(Salon de la Réception Numérique). C'était l'occasion pour les opérateurs, et notamment Canal+/Canalsat de vanter les bienfaits de leurs produits auprès des participants et exposants.

Beaucoup de blablas pour présenter les nouveautés de la maison Canal+. Malheureusement, d'autres points bien plus importants ne sont pas abordés comme par exemple, la nouvelle politique de Guy Lafarge envers la distribution des cartes seules. Canal omettra même de signaler les nombreuses plaintes dont fait l’objet le groupe par la Direction des Fraudes.

Une nouvelle politique qui met également à mal de nombreux distributeurs et parmi eux, Serge Surpin.

Serge Surpin qui est habituellement une personne plutôt calme, patiente et surtout fort sympathique, a cette fois dit leurs 4 vérités au directeur commercial du groupe Canal+, David Neichel et au Directeur du développement Canal+ distribution, Frédéric Vincent, en tirant un véritable signal d'alarme. Les responsables ont alors cherché à faire taire Serge Surpin en l’invitant à discuter à l’issue de la conférence, et ont clairement refusé de répondre publiquement. Seule la carte du « piratage » a été avancée.
Bizarrement, les nombreuses erreurs de commercialisation, les effets monopolistiques, les infractions aux codes de la consommation n’attirent pas plus les groupes de presse que l'AFP, car la presse (hormis nos confrères de TéléSatellite) ne s’intéresse pas aux effets néfastes du monopole Canal.


SRN : un happening dans la conférence

La conférence distributeur du Groupe Canal, avant' hier en début d'après-midi au Salon de la réception numérique, a été plus animée que prévu par ses organisateurs. Peu après l'introduction de celle-ci par David Neichel, directeur commercial du groupe, Serge Surpin, un important distributeur parisien qui revendique 3 à 4 000 abonnements Canal par an, a pris la parole pendant une vingtaine de minutes pour réclamer un dialogue qu'il dit impossible avec le groupe, à la suite de la résiliation de son contrat, ce qui, a-t-il souligné, le « met en faillite ».

Evoquant son investissement personnel dans le développement de Canal+ depuis le lancement de la chaîne il y a 24 ans et sa passion pour le satellite, il a fustigé la politique du groupe envers les distributeurs.

Du côté de Canal, on nous indique qu'en effet le dialogue est difficile avec ce distributeur dans la mesure où il a engagé une procédure judiciaire, actuellement en cours. Le problème porte, nous indique-t-on, sur des procédures qu'il n'aurait pas respectées, en dépit de plusieurs rappels à l'ordre.

Malgré un certain sentiment de malaise, la conférence s'est ensuite poursuivie normalement, sans annonce particulière, David Neichel, Frédéric
Vincent, le directeur du développement de Canal+ Distribution, Nicolas Tertre, en charge de Canal+ à la demande, et Joël Robert, en charge de l'habitat collectif, évoquant les derniers développements technologiques (Canal Play, Canal à la demande, etc.), les promotions et la politique de
développement vers l'habitat collectif. A noter les félicitations adressées aux installateurs pour la mise en oeuvre des opérations de redirection des paraboles à la suite de la fusion, une opération aujourd'hui réalisée à 50 %, a-t-il été indiqué, et qui débute vers l'habitat collectif.