemple : FR = 11,020 GHz ou 11020 MHz BIS : 11020 - 9750 = 1270 LNB avec Oscillateur local 10600 MHz (Bande Ku haute, LNB Universel avec signal 22 kHz) BIS = FR en MHz - 10600 : Exemple : FR = 12,420 GHz ou 12420 MHz BIS : 12420 - 10600 = 1820 LNB avec Oscillateur local 10000 MHz (Bande Ku basse, LNB FSS ou triple bande) BIS = FR en MHz - 10000 : Exemple : FR = 11,420 GHz ou 11420 MHz BIS : 11420 - 10000 = 1420 LNB avec Oscillateur local 10750 MHz (Bande Ku haute, LNB DBS, triple bande ou full-band) BIS = FR en MHz - 10750 : Exemple : FR = 12,420 GHz ou 12420 MHz BIS : 12420 - 10750 = 1670 LNB avec Oscillateur local 11000 MHz (Bande Ku haute, LNB Telecom ou triple bande) BIS = FR en MHz - 11000 : Exemple : FR = 12,420 GHz ou 12420 MHz BIS : 12420 - 11000 = 1420 LNB avec Oscillateur local 11475 MHz (Bande Ku haute, LNB Telecom) BIS = FR en MHz - 11475 : Exemple : FR = 12,522 GHz ou 12522 MHz BIS : 12522 - 11475 = 1047 LNB avec Oscillateur local 5150 MHz (Bande C) Dans le cas de la bande C, les fréquences d'émission couvrent la bande de 3,650 à 4,200 GHz. Pour obtenir la valeur de la bande intermédiaire satellite, il convient donc d'effectuer l'opération inverse : BIS = 5150 (fréquence de l'OL) - FR en MHz Exemple : FR = 3,847 GHz ou 3847 MHz BIS : 5150 - 3847 = 1303

    LNC
    Low Noise Converter. Voir convertisseur.

    LNF
    Low Noise Feed. Cette expression anglaise désigne une source à faible bruit. Cet ensemble, comprenant la source, le polariseur et le LNB, est couramment dénommé « Marconi », du nom de l'industriel qui l'a utilisé le premier.

    Longueur d'onde
    Voir fréquence.

    Loop Through
    Systeme équipant la plupart des terminaux numériques permettant de ressortir le signal BIS : la prise loop through permet de fournir ,via le câble coaxial, le signal BIS ,pour alimenter un second recepteur satellite , à partir du signal BIS fourni au premier recepteur satellite.

    Luminance
    Lumière (Y). L'une des deux composantes d'un signal vidéo (avec la chrominance), qui correspond aux informations noir et blanc contenues dans une image et de luminosité. Dans la transmission du signal, la luminance et la chrominance peuvent être mélangées ou matricées, par exemple Pal, Sécam, NTSC…, ou transmises séparées, tel le D2 Mac. Des prises dites Y/C existent sur certains démodulateurs satellite ou magnétoscopes, qui restituent la luminance et la chrominance séparément pour assurer une meilleure fidélité vidéo.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.
    POUR UPLODER C'EST ICI:
    http://www.zshare.net/

  19. #14
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    Mac
    Multiplexed Analogue Components. En français, Multiplexage analogique des composantes. C'est un système analogique de transmission des signaux de télévision. L'image et le son sont transmis par paquets séquentiels (luminance + chrominance + son et données séparément). Ce standard améliore la qualité de la diffusion, permet la retransmission du format 16/9 et des sons numériques stéréo et multicanaux. Il existe plusieurs versions du système Mac : le T Mac, pour le transport du signal sur lignes spécialisées, le A, le B et le C Mac, versions primitives du système, le D Mac, peu utilisé aujourd'hui, et le D2 Mac, le plus connu, pouvant emprunter des répéteurs de 8 MHz de largeur de bande. Le HD Mac est la version achevée de la filière, capable de transmettre les normes TVHD européennes, 1250 lignes, 50 Hz, et abandonnée au profit du tout numérique.

