Nessma TV qui annonçait son arrivée en fanfare en Algérie risque de vite déchanter. Elle risque d’être poursuivie par l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins pour avoir utilisé des musiques algériennes sans avoir acheter les droits de transmission.
Le directeur général de l’Office national des droits d’auteurs et droits voisins (ONDA), Sami Bencheikh a été clair avec Nessma TV, « Si la chaîne tunisienne continue de diffuser des chansons algériennes sans payer les droits, nous serons contraints de la poursuivre devant la justice tunisienne », a-t-il souligné en marge de la conférence de presse au siège de la Radio algérienne. Pourquoi Nessma TV est dans le collimateur de l’ONDA ? Elle exploiterait depuis des années la musique d’artistes algériens « sans payer de droits à leurs familles comme de vigueur de par le monde », a indiqué Sami Bencheikh. Ce dernier a souligné que la chaîne tunisienne reprend souvent les œuvres artistiques de Dahmane El-Harrachi telle la chanson « Ya rayeh win m’safer » ou d’El-Badji « El Hmam li rebitou » composée par Mahboub Bati. C’est un coup dur pour la Nessma TV, qui a officiellement lancé un bouquet de chaînes dont une algérienne « Nessma Vert », composée d’un contenu « Algéro-Marocco-maghrebin », a expliqué la direction de la chaîne tunisienne dans un communiqué de presse paru lundi 22 avril. Soulignons enfin que l’ONDA a sommé les artistes algériens de ne plus intervenir sur la chaîne tunisienne pour contester ses méthodes, sous peine de ne plus pouvoir revendiquer leurs droits auprès de l’office.

algerie-focus