/>



La Nasa et l'agence spatiale japonaise vont envoyer dans un mois le premier satellite mesurant les précipitations sur l'ensemble de la planète.
Lundi 27 janvier, la Nasa a annoncé le lancement d’un satellite américano-japonais pour mesurer les précipitations sur l’ensemble de la Terre. L’appareil aura pour but d’étudier le changement climatique, la formation des ouragans, les sécheresses, les inondations et l’évolution des ressources d’eau douce. Le Global Precipitation Core Observatory (GPM) devrait être lancé le 27 février depuis le centre spatial Tanegashima, au Japon.
« Le cycle de l'eau est l'un des éléments les plus intéressants, dynamiques et importants dans nos études météorologiques et climatiques de la Terre », a expliqué John Grunsfeld, responsable du directorat science de la Nasa. Le satellite fournira « aux scientifiques et aux météorologues des informations essentielles pour aider à comprendre et faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes », a ajouté M. Grunsfeld.
Une observation en temps quasi-réel

Le GPM assurera le lien entre les données provenant d'une constellation de satellites actuellement en service et devant encore être déployés pour produire la prochaine génération de mesures planétaires des pluies et chutes de neige. C’est la première fois qu’un satellite observera les précipitations partout dans le monde. Il devrait récolter des données en temps quasi-réelle, toutes les trois heures.
Le GPM sera positionné en orbite à 407 km au-dessus de la Terre. Grâce à lui, la Nasa traquera les signes vitaux de la planète, sur terre, dans les airs et dans l’espace.

source