    Macrovision
    Le but du macrovision est d'empêcher l'enregistrement mais de permettre à la télévision de fournir une image de qualité. Comme les magnétoscopes sont équipé d'un Contrôle Automatique de Gain (pour améliorer l'enregistrement) et non les TV (par manque de qualité), le macrovision s'attaque à ce système. Un contrôle automatique de gain monte le signal quand il est trop faible et baisse un signal quand il est trop fort. De grands pics de tension invisible à l'image sont superposé à l'image. Le contrôle automatique de gain voit une tension élevé et donc réduit le signal au minimum, l'image est toute noire. Les pics sont placé de manière aléatoire, donc une copie aura des variations de luminosité clair/sombre importante. Par ailleurs, le macrovision enlève aussi quelques top de synchronisations ce qui désynchronise l'image de la copie. Mais cela a pour défaut de dégrader l'image, surtout pour les bonnes TV, certains projecteurs et par exemple les doubleurs de lignes.

    Magnétique
    Voir polariseur.

    Main Profile@ (at) Main Level.
    Profil de compression vidéo MPEG-2 qui permet d'échantillonner la luminance et la chrominance à un taux de 4:2:0 suivant unerésolution de 720 x 576 pixels et de transférer les données à un débit de 15 Mbits/s (1,79 Mo/s). Ce profil sert à la télédiffusion et à la distribution sur disque DVD.

    Marconi
    Voir LNF.

    MCPC
    Abréviation de "Multiple Channel Per Carrier". Désigne une porteuse employée pour une diffusion numérique et regroupant un certain nombre de chaînes émises à partir d'un même multiplex (une même fréquence). C'est le standard le plus utilisé pour la réception directe grand public. Le symbol rate (SR) est généralement de 27 500 (même s'il peut descendre dans les 10 000 et quelques fois monter au-dessus de 30 000, ce qui n'est pas couvert par tous les terminaux) avec un FEC en général de 2/3, 3/4 ou 5/6.

    Mécanique
    Voir polariseur.

    Mediaguard
    Mode de cryptage utilisé par les chaînes de Canal+/satellite dans ses bouquets numériques français et étrangers.

    Mediahighway
    Nom donné au système d'exploitation (applications interactives) du terminal numérique de Canal+ en France et à l'étranger.

    Megabit
    Mbit en abrégé, par seconde. Unité souvent utilisée pour les débits de transmission audio/vidéo/données, en diffusion numérique.

    Micro-ondes
    Microwaves en anglais. En télévision, gamme de fréquences utilisant le spectre HF, allant de 3 GHz à 30 GHz. Elle est notamment utilisée pour les liaisons satellite et les faisceaux hertziens.

    MMDS
    Microwave Multipoint Distribution System, surnommé le « câble hertzien » (wireless cable). Système de diffusion terrestre, utilisant la bande 2,5 à 2,7 GHz. La diffusion MMDS peut être analogique (Pal, Sécam, NTSC) ou numérique. Elle est très courante dans certains pays du monde, notamment en Afrique. Quelques expériences ont vu le jour en France, en particulier à Prades (Pyrénées Orientales).

    Modulateur
    Circuit émetteur. Pour un récepteur satellite ou un magnétoscope, ce circuit émet les signaux audio et vidéo sur une fréquence, suivant les standards et les normes de télévision terrestre. Raccordé directement à la prise antenne du téléviseur, le modulateur permet de traduire ces signaux dans les mêmes conditions qu'un émetteur hertzien terrestre.

    Moniteur vidéo
    Téléviseur dépourvu de circuits de réception. De ce fait, un moniteur vidéo n’est pas assujetti à la redevance en France. Comparable à l’écran d’un ordinateur, il peut se voir relier un démodulateur, un magnétoscope, une caméra… ou toute autre source vidéo. Certains n'intègrent pas de haut-parleurs et ne délivrent donc que l’image.

    Monture
    Structure métallique qui supporte la parabole. Elle peut être fixe ou mobile. Une monture mobile, dite motorisée, est munie d'un moteur (ou actuateur) et est pilotée par un positionneur associé au récepteur. Il existe deux types de montures mobiles : monture polaire ou équatoriale et monture horizon/horizon.

    Mosaïque
    Voir pixelisation.

