<font color="#333333">mily: Arial">Selon les Echos, l’autorité de la concurrence menacerait l’alliance entre Canal+ et beIN Sports


mily: Arial">
Selon les informations des Echos, le projet de distribution exclusive des chaines beIN Sports par Canal se présentent mal. L’autorité de la concurrence devrait rendre en milieu de semaine son verdict, imposant des conditions qui seraient difficiles à accepter pour le groupe Canal. Avec beIN Sports, Canal+ espère retrouver son leadership sur le sport à la télévision, ce qui lui permettrait de repenser le marketing de son offre pour attirer des nouveaux clients.
L’autorité de la concurrence devra déjà lever une injonction concernant la distribution de chaines premium. Une mesure qui avait été imposée à Canal+ en 2012 parce qu’il n’avait pas respecté ses engagements en 2006 avec la fusion de CanalSat et TPS. Sauf que l’autorité de la concurrence n’est pas vraiment disposée à autoriser ce rapprochement.
Canal estime que le PAF a évolué avec l’arrivée de concurrents comme Netflix, le gendarme de la concurrence pense que cela constituera un risque pour les consommateurs, ses concurrents, et les vendeurs de droits sportifs. Canal+ a déjà accepté de son coté qu’un abonné puisse s’abonner à beIN Sports, sans être obligé de s’abonner à Canal+ ou CanalSat.
Pour l’autorité de la concurrence, il n’est pas question de freiner l’essor des opérateurs dans les contenus en renforçant Canal+. L’important est de favoriser l’implantation de contre pouvoir face à la chaine cryptée. Toujours selon les Echos, l’autorité à proposé que Canal instaure des prix de revente en gros a ses concurrents de ces contenus de beIN. De plus, l’autorité de la concurrence estime que la situation est moins noire pour Canal que le laisse penser Vincent Bolloré. Le bouquet qui est inséparable avec CanalSat génèrent toujours des bénéfices. Il ne voit pas non plus des offres de beIN Sports et Netflix comme une menace mortelle pour le groupe.