<b>Canal+ avait déposé plainte contre sa rivale auprès du tribunal de commerce de Nanterre et réclamait 293 millions d’euros.



Canal+ retire sa plainte pour concurrence déloyale contre BeIN Sports. AFP PHOTO / FRANCK FIFE - AFP



La paix des braves ? D’après nos informations, Canal+ a discrètement retiré la semaine dernière la plainte pour «concurrence déloyale» qu’elle avait déposée l’été dernier contre BeIN Sports, sa grande rivale. Un préjudice pour lequel elle lui réclamait un montant exorbitant de 293 millions d’euros, selon BFM Business.


Canal+ estimait qu’il devait faire face à un adversaire financé par un Etat, le Qatar, à fonds perdus. Alors que Canal+ doit, lui rendre des comptes à ses actionnaires sur sa rentabilité. «Nous évoluons dans un contexte concurrentiel violent, avec un concurrent aux poches pleines, qui déploie un modèle économique que nous estimons déloyal et qui est mu par des intérêts qu’on ne comprend pas très bien, financé par le fonds souverain d’un Etat. Ses intentions sont claires et impérialistes. Leurs moyens sont colossaux et notre possibilité de résister à terme n’est pas infinie», déclarait aux «Echos» Cyril Linette, patron des sports de Canal+, en février 2013.

Canal+ avait aussi attaqué, sans succès, BeIN pour débauchage de plusieurs de ses journalistes, dont l’animateur Christophe Josse. Mais tout cela semble oublié aujourd’hui... Bertrand Meheut, le patron de Canal+, juge même dans «Le Figaro» d’hier que BeIN est «un adversaire respectable», c’est dire !

Deux stratégies complémentaires

En réalité, ces dernières semaines, Canal+ est parvenu à préserver ses intérêts face à son adversaire sur trois terrains prestigieux coup sur coup : le Top 14 de rugby dont elle conserve l’exclusivité, la Ligue 1 de football dont elle a obtenu les trois meilleures affiches par journée de championnat et, tout récemment, la Ligue des champions dont elle conserve une partie des meilleurs matchs.

Aujourd’hui, après des mois de bataille, chacune des deux rivales est parvenue à trouver sa place. Canal+ se positionne comme la chaîne très haut de gamme qui propose le meilleur du sport. BeIN mise elle, sur la quantité des droits sportifs. Elle diversifie son portefeuille dans toutes les disciplines (basket, foot, rubgy...) dont elle propose un traitement exhaustif. Elle a, par exemple, toute la Ligue 1 - avec trois matchs différés par journée- et toute la Ligue des champions. Chacun y trouve son compte.

Reste à savoir si, de son côté, la chaîne qatarie, qui a récemment saisi l’autorité de la concurrence pour contester l’attribution du Top 14 de rugby à Canal+, va maintenir sa plainte. Pour l’heure, elle reste discrète sur ses intentions.

lesechos.fr