mily: lucida grande">Depuis la nuit de dimanche à samedi, Israël subit l’une des plus grandes

attaques sur la Toile.



mily: lucida grande">C’est la plus grande guerre électronique dans l’histoire de l’humanité, a titré le quotidien israélien Haaretz, rapportant les propos du groupe de pirates informatiques Anonymous qui a revendiqué l’attaque.

mily: lucida grande">Tous les sites gouvernementaux israéliens ont été piratés, dont les pages du ministère israélien de la guerre et du Mossad, permettant de diffuser des documents top secrets. Ils comprennent les noms des agents recrutés par le Mossad, dont des Arabes, et les datas d’officiers et de colons.

Les sites du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, du ministère du commerce, de l’industrie, de l’éducation et autres font aussi partie des cibles attaquées. La page du Bureau central des statistiques aussi.

Sans oublier aussi les pages de la bourse israélienne, et celles des affaires judiciaires du ministère de la justice, ainsi que celles de la police de Haïfa et de la police de Tel Aviv.

Auxquelles s’ajoutent 30 000 comptes bancaires, 19 000 comptes facebook et 4 000 comptes tweeters qui ont subi le même sort.

Les portraits du prisonnier palestinien Samer Issaoui, grève de la faim depuis 259 jours ont remplacé la première page de la plupart de ces sites. Dans d’autres, une lecture du Coran sacré, ou les photographies de martyrs palestiniens, du martyr commandant de la résistance islamique au Liban Imad Moughniyé.


5 000 hackers des 4 coins du monde

Samedi, le groupe « OpIsrael » d’Anonymous a lancé un ultimatum, par une vidéo, menaçant de rayer Israël du cyber-espace en riposte à ses crimes et ses exactions. Dans la soirée, il est entré en action, à partir de l’Afrique du sud selon des sources israéliennes. Puis il a été rejoint par plus de 5 000 hackers des quatre coins du monde : le Liban, la Palestine, la Syrie, l’Égypte, la Malaisie, l’Iran et la France.

Débordée, l’Unité de la guerre électronique de l’armée israélienne chargée des opérations de piratage était dans l’incapacité de riposter à l’attaque. Elle a demandé l’aide des alliés américains et français.