    MP 3
    Conçu conjointement par l'institut Fraunhofer et Thomson et standardisé dès 1992, le MP3 est un algorithme de compression dérivé de la compression sonore utilisé pour les vidéos au format MPEG-1 (MP3 signifie d'ailleurs MPEG-1 Audio Layer 3). Il s'agit du format qui offre le panel de paramétrage le plus important. On peut en effet définir un débit ("bitrate" dans le jargon) allant de 32 à 320 kbps. À partir de 128 Kbps, la qualité audio devient suffisante pour encoder des chansons. À 192 Kbps, la qualité est similaire à celle d'un CD audio. À ce taux de compression, une minute de musique équivaut à 1,4 Mo de données. Mais il est également possible d'opter pour un débit variable dit VBR (Variable Bit Rate). Dans ce cas, l'encodeur augmentera le taux de compression sur les passages musicaux moins complexes, ce qui diminuera légèrement la taille du fichier final. Le gain dépend grandement du type de morceau : de 5 à 10% avec un extrait de musique classique ou du jazz, pas grand-chose avec du rock ou du rap. Le gros avantage du MP3 demeure sa compatibilité avec l'ensemble des baladeurs audionumériques, mais aussi certaines chaînes hi-fi, autoradios et lecteurs de DVD de salon. En revanche, ce format pèche un peu au niveau de la restitution des fréquences aiguës et se montre donc moins adapté à la musique classique, par exemple.

    MP 3 PRO
    Avec l'arrivée de formats concurrents et plus efficaces tels le WMA ou l'AAC, les dépositaires du MP3 ont décidé de faire évoluer le format. D'où l'arrivée du MP3 Pro, sorti à la fin de 2001. Dans son principe, le MP3 Pro a pour but d'améliorer la principale lacune du MP3 au niveau des fréquences élevées. Ainsi, si le premier supprime purement et simplement les fréquences situées au-delà d'un spectre défini par le taux de compression, le second essaie, autant que faire ce peu, de conserver certaines de ces hautes fréquences qui amélioreront la qualité d'écoute. Ainsi à un débit de 96 kbps, le MP3 Pro est légèrement plus efficace que le MP3 à 128 kbps, d'où un gain de poids de 25%. Plus le débit sera faible, et plus le gain sera élevé. Et en corollaire, avec un débit supérieur ou égal à 192 kbps, la différence apparaît quasi imperceptible. La qualité CD en MP3 Pro est obtenue à 96 kbps, soit 720 ko pour une minute. Toutefois, et c'est là que le bât blesse et nuit au développement de ce format, il n'existe pas d'encodeur gratuit supportant le MP3 Pro. Signalons que les fichiers MP3 Pro peuvent en théorie être lus par des baladeurs ne supportant que le MP3 mais dans la pratique la qualité sonore obtenue est souvent sujette à caution.

    Mpeg
    De l'anglais Motion Picture Expert Group. Signifie Groupe d'experts pour l'image animée (vidéo). À l'origine, unité de recherche et de développement américaine, qui a mis au point une série de normes et recommandations techniques pour la compression et la diffusion numérique audio et vidéo. Nom également donné à la norme de compression et de diffusion numérique pour la télévision. La première version de cette norme, le Mpeg 1, est exploitée sur certains supports comme le CD Vidéo, pour une qualité moyenne, alors que le Mpeg 2 peut véhiculer la TVHD. Il existe également des normes intermédiaires (Mpeg 1.5). Le Mpeg 2 est associé à la norme européenne de diffusion DVB.

    Multicrypt
    Technique consistant à « interchanger », dans un décodeur numérique, plusieurs contrôles d'accès, grâce à une ou plusieurs interfaces communes. Elle permet ainsi à ce terminal spécifique de décrypter successivement plusieurs systèmes différents (Mediaguard, Viaccess, Irdeto par exemple), en fonction de celui (ou ceux) choisi(s). L'avantage de cette technique est que les terminaux peuvent être fabriqués en grande série et intégrer au dernier moment le (ou les) contrôle(s) d'accès en vigueur dans le pays de commercialisation. La base de l'appareil reste donc la même. Seul le contrôle d'accès change. Inutile d'envoyer plusieurs modes de cryptage dans le signal, comme c'est nécessaire dans le cas du simulcrypt. Voir interface commune. Dans la procédure Multicrypt les récepteurs numériques ne sont à usage multiple que s’ils sont eux-mêmes équipés pour décrypter des programmes diversementcryptés. Pendant leur diffusion, les programmes ne sont protégés que par un seul système de cryptage à la fois. Pour recevoir un programme, le récepteur a besoin du système de décryptage propre à ce programme. Tant qu’un récepteur numérique ne contient qu’un seul module installé, cela signifie que, pour tout autre programme dépendant d’un système decryptage différent de celui des programmes précédemment vus, le téléspectateur auraitbesoin d’un récepteur numérique supplémentaire. Il y a cependant derrière la procédure Multicrypt l’idée de rendre le module d’accès conditionnel interchangeable ou de permettred’utiliser plusieurs modules CA dans le même récepteur numérique. Il suffirait d’agrandir le récepteur numérique ou de ne remplacer qu’une seule pièce

