Le groupe de télévision par satellite qatari affirme avoir repéré les installations militaires à l'origine des interférences empêchant la diffusion de ses programmes.



Le groupe de télévision qatari affirme que les autorités égyptiennes ont installé des brouilleurs pour empêcher la diffusion de ses programmes.

Le groupe de télévision satellitaire Al-Jazeera du Qatar a accusé les autorités égyptiennes de brouiller toutes ses chaînes en Egypte, alors qu'il poursuit sa couverture critique de la répression policière des islamistes dans ce pays. Mardi, la justice égyptienne a ordonné la fermeture d'Al-Jazeera Mubasher Misr, l'antenne égyptienne du groupe qatari, et trois autres chaînes islamistes locales.

"Des experts indépendants", engagés par Al-Jazeera, ont localisé l'origine du brouillage qui émane de la capitale égyptienne, affirme la chaîne sur son site internet, mercredi 4 septembre.
Les experts étaient "sûrs du lieu et du responsable" du brouillage, a poursuivi Al-Jazeera, précisant qu'ils avaient identifié des endroits à l'est et à l'ouest du Caire, notamment des installations militaires, comme sources des interférences. Al-Jazeera indique avoir été obligée de changer ses fréquences à plusieurs reprises pour permettre à ses téléspectateurs de capter ses chaînes d'information et de sports.
La chaîne qatarie paie son soutien au président déchu

Les autorités et les médias égyptiens accusent Al-Jazeera de couvrir de façon partiale les événements sanglants qui ont suivi la destitution par l'armée, le 3 juillet, du président islamiste Mohamed Morsi à la suite de manifestations monstres réclamant son départ.
La chaîne qatarie a donné une large couverture aux manifestations contre l'arrestation de Mohamed Morsi et à la répression des partisans des Frères musulmans, confrérie dont il est issu.
Le Qatar, riche émirat gazier du Golfe, qui était l'un des principaux soutiens de Mohamed Morsi, avait condamné la répression policière des partisans du président destitué.


tempsreel.nouvelobs.com