<font size="4">
Elle entraînera de fortes hausses des prix


chute du dinar de 10%



La mesure était prévisible en raison notamment des lourdes dépenses à caractère populiste destinées au maintien de la paix sociale (soutien des prix, subventions, etc.).

Les prix des produits et services importés, qui avaient déjà subi de fortes hausses depuis l’instauration du crédit documentaire comme mode de paiement imposé à toutes les opérations d’importation, sont appelés à renchérir encore davantage durant les prochains mois. Outre les lourdes commissions que les importateurs doivent payer aux banquiers chargés de mettre en place les formalités de crédit documentaire, ils devront subir les dommages d’une dévaluation sans précédent du dinar, décidée en catimini par le Conseil de la monnaie et du crédit en juin 2013.

Cette décision, qui a commencé à prendre effet en juillet 2013 avec une dévaluation qui a subitement fait passer la valeur du dinar par rapport à l’euro de 98 à 102, s’est graduellement poursuivie pour atteindre, à la fin de ce mois d’octobre 2013, un record de dévaluation jamais atteint : un euro pour 112 DA. Cette baisse considérable de la parité du dinar par rapport aux devises fortes (10% en à peine 4 mois) se traduira fatalement par une hausse toute aussi conséquente des produits et services qui seront prochainement importés. Le pays important massivement toute une panoplie de produits, les Algériens devront donc se préparer à payer nettement plus cher, aussi bien les articles de consommation que les matières premières destinées aux usines. Seuls échapperont à ces hausses les produits soutenus par l’Etat au prix d’un plus lourd sacrifice budgétaire.

La forte dévaluation décidée par le Conseil de la monnaie et du crédit était en réalité prévisible, ne serait-ce qu’au regard de l’inflation qui a dangereusement bondi à la faveur des hausses massives de salaires octroyées à l’ensemble des travailleurs algériens, auxquelles se sont ajoutées de lourdes dépenses à caractère populiste destinées au maintien de la paix sociale (soutien des prix, subventions etc.). Un discours alarmiste sur le danger d’une telle situation et la nécessité d’y remédier au plus tôt au moyen d’une politique monétaire rigoureuse a été dispensé par le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque d’Algérie pour donner crédit à une éventuelle dévaluation du dinar, jugé trop fort par rapport à l’état général de notre économie. La pilule avait d’autant plus de chance d’être avalée qu’elle intervient dans un contexte de très forte dégradation de notre balance des paiements, causée comme on le sait par un net déclin des exportations d’hydrocarbures et des dépenses d’importation en constante hausse.

Les produits importés plus chers
Outre les effets induits par la dévaluation du dinar – la hausse des prix des produits et services importés – il faut s’attendre à ce que cette poussée inflationniste soit exacerbée par une importante augmentation de la demande intérieure générée par les massives augmentations de salaires, facilement octroyées ces derniers mois à une pléthore de fonctionnaires et de travailleurs du secteur public économique pour calmer un front social en ébullition. Le surcroît de pouvoir d’achat ainsi obtenu sera évidemment déversé sur le marché des biens de consommation, qui ne sera, à l’évidence, pas capable de répondre à une aussi forte et subite demande. La pénurie de certains produits déjà constatée a toutes les chances d’atteindre une gamme encore plus large de marchandises pour la simple raison que le crédit documentaire exige la disponibilité immédiate des moyens de paiement requis pour chaque transaction.

La forte dévaluation du dinar aura pour conséquence de réduire le pouvoir d’achat de produits étrangers dont pâtiront surtout les petits importateurs qui ne disposent pas d’un grand pouvoir de négociation avec leurs fournisseurs. Des baisses consistantes de prix sur les marchandises importées en mesure d’enrayer l’effet de la dévaluation du dinar ne sont donc pas à espérer. Ce sont ainsi de sérieuses pertes de pouvoir d’achat que les importateurs vont subir du fait de ce nouvel effondrement de la parité du dinar. Des pertes que ces derniers se dépêcheront, évidemment, de compenser en vendant plus cher les produits importés.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets – hausses des prix sur les marchés internationaux, explosion de la demande de devises sur le marché parallèle et tension sur la demande intérieure de produits de consommation résultant des augmentations de salaires – les prix des marchandises et services importés (à l’exception de ceux soutenus par l’Etat) vont désormais s’inscrire dans une logique de hausse pouvant atteindre des niveaux insoupçonnés. Les bénéficiaires d’augmentations de salaire se verront ainsi reprendre d’une main les avantages que l’on leur avait octroyés d’une autre.

Source