Le piratage d'Al Jazeera s'est véritablement banalisé ces derniers temps.

Après le piratage de l'Entv du match Burkina Faso-Algérie et celui de la télévision égyptienne du match Ghana-Egypte sans autorisation de la chaîne qatarie, c'était au tour aujourd'hui de la télévision publique tunisienne Al Watanyia 1 de pirater un autre média qatari, cette fois Al Jazeera News.
La télévision publique tunisienne a diffusé en effet la conférence de presse du ministre de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui, à travers Al Jazeera en piquant carrément le signal avec le célèbre logo de la télévision qatarie.
La télévision publique tunisienne s'en est ensuite excusée auprès de ses téléspectateurs prétextant d'une panne technique survenue avant le démarrage de la conférence de presse.
Le recours à la diffusion d'Al Jazeera, entrerait, selon le mot d'excuse diffusé par Al Watanyia 1, dans le cadre de la préservation du droit du citoyen à l'information.
Une rediffusion de l'intégralité de la conférence de presse a été ensuite assurée par la télévision publique tunisienne.
Cette déclinaison a créé une énorme polémique sur la Toile et les réseaux sociaux en Tunisie qui ont crié au scandale, dénonçant même une occupation qatarie des services de communication de l'Etat tunisien.
Pour s'expliquer de cette «maladresse audiovisuelle», la direction de la télévision tunisienne n'a rien trouvé de mieux que de prétexter une panne subite de ses équipements de transmission et ne voulant pas laisser le citoyen «dans l'attente de l'information», elle a jugé opportun d'emprunter les images d'Al Jazeera.
Ci celle-ci avait copié les images de la télévision tunisienne avec le logo, ça aurait été presque une évidence, mais de là à copier un média étranger sur son propre sol, cela résulte de la grande aberration professionnelle.
Même si la pratique d'échanges des images est courante dans le monde audiovisuel, prendre le signal d'un média étranger par un média local, ça devient terriblement inquiétant.
Depuis cette affaire du match de l'Algérie, pirater Al Jazeera est devenu un exercice, voire une pratique courante en l'absence d'une réaction «pénale» des Qataris. Aujourd'hui, à quelques semaines des matchs retours de barrages de la Coupe du Monde en Afrique, la grande crainte d'Al Jazeera c'est de voir cette pratique se généraliser chez les télévisions privées algériennes qui sont réputées pour le piratage des films américains.
La société sportfive avait pourtant envoyé une liste des chaînes privées algériennes capables de pirater le match sur leur antenne.
Mais techniquement, ça va être difficile pour ces chaînes qui diffusent leurs programmes via Internet et qui envoient souvent leur programme par FTP.
Seule la Télévision algérienne a la maîtrise de la diffusion satellitaire puisqu'elle possède ses propres moyens de télédiffusion, ce que les télévisions privées sont aujourd'hui incapables de réaliser.
Mais il n'est pas exclu qu'elle diffuse le match en différé de quelques minutes sans l'aval des ayants droit. Ce qui créera une nouvelle fois une crise de droit... d'auteur.

lexpressiondz.com