    Multiplex
    En télévision numérique, signal regroupant un ensemble de programmes comprimés et diffusés simultanément sur une même fréquence.

    Multiplexage
    Action de multiplexer.

    Multiplexer
    Réaliser un multiplex, c'est-à-dire combiner plusieurs sources vidéo, audio et données par exemple en un même signal, pour les diffuser en même temps sur une même fréquence.

    Multiplicateur de lignes
    Cet appareil de traitement vidéo très sophistiqué permet de calculer les points intermédiaires pour construire une image haute définition (voire très haute définition) à partir du signal vidéo. Très en vogue sur les grosses installations à base de projecteurs tri-tubes, les multiplicateurs de lignes sont aujourd'hui accessibles et peuvent être adaptés sur les vidéo-projecteurs LCD et DLP.Un multiplicateur de lignes offre une amélioration très sensible de la qualité d'image dès que la taille de l'écran dépasse 1,50 m de base. A partir de 2m ou 2,5m de base, il devient indispensable !

    Musicam
    Abréviation pour Masking pattern adapted Universal Subband Integrated Coded And Multiplexing. Norme de compression numérique audio utilisée pour la retransmission des signaux télé en Mpeg.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

  20. Merci ahmed bel, massinisa, DRAALAHMAR disent merci
  21. #15
    Membre d'Honneur Avatar de Lagdjil
    Inscrit
    Mar 2007
    Messages
    3 589
    Remerciement / J'aime
    NAB
    National Association of Broadcasters. Association américaine, regroupant plus d'un millier de chaînes de télévision diffusant sur le territoire américain. Désigne également la convention annuelle, qui propose la plus importante exposition mondiale de matériel de télévision professionnel.

    Nagravision
    Mode de cryptage utilisé pour la diffusion analogique notamment par Canal+ et toutes les chaînes développées dans son giron en France et à l'étranger. En numérique, le système a été retenu par Vía Digital en Espagne.

    Nicam
    Near Instantaneous Compression And Modulation. Système de diffusion d'une sous-porteuse son numérique en Pal ou en Sécam. La sous-porteuse Nicam, qui peut être mono ou stéréo, permet de doubler la sous-porteuse analogique avec un son numérique. Le Nicam a été adapté par TDF au Sécam en voie hertzienne et la plupart des postes de télévision sur le marché sont aujourd'hui Sécam-Nicam.

    Nilesat
    Satellites exploités par le gouvernement égyptien, à 7° Ouest. Deux satellites sont opérationnels 101 et 102 à la même position orbitale. Pour les zones de couverture voir : http://www.nilesat.com.eg/satfootprint.htm

    NIT
    Abréviation anglaise de Network information table. Tableau contenant les données techniques relatives (SR et PID) à la réception et à la reconnaissance par les récepteurs des programmes transmis. On parle aussi de Program map table (PMT). Le DVB-SI spécifie le système numérique d'informations nécessaire à l'identification des diffusions. Les obligatoires comprennent les Network information table (NIT), pour identifier le diffuseur, les Service description table (SDT), pour obtenir le nom des chaînes diffusées, les Event information table (EIT), qui permettent de donner des informations sur les programmes (résumés, etc.) et les Time and Data Table (TDT), pour obtenir la date et l'heure. Certaines sont facultatives, telles les Bouquet association table (BAT), les Running Association Table (RST) et Stuffing tables (ST).

    NLS 256
    Abréviation de Nokia Line Shuffling, le nombre associé se référant à celui des lignes présentes dans l'image. Elle était en fait un mode de cryptage utilisé pour la diffusion analogique par de rares chaînes en Europe et développé par Nokia.

