<b>Église infiltrée : le pape demande aux prêtres de pardonner l’avortement !


mily: Helvetica Neue">

En fait ça commence toujours comme ça, par petites touches. Au début on pardonne pendant le jubilé, une bonne occasion justement pour tester les fidèles. Puis petit à petit on modifie la loi divine. A ce rythme, dans 2 ans, on pardonnera aux pédophiles et aux adultères… Ma foi, il faut bien moderniser l’Église et vivre avec son temps… Jamais argument n’a été aussi stupide de toute l’histoire de la pensée humaine. Il suffit d’évoluer avec le temps pour expliquer et accepter toutes les dérives et crimes de ce siècle ! D’où justement la place essentielle de la théorie de l’évolution aussi bien dans l’ultra libéralisme que dans l’imposition des pires perversions et cochonneries sous couvert justement d’évolution !!! Vous remarquerez également que c’est toujours l’église qui doit s’adapter aux autres et jamais l’inverse…


Le pape François a demandé mardi à tous les prêtres de pardonner tous les catholiques ayant avorté, pourvu qu’il y ait une démarche de repentir. Cet acte de clémence aura lieu durant le « jubilé de la miséricorde », qui débute en décembre.
Le pape François a demandé mardi 1er septembre que tous les prêtres puissent accorder le pardon à toutes les catholiques repentants qui ont avorté ou provoqué l’avortement. Cet acte d’absolution pourra être délivré durant le « jubilé de la miséricorde », Année sainte extraordinaire, du 8 décembre prochain au 20 novembre 2016.
Dans sa lettre rendue publique, le pape décrit « l’épreuve morale et existentielle » que constitue un avortement pour les femmes et dit avoir « rencontré tant de femmes qui portent dans leur cœur la cicatrice de cette décision douloureuse et atroce ».
Selon le droit canon de l’Église, l’avortement est un péché si grave que ceux qui le pratiquent ou aident à le pratiquer sont automatiquement punis d’excommunication.
L’interruption volontaire de grossesse ne peut être d’ordinaire formellement pardonnée que par un évêque, par le principal confesseur du diocèse, connu en italien sous le nom de « penitenziere », ou par un missionnaire, a rappelé le porte-parole adjoint du Vatican Ciro Benedettini.
Depuis son élection en mars 2013, le pape François entend donner de l’Église catholique une image plus ouverte et tolérante sur les questions de société. La « miséricorde » est l’un des axes majeurs de son pontificat.
Au seuil de la troisième année de son pontificat, le souverain pontife avait créé en mars la surprise en annonçant la tenue d’un « jubilé de la miséricorde », ou Année sainte extraordinaire, du 8 décembre prochain au 20 novembre 2016. Elle verra affluer des millions de pèlerins à Rome, mais sera aussi organisée dans tous les diocèses du monde.