Ce crédit ne concernera que les produits «made in bladi». Sa durée est supérieure à trois mois, mais ne doit pas excéder les cinq années. C’est désormais officiel, le crédit à la consommation fera son retour en 2016. En effet, après une année 2015, où il s’est fait désirer, le ministère de l’Industrie annonce que ce mode de financement des achats des ménages sera relancé le premier trimestre de l’année prochaine. Mais concrètement que va-t-il apporter aux consommateurs et même à l’économie nationale? Tout d’abord, pour les novices ou ceux qui n’ont pas connu l’époque où il était en vigueur, il faut comprendre c’est quoi ce type de crédit? En fait, c’est tout simple. C’est la catégorie de crédit accordée à des particuliers par des établissements bancaires pour financer les achats de biens et services, comme les grosses dépenses en biens d’équipement (automobile, équipement de la maison).
Pour les particuliers, cette catégorie de crédit s’oppose au crédit immobilier utilisé pour financer l’acquisition d’un bien immobilier. Par rapport à cette catégorie, il se caractérise par des montants de prêts plus faibles, une durée de remboursement relativement courte et la nature des garanties demandées. Pour pouvoir bénéficier de ce crédit, il faut disposer d’une fiche de paie et d’un compte bancaire.
Toutes les banques privées ou publiques proposeront ce type de produit qui est des plus rentables pour eux. Le processus de vente, est toutefois fortement encadré par des dispositifs réglementaires, destinés à limiter les situations de surendettement. Ce dispositif s’appelle chez nous la centrale des risques, il a été mis en place le 15 septembre dernier. Il permet de savoir si le client n’est pas déjà endetté et si son salaire lui permet de payer les mensualités périodiques de remboursement, tout en lui garantissant un revenu qui lui permet de vivre.
Le montant mensuel global de remboursement du crédit contracté par l’emprunteur ne peut, en aucun cas, dépasser 30% de ses revenus mensuels nets régulièrement perçus, afin d’éviter le surendettement du client. La durée de ce crédit est supérieure à trois mois, mais ne doit pas excéder les cinq années.
Pas plus de 30% de revenus mensuels nets du souscripteur
En outre, l’octroi du crédit à la consommation est réservé exclusivement aux nationaux résidents. Il faut aussi savoir que, contrairement au précédent essai du crédit à la consommation qui était ouvert à tous les produits vendus dans le pays, cette fois-ci il sera limité aux produits fabriqués localement. Quels sont ces produits? La loi stipule que les entreprises dont les produits sont éligibles au crédit à la consommation, sont celles qui exercent une activité de production ou de service sur le territoire national, qui produisent ou assemblent des biens destinés à la vente aux particuliers, qui sont en règle avec l’administration fiscale et les organismes de sécurité sociale, qui sont bancarisées et vendent avec factures. Les biens éligibles peuvent répondre à un taux d’intégration fixé, en tant que de besoin, par arrêté ministériel. Et pour le moment, aucun taux d’intégration n’est fixé!
Les produits assemblés ici, comme certains appareils électroménagers et bien sûr, les voitures, sont éligibles.
Ce crédit à la consommation, dont 80% des souscripteurs l’avaient fait pour acquérir une voiture, leur permettra encore d’en acheter une mais elle devra être fabriquée localement. Pour le moment donc, seule la Renault Symbol «made in bladi» est concernée ou un… bus Snvi! Mais bientôt d’autres usines vont faire du montage automobile en Algérie telles que Fiat et Peugeot. Vous pourrez acquérir donc l’un de leurs véhicules, si d’ici là un taux d’intégration n’est pas fixé. Une bonne nouvelle pour ceux qui s’apprêtent à convoler en justes noces ou qui veulent refaire l’équipement de leur chez-soi. Les marques algériennes d’électroménager ou d’électronique telles que Condor, l’Enie et l’Eniem vont aussi pouvoir vous vendre leurs produits à crédit. Les fabricants locaux de meubles ou autres éléments de cuisine sont aussi concernés. Même des téléphones portables pourraient être achetés par ce qu’on appelle communément la «facilité», puisque Condor et Stream système en fabriquent localement. Bref, toutes vos grandes dépenses pourront être payées à crédit, à condition qu’elles soient «made in chez nous». Cela sur une durée de trois mois à cinq ans, selon le prix du produit et l’apport initial qui faut-il le préciser reste obligatoire.