    Nominal
    Concerne notamment le lancement des satellites. Ce terme indique que les phases de mise à feu, décollage ou mise en orbite… s'effectuent normalement, de manière conforme aux prévisions.

    Norme
    En télévision, une norme d'émission, à ne pas confondre avec le standard couleur, est symbolisée par une lettre, B, G, I, K, L, etc. Elle permet d'identifier les caractéristiques d'un émetteur terrestre : gamme de fréquences, largeur de bande vidéo et audio, polarité des signaux, spécification des fréquences sous-porteuses et du type de modulation, AM ou FM. En France métropolitaine, le Sécam est modulé en norme L.

    NRA
    Le NRA est l'acronyme de "Noeud de Raccordement d'Abonnés". Il s'agit d'un local stratégique au coeur duquel transitent la paire de cuivre des lignes téléphoniques des abonnés ADSL, et les câbles de fibre optique des différents réseaux des fournisseurs d'accès. Près de 13000 NRA composent le réseau téléphonique et ADSL français. Peu visibles et sécurisés, ces locaux sont bien souvent situés dans les sous-sols des bâtiments de l'opérateur historique France Télécom. Maillon essentiel du réseau ADSL, le NRA est d'autant plus important qu'il sert d'interface entre la boucle locale (réseau de cuivre de France Télécom) et les installations des opérateurs alternatifs qui proposent le dégroupage partiel ou total.

    NTSC
    National Television System Committee. À l'origine, organisme américain qui, en 1954, a établi les spécifications du système de télévision en couleurs connu aujourd'hui sous le nom de NTSC, exploité principalement aux États-Unis, au Canada et au Japon. Le NTSC emploie un signal de luminance et deux signaux de chrominance, représentant deux des trois couleurs primaires, rouge-vert-bleu, qui modulent en amplitude deux sous-porteuses de même fréquence, 3,5 MHz environ, et en quadrature de phase. Le signal représentant la troisième couleur primaire est obtenu, en retranchant de la valeur du signal de luminance les valeurs pondérées des deux signaux de chrominance, effectivement transmis. Le NTSC est un système à 525 lignes. Cousin du Pal européen, sa conversion dans ce format nécessite une numérisation des signaux, en raison des différences relatives au balayage et au nombre d'images par seconde.

    numérique
    Mode de codage en système binaire (base 2) de toute information destinée à un traitement informatisé. Avec l’avènement de la télévision numérique, l’environnement technologique a gagné encomplexité par rapport à l’ère analogique, à commencer par le traitement des images en flux de données numériques. Ces flux contenant un énorme volume de données demandent,avant d’être envoyés, à être compressés. C’est cette compression qui permet, en relationavec le fractionnement en échantillons des informations sonores et visuelles, de former desmultiplexes composés de différents programmes et services. Une transmission “multiplex”passe par un canal. Il faut savoir que, si un canal ne peut transmettre qu’un seul programme en mode analogique, désormais il pourra loger 6 à 12 programmes, en fonction du debit utilisé. Des services et une multiplicité d’informations supplémentaires sur les programmes, qui échappaient àl’analogique, peuvent y être adjoints. Du côté du récepteur, si l’ancien poste analogique de télévision peut certes être conservé, le boîtier récepteur numérique (Terminal ou Set-Top-Box) s’impose cependant, pour décrypter les données numériques, reconvertir le multiplex en programmesindividuels et accueillir d’éventuelles nouveautés techniques. A titre d’illustration, onévoquera le guide électronique des programmes (EPG), mais aussi des services interactifs à des degrés divers, comme la banque à domicile, le téléachat, etc.. Pour qu’il y aitinteractivité, il faut que la possibilité de communiquer existe avec celui qui propose unprogramme ou un service, grâce à un canal retour.

    Numéris
    Nom commercial donné par France Télécom au Réseau numérique à intégration de service (RNIS). Ligne téléphonique numérique à haut débit (64 kbit/s). Expérimenté en 1988, le réseau numérique à intégration de services permet de transmettre d'un ordinateur à l'autre par le réseau de télécommunications du texte, des images, du son, y compris des documents élaborés sur informatique.


    LG
    La connaissance, c'est partager le savoir qui nous fait grandir.

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
Nous contacter | DZSat | Archives | Haut de page