https://youtu.be/tY8XYwJhY9o</a>
mily: Helvetica Neue">Il s’est fait une grande place en France puis aux Etats-Unis après avoir étudié dans son Algérie natale, à l’université de Tizi Ouzou. Abdennour Abbas, 33 ans, un chercheur algérien à l’Université de Washington à Saint Louis, figure dans le Top 10 des lauréats de la première édition française du concours conduit par la Technologyreview, pour l’Institut américain de technologie de Massachusetts. Il a mis au point des biocapteurs ultrasensibles à base d’anticorps artificiels pour établir des diagnostics médicaux à domicile. Sa technologie consiste à faire des tests en utilisant de la sueur, de l’urine ou du sang pour diagnostiquer des pathologies. Il a conçu cette nouvelle méthode de détection qu’il a déjà testée avec succès dans son laboratoire de l’Université de Washington.Son système est extrêmement polyvalent et « capable de capter n’importe quel agent infectieux » à condition d’adapter les anticorps artificiels à la maladie à détecter. Abdennour Abbas est aujourd’hui jeune professeur et Directeur du laboratoire « Biocapteurs et Bionanotechnologies » à l’Université du Minnesota Twin Cities aux États-Unis. Convaincu que l’auto-diagnostic à domicile sera la « prochaine grande transformation sanitaire », il s’est fixé un objectif : faire des biocapteurs des dispositifs « populaires » pouvant être commercialisés « dans n’importe quelle pharmacie ». Pour y parvenir, il a conçu une nouvelle méthode de détection déjà testée avec succès dans son laboratoire et jugée un milliard de fois plus sensible que les précédentes tentatives.