La ville de Clermont-Ferrand succède à Paris et Lyon en se dotant à son tour d'un service d'accès internet par WiFi public. Si environ 400 bornes couvrent désormais les lieux publics de Paris (espaces verts, mairies d'arrondissement, musées et bibliothèques), seuls quatre lieux, identifiés par des panneaux, sont pour l'instant équipés de points d'accès « Clermont Wi-Fi » : la place de Jaude, la place de la Victoire, la place du 1er mai et le jardin Lecoq.

La connexion requiert l'inscription gratuite auprès du prestataire de service Noodo, dont les points d'accès équipent déjà cafés et hôtels clermontois. Cette formalité peut se faire à la première connexion à l'une des bornes.

Alors que la polémique gronde autour des points d'accès WiFi de la ville de Paris et de leur hypothétique incidence sur la santé, en particulier pour ceux équipant les bibliothèques, la ville de Clermont-Ferrand s'est engagée à réaliser chaque année des mesures de champs électromagnétiques à proximité des sites WiFi, conformément à la charte sur les antennes-relais. Toutes les mesures actuelles seraient largement en dessous des puissances d'émission autorisées par le dernier Grenelle, assure-t-on.