Canal+ estime que le Qatar est en conflit d’intérêt car il est à la fois propriétaire de BeIN Sports et du PSG. Le ministère des Sports ne voit pas le problème.


Le ministère des Sports estime qu’il n’y a pas de conflit d’intérêt. - AFP


La réponse du gouvernement à la note blanche de Canal+ sur les droits TV de la Ligue 1 de football ne s’est pas faite attendre. Dénonçant un conflit d’intérêt, la chaîne cryptée réclamait un décret en Conseil d’Etat pour interdire à une chaîne de télévision de participer à un appel à candidatures de la LFP, dès lors qu’elle est propriétaire d’un club de football. Ce qui est le cas de BeIN Sports, la grande rivale de Canal+ qui détient aussi le PSG.

La note blanche « a fait l’objet d’une expertise de différents services, indique aux « Echos », ce matin, le ministère des Sports. Il ressort de cette analyse que la situation de conflits d’intérêts contestée ne semble pas être établie et que les garanties prévues tant par le législateur, au titre du droit de la concurrence, que par les instances du football, sont à ce jour suffisantes pour prévenir les risques de conflits d’intérêts tels que mentionnés par Canal+ ».

Dans son argumentaire, la chaîne cryptée considérait, en citant le code du sport, que les droits audiovisuels de la Ligue de football professionnel (LFP) sont la propriété des clubs de football. Or, le Qatar est propriétaire du PSG, le club de foot de Paris, et aussi, de la chaîne de télévision BeIN Sports, qui diffuse la Ligue 1 de football, compétition commercialisée par la LFP. D’où le conflit d’intérêt dénoncé par Canal+ : le Qatar est à la fois acheteur et vendeur.

Frédéric Thiriez, président de la LFP, furieux

« Ce n’est pas le PSG qui vend ses droits, mais la Ligue de Football Professionnel, sur la base de l’avis d’un comité de pilotage dont le PSG n’est pas membre », rétorque le ministère des sports. Ce dernier rappelle que l’Autorité de la concurrence « peut être saisie par l’un des concurrents à un appel d’offres qui s’estimerait lésé ». « Canal+ pourrait en faire usage le cas échéant », poursuit-il. « L’interdiction a priori faite par décret à un opérateur de candidater à l’appel d’offres de la ligue 1 de football, comme le demande Canal+, n’est donc pas à l’ordre du jour », conclut le ministère.

Celui-ci précise d’ailleurs qu’une « telle interdiction aurait par ailleurs des conséquences importantes sur la valeur des droits TV de la LFP et donc sur l’équilibre économique du football professionnel français ». Frédéric Thiriez, président de la LFP est d’ailleurs furieux de l’initiative de Canal+. Il tient des propos très durs sur la chaîne cryptée dans un courrier adressé aux présidents de clubs de football.

« Il s’agit évidemment d’une nouvelle tentative de Canal+ destinée à étouffer la concurrence et faire ainsi baisser le montant des droits, souligne-t-il dans cette lettre, révélée par « L’Equipe », ce matin. « Je vous informe que dès demain je vais alerter et solliciter des rendez-vous auprès des ministères concernés et des présidents de l’Autorité de la concurrence et du CSA afin de protester contre cette manœuvre anticoncurrentielle. Je ne manquerai pas de vous tenir informé des suites de cette affaire consternante », ajoute-t-il.

lesechos.fr