A l’instar de la mort de Abdelhamid Mehri ou de celle du général Lamari, les Algériens ont appris «la fausse mort» du premier président de l’Algérie indépendante sur internet. Entre rumeurs, démentis et affirmations de «sources sûres», El Watan Week-end a retracé le parcours de la rumeur...


Mardi 21 au soir
La très influente page facebook de «journalisme citoyen» ou «participatif» Envoyé spéciaux algériens rapporte les premières rumeurs sur le décès d’Ahmed Ben Bella. Avec près de 100 000 abonnés, dont une partie partage le poste, la rumeur fait le buzz.
Mercredi 22

9h36. Ennahar lance une alerte sur son site pour annoncer le décès de l’ancien président.

10h06. Une autre page facebook, Renvoyés sans frontières, fait circuler à son tour les rumeurs sur son décès.

11h15. Le nouveau site Algérie Express affirme en ligne : «L’information est confirmée, Ahmed Ben Bella est décédé à l’âge de 96 ans. En effet, une rumeur persistante, donnant l’ex-Président pour mort, a fait le tour d’Alger dans la nuit d’hier. Algérie Express a dépêché son correspondant à Paris vers la clinique Labrouste où était hospitalisé le premier président de l’Algérie indépendante pour vérifier la véracité de l’information. Sur place, notre correspondant a appris qu’Ahmed Ben Bella n’était plus au niveau de cette structure. Algérie Express vient d’apprendre que la dépouille mortelle de l’ex-chef de l’Etat se trouve actuellement au niveau de la morgue de l’hôpital militaire de Aïn Naâdja.»

12h51. Son état de santé «s’est amélioré», assure l’APS, citant Abdelkader Abdessadok, un des proches de l’ancien chef d’Etat.

14h47. L’AFP annonce que «l’ancien président algérien a été brièvement hospitalisé dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, dans la banlieue algéroise», citant son «entourage». «Il a été brièvement hospitalisé mais il est maintenant rentré chez lui à Alger et il se repose», déclare toujours, à l’AFP, un de ses proches «qui a requis l’anonymat». «La brève hospitalisation du premier président de l’Algérie indépendante a permis de lui augmenter le taux d’anticoagulants, peut-on lire, qui lui sont administrés suite à une phlébite contractée l’été dernier et pour laquelle il avait été soigné à Paris. M. Ben Bella a aussi été récemment hospitalisé à Paris pour des «complications respiratoires»».

16h27. Envoyés spéciaux algériens publie une «précision» : «Nous informons nos aimables fans et nos honorables lecteurs que nous n’avons aucunement annoncé le décès de l’ancien président de la République Ahmed Ben Bella (…) Lorsqu’une information officielle nous a été communiquée, nous l’avons publiée sur notre site NessNews pour dire que l’ancien chef de l’Etat «va mieux» et son état de santé s’est amélioré. Nous profitons d’ailleurs de cette occasion pour souhaiter un prompt rétablissement à Ahmed Ben Bella et nous assurons ses proches et sa famille de notre soutien. Il n’est pas de nos habitudes, contrairement à beaucoup d’autres, de souhaiter la mort de ceux et celles avec lesquels nous ne partageons pas la même vision politique de la gouvernance et de l’avenir de notre chère Algérie.»

16h42. Algérie Express persiste et signe : «Comme annoncé dans la matinée de ce mercredi, Algérie Express confirme la mort d’Ahmed Ben Bella, président de la République algérienne de 1962 à 1965. L’information d’Algérie Express a été aussitôt démentie par l’agence de presse officielle algérienne qui a pris soin de s’abriter derrière une confidence d’un certain Abdelkader Bensaddok, présenté comme un «proche» de Ben Bella.»

22h24. Pour le correspondant, anonyme, du site Middle East Panorama, Ahmed Ben Bella est décédé à 21h40.

Jeudi 23

8h07. Le site d’El Watan annonce le décès de l’ancien président. Un de ses neveux installés à Tlemcen confirme sa mort au journal. «Il est cliniquement mort», a-t-il dit à notre correspondant à Tlemcen, à qui nous avons demandé de confirmer une nouvelle rumeur qui a fait le tour d’Alger très tôt jeudi matin. Et à la rédaction de se demander : «S’il est rentré chez lui mercredi, comment se fait-il qu’il soit toujours en observation médicale jeudi ?» Une source militaire de Aïn Naadja appelle aussi le journal pour confirmer le décès clinique.

9h05. L’APS dément le décès, s’appuyant sur une «source» : «La nouvelle de sa mort est fausse. M. Ben Bella est toujours en vie sous observation médicale à l’hôpital après avoir été évacué dans la nuit de mardi à mercredi.» L’agence parle d’un «état stationnaire» et précise que l’ancien président est «sous observation médicale à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja».
9h15. Le site DNA s’interroge : «Pourquoi donc l’APS, dont la gestion est directement rattachée au ministère de la Communication et à la présidence de la République, s’est-elle empressée de démentir à deux reprises, mercredi et jeudi, cette information ? La célérité avec laquelle l’agence est montée au créneau, deux fois de suite, avec une extrême rapidité ce jeudi, cacherait-elle un malaise au sommet de l’Etat concernant la gestion d’un éventuel décès d’Ahmed Ben Bella ? La Présidence voudrait-elle gérer une éventuelle disparition de Ben Bella en fonction du calendrier du chef de l’Etat qui se place jeudi 23 février à Oran avant de recevoir samedi 25 la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, afin d’organiser des funérailles nationales à l’ex-président ?».
11h41. Une journaliste annonce sur son blog, Wardat El Hob El Arabyia, le décès d’Ahmed Ben Bella en citant ses proches. Les condoléances affluent sur sa page.

12h. L’AFP rapporte que depuis 48 heures, «des informations contradictoires circulent sur l’état de santé de l’ancien président, que certains ont annoncé mort et d’autres bien vivant».

13h. «C’est une question relative à la gestion de l’agenda présidentiel qui serait à l’origine de cette communication désastreuse. Les services de la Présidence ont préféré différer l’annonce du décès d’Ahmed Ben Bella pour permettre au chef de l’État d’effectuer un déplacement à Oran où il doit faire un discours en marge des célébrations des 41e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et du 56e anniversaire de la création du syndicat UGTA», peut-on lire sur le site Algérie Express.

15h03. TSA annonce qu’Ahmed Ben Bella a quitté l’hôpital militaire de Aïn Naâdja, citant à son tour «une source sûre». «J’étais sur place quand il a quitté l’hôpital. Je l’ai vu personnellement», a précisé cette source.

15h13.L’AFP cite le biographe d'Ahmed Ben Bella, Mohammed Benelhadj. Ce dernier précise que le président était ces derniers temps affaibli avec «des pertes de mémoire» et sans «souvenir des événements récents». L'état psychique de «Ben Bella a beaucoup chuté à la mort de son épouse Zohra des suites d'un cancer du poumon en avril 2008, à quelque 70 ans», a également déploré M. Benelhadj.

18h56. L’AFP annonce qu’Ahmed Ben Bella est sorti de l’hôpital. Mahdia, la fille de l’ancien président déclare à l’agence que son père est «à la maison et en bonne santé compte tenu de ses 95 ans», jugeant par ailleurs «scandaleuses» les rumeurs et annonces de son décès publiées par la presse. «Il n'est pas dans le coma, ajoute-t-elle, et il est hors de danger».