<a href="http://www.dzsat.org/forum/attachment.php?s=fb39f06854944c856c4e006734a377b7&attachmentid=26776&d=1372083064" id="attachment26776" rel="nofollow" >Cliquez sur l'image pour l'afficher en taille normale

Nom : 1194921630_small.jpg 
Affichages : 23 
Taille : 7.9 Ko 
ID : 26776Après un arrêt qui a duré sept ans, les frères Karoui envisagent (à la surprise générale) de relancer leur premier projet audiovisuel: la Star Academy Maghreb pour la saison 2014 sur la chaîne Nessma TV. C'est en tout cas ce qu'a révélé la page du programme sur Facebook. La première édition de la Star Academy Maghreb qui a été lancée en 2007 et qui fut un grand échec audiovisuel, puisque les pays du Maghreb n'ont pas adopté ce concept qui était déjà visionné sur TF1. Du coup, l'audience et surtout les retombées publicitaires n'ont pas suivi. A l'époque, le groupe Karoui et Karoui en partenariat avec Endemol, leader international de la production de l'audiovisuel et des programmes de divertissement et de téléréalité, ont lancé la Star Académy Maghreb destinée spécialement aux Maghrébins. Le principe de l'émission était resté le même. Pendant trois mois et demi, 14 étudiants, 100% du Maghreb habiteront dans une «Dar» où ils recevront un enseignement par des professeurs, 100% maghrébins: chanter, danser etc. L'objectif de la Star Academy est de découvrir les nouveaux talents et de permettre aux jeunes de réaliser leur rêve. Le gagnant bénéficiera d'un album, d'un clip et d'une tournée sous le label musical de Karaoui et Karaoui. Malgré l'apport de certains artistes venus du Maghreb comme Khaled, Lotfi Bouchnak ou encore Latifa, l'émission n'a pas eu du succès. Ajouter à cela des problèmes survenus entre deux opérateurs de téléphonie mobile en Algérie et le groupe Karoui. Nessma qui avait recruté Baâziz comme directeur artistique avait recruté plusieurs artistes algériens pour les primes. Ainsi on a vu défiler Khaled, Faudel, Lotfi Double Kanon ou encore le comédien Hichem Mesbah qui était recruté comme professeur d'art dramatique pour les élèves. Ces têtes d'affiches algériennes ont tout de même réussi à séduire les téléspectateurs algériens, mais la publicité n'a pas suivi et l'opérateur qui travaillait pour l'émission, pour les SMS, était classé troisième sur le marché des télécoms algériens et du coup il n'avait pas assez d'abonnés pour renflouer les caisses de l'émission. Après la fin de la première saison, Nessma a accusé des difficultés financières énormes provoquant la suspension de sa grille pour passer à la simple diffusion de clips musicaux. Cette crise financière oblige le P-DG, Nabil Karoui, de vendre 50% de ses parts à Quinta Communications de Tarak Ben Ammar et à Mediaset de Silvio Berlusconi. L'opération qui était un sauvetage a été transformée en renforcement des capacités de production de la chaîne. Et suite à l'échec de la première saison de Star Acadamy, Nessma TV décide d'abandonner le concept en recul déjà en Europe et s'attaque au divertissement, en lançant un programme moderne, porté par des programmes phares comme Ness Nessma, animée par le célèbre Fawaz Ben Tmessek. Mais curieusement, cette information intervient dans un contexte de crise pour la chaîne Nessma, qui a dû fermer ses bureaux au Maroc et qui s'apprêterait, selon certaines sources, à fermer ses bureaux en Algérie après le Ramadhan. Le seul bon résultat est sans doute les audiences en progression de Nessma Hamra en Tunisie, qui apportent une légère satisfaction pour les partenaires de ce projet audiovisuel très risqué. Mais avec le concept de Star arac qui est désuet, il sera plus judicieux de lancer une première édition de Maghreb Idol, surtout que les candidats maghrébins font souvent l'objet de mise à l'écart injuste des jurys arabes trop jaloux et racistes envers les candidats venant d'Afrique du Nord.

www.lexpressiondz.com