<b>mily: Arial">
Le CSA a cru à la TNT et a fait que ça soit une réussite, surtout le gratuit.
Aujourd’hui le CSA croit à la TMP, la télévision mobile personnelle, et veut la lancer coute que coute.
Comme nous l’avons déjà évoqué ici sur Satmag, la TMP devra se faire mais peut-être pas comme la veut le conseil avec la norme DVB-H qui a le désavantage de couter 10 fois plus cher en diffusion que la TNT.
La secrétaire d’état à l’économie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet a compris que le dossier posait problème car nulle part la TMP sous la forme envisagée n’a pu être rentable.
Mais le CSA ne veut pas faire marche arrière. On a lancé le projet, on continue. Le conseil accepte peut-être des assouplissements sur le dossier mais il estime que certaines règles doivent rester intangibles.
Le choix des chaînes ? Pour le CSA, elles ont postulé et ont donc bien étudié le dossier avant de se lancer dans l’aventure. Pas ci certain. D’une part, l’appel d’offre et le choix a été fait il y a plus d’un an, le temps de voir l’environnement économique changer. De plus, pour beaucoup de chaînes, le problème était : faut il y être ou pas. Si on n’y va pas, un autre prendra notre place. Donc… le choix n’est pas forcément facile. On sait que certaines chaînes ne seraient pas mécontentes que le projet soit abandonné.
Du coté de la couverture, le CSA veut que 30% de la population soit touchée d’ici trois ans, 60% d’ici six ans.
Pour le financement, la diffusion sera partagée par les opérateurs de téléphonie et les chaînes.
Le payant sera donc la règle pour le téléspectateur.
Pas évident d’assurer une pérennité du projet tel qu’il est prévu.
A savoir, selon La Tribune, TF1, M6 et Canal+ se serait mis d’accord sur une position commune. Ils veulent étudier des technologies alternatives dont le DVB-SH. Pour rappel, cette norme à l’avantage de passer sur des fréquences proches du GSM, et donc il sera plus facile de mettre en place un réseau d’émetteurs dont les antennes seraient les même que celles dédiées au GSM.

Autre avantage, la couverture peut être améliorée par une diffusion par satellite, comme la solution Solaris mise en place conjointement par Astra et Eutelsat.
Autre possibilité souvent évoquée utiliser l’Internet mobile qui sera développée sur la bande de fréquence UHF 61/69.