Le PDG de TF1 Nonce Paolini a averti lundi que si la chaîne d'info en continu LCI, actuellement payante, ne peut pas devenir gratuite, le groupe devra la fermer. "La gratuité est la seule voie d'avenir pour LCI", a-t-il expliqué lundi devant quelques journalistes. "Le choix du clair pour la chaîne n'est pas un choix mais une nécessité". A la question de savoir si le groupe devra fermer la chaîne en cas de non-passage au gratuit, il a répondu "oui".
Le Sénat examine cette semaine la loi sur l'audiovisuel, qui devrait donner au CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) le pouvoir de faire passer une chaîne du payant au gratuit. TF1 compte profiter de cette opportunité pour demander le passage au gratuit pour sa filiale LCI, chaîne déficitaire dont l'audience n'atteint que 0,2%, concurrencée par les deux chaînes d'info gratuites BFMTV (groupe NextRadioTV) et i-Télé (Canal+).
"Il y a la place pour trois chaînes d'info gratuites en France, je ne vois pas pourquoi ce duopole", a-t-il lancé en réponse à l'argument de ses concurrents pour qui une troisième chaîne gratuite les ferait toutes passer dans le rouge. "Pour l'instant LCI est dans le ghetto du payant. Si la loi est votée (...), il faudra travailler pour persuader le CSA. Il n'est pas sûr qu'on gagne", a-t-il ajouté.
"Si nous faisons cette proposition, il y aura un projet éditorial et une proposition", a-t-il indiqué. "Actuellement CanalSat paie 7 millions d'euros par an pour avoir LCI sur toutes ses plateformes, et cela coûte à LCI 4,5 millions par an en coûts de diffusion, a-t-il précisé pour illustrer la fragilité du modèle payant de LCI.

http://www.jeanmarcmorandini.com