Selon Numerama, les serveurs du logiciel de peer-to-peer eMule ont subi ces derniers jours plusieurs tentatives de déstabilisation. Il s’agit d’attaques DDOS, dont le principe est de multiplier le nombre connexions et les requêtes afin de rendre inaccessible le serveur.

Ce week-end, plusieurs serveurs étaient indisponibles, dont le principal, Razorback 3.0. L’histoire devient assez amusante quand on sait que l’ensemble du réseau a tout de même résisté grâce aux sociétés employées par l’industrie culturelle pour lutter contre le piratage.

En effet, ces dernières installent de faux serveurs auxquels les internautes se connectent. Le réseau aurait probablement sauté sous la pression de l’attaque, mais les faux serveurs ont permis de répartir et d’amortir la charge, explique Numerama.