<b>Béji Caïd Essebsi, président tunisien, se moque du voile traditionnel tunisien et veut interdire le hijab dans les écoles




mily: Helvetica Neue">Passage télé extraordinaire du caïd de Tunisie, ex-bourguibiste, ex-bénaliste, crapule khobziste, qui insulte la tradition de son propre pays ! Sidérant ! Du jamais vu d’histoire d’Homme ! Il est évident que ce franc-maçon trouvera le port d’un string ou d’une tenue dénudée, dans l’air du temps, car à la mode occidentale moderne qui constitue à ses yeux le modèle à suivre aveuglément. Quand on en arrive à moquer sa propre tradition et ses ancêtres, c’est qu’on a atteint le fond des latrines. Ce dégénéré singe l’autre sabbataïste Kamal Ataturk qui a publié le 25 novembre 1925 des lois sur les chapeaux et l’habillement, avec notamment l’interdiction du port du fez et du foulard islamique ainsi que du voile dans les écoles et les administrations. Rappelons que ce vieillard sénile frôle les 90 ans (né le 29 novembre 1926) ! La lecture de cet article de Nawaat renseigne sur la nature de ce complice des crimes de Bourguiba et Ben Ali.
Pour bien comprendre qui est cette crapule, ce défenseur acharné et laïciste des droits de la femme, rappelons qu’il déclara que la vice-présidente de la fameuse Assemblée constituante, Meherzia Labidi Maïza, « n’est qu’une femme » car cette dernière a critiqué son parti ! Vous comprenez maintenant que tout ceci n’est que posture et travail subversif maçonnique anti-islamique qui n’a rien à voir avec le bien-être de la gente féminine…

Ces gens sont clairement les ennemis du peuple. Les quelques pitres présents à cette déclaration pathétique ne représentent qu’eux-mêmes.


La Tunisie vient de toucher le fond en terme de discrimination à l’encontre des musulmanes. Nous qui pensions que la stigmatisation de la communauté musulmane était du seul apanage d’islamophobes pris dans l’étau d’une angoisse exacerbée de voir l’Islam s’installer durablement dans ses contrées, que nenni !


Un pays qui se veut être musulman comme la Tunisie semble frapper de plein fouet par la laïcisation, tant vénérée par l’Occident, par le biais de son président, Béji Caïd Essebsi, qui n’a pas hésité à bafouer les valeurs islamiques en se raillant des femmes portant le Laâjar, le voile traditionnel tunisien.


Plusieurs mesures ont déjà été mises en place pour traiter d’éventuelles contestations, telles la fermeture d’une centaine de mosquées et la promesse de soumission du « mufti de la République » et du Ministre des Affaires Religieuses. Soucieux de parfaire la laïcisation du pays, Béji Caïd Essebsi s’est attaqué au voile dans un discours télévisé, tançant la gente féminine portant le voile traditionnel tunisien.


Prenant exemple sur un Occident au prise avec une crise identitaire, le président tunisien souhaiterait bannir tout signe se rapportant à l’Islam, jusqu’à interdire le port du voile dans les écoles. Soutenu par la branche laïque du pays et le silence des milieux « islamistes », la laïcisation avance à grand pas.