Firefox va-t-il disparaître ?


Firefox va-t-il disparaître, comme l'affirme une étude de Devil Moutain ?

Au profit de Chrome, comme l'affirme une étude qui pense que le recul d'Internet Explorer est également très exagéré


Une étude de Devil Mountain Software affirme que le recul d'Internet Explorer est « très douteux ».

L'analyse s'appuie sur le constat que plus de 80 % des entreprises utilisent le navigateur de Microsoft. Un socle qui lui assure un avenir solide.
En tout cas les jours de la semaine.

L'étude est cependant – dans un sens ou dans l'autre – à relativiser.

Elle repose en effet sur les données collectées auprès des quelques 22.000 entreprises qui utilisent les services de Moutain Devil Software.
Elle ne prend par ailleurs en compte « que » Windows.
La méthode utilisée consiste à étudier les processus en cours d'exécution dans la Tasklist de l'OS.

Quelques éléments sont tout de même à noter.

Le plus intéressant est certainement que les postes de travail ne sont plus équipés d'un seul navigateur. A coté de l'indétrônable Explorer on trouve à présent Firefox (sur une machine sur deux) et Chrome (sur 1 sur 5).

Progression de la concurrence donc. Mais pour le **G de Devil Mountain, en déduire qu'Internet Explorer est sur le déclin relève d'une méconnaissance de « la manière dont les entreprises sont organisées en interne ». Il souligne que de très nombreuses applications reposent sur Internet Explorer et que pour les sociétés « il est pratiquement impossible de se débarrasser de ces applications préhistoriques ».

Le décalage avec les études donnant 60 % de part de marché au navigateur de Microsoft pourrait s'expliquer par le fait que Devil Mountain comptabilise également les utilisations d'Explorer autres que le surf (les applications d'entreprise donc).

« Le moteur d'IE est souvent embarqué dans une autre appli […] donc quand chez Microsoft ils disent qu'il est difficile de mettre fin aux anciennes versions de son navigateur, ils disent vrai ».

Internet Explorer n'est donc pas mort. Mais ce n'est peut-être pas une bonne nouvelle pour Redmond.

« Microsoft voudrait certainement avoir un truc comme Chrome – léger et rapide – mais il se pourrait qu'il ne puisse jamais l'avoir », les habitudes de ses utilisateurs pesant sur l'innovation d'Explorer.

L'analyse souligne par ailleurs que de plus en plus d'employés utilisent un deuxième navigateur pour surfer : Firefox, mais surtout Chrome. Ce qui amène le **G de Devil Moutain à une conclusion à contre-courant des autres analystes IT :

« L'acteur le plus vulnérable du marché, ce n'est pas Mirosoft. A mesure que Chrome progresse c'est Firefox. Chrome est plus épuré, plus rapide et plus sûr ».

Et comme « Microsoft, […] ne risque rien », il en conclut, catégorique que « s'il y en a un qui doit se faire manger, ce sera Firefox ».

La Fondation Mozilla et ses utilisateurs seront ravis de l'apprendre.


Source : Le résumé de l'étude de Devil Moutain Software