Le Canada a présenté à ses partenaires au sein de la chaîne francophone TV5Monde une proposition de compromis visant à résoudre les divergences subsistant entre eux sur la façon dont la chaîne sera dirigée. Dans une lettre aux partenaires de TV5Monde (France, Belgique, Suisse et Québec), la ministre du Patrimoine canadien Josée Verner propose que le poste de PDG de la chaîne soit scindé en deux entre un président et un directeur général et que ce dernier soit choisi et nommé pour trois ans par le conseil d'administration de la chaîne. Mme Verner appelle les partenaires à accepter sa proposition afin de "lever l'incertitude qui pèse actuellement sur TV5Monde", dans cette lettre datée du 15 avril, rendue publique mercredi par le gouvernement canadien. Elle préside la conférence des ministres responsables de TV5Monde. La décision de la France de réformer son audiovisuel extérieur a suscité chez les partenaires non-français de TV5Monde la crainte de voir la chaîne perdre son autonomie et devenir une sorte de "voix de la France". Des négociations pour parvenir à une solution acceptable pour tous ont eu lieu depuis le début de l'année. Elles ont permis d'aplanir la plupart des divergences et le "seul point majeur qui demeure en suspens est celui de la gouvernance", note Mme Verner. "Nous proposons, écrit-elle que le poste de PDG soit scindé, tel que proposé par la France (...) et donc que le président de TV5Monde soit nommé pour une période de trois ans et que le premier cycle de trois ans soit accordé à M. Alain de Pouzilhac". Ce dernier est PDG de la holding regroupant l'audiovisuel public extérieur français et devant gérer la participation française à TV5Monde "Le directeur général sera choisi et nommé, à l'unanimité, pour un mandat de trois ans, par les membres non-salariés du Conseil