Le dernier classement d’AT Internet place toujours Internet Explorer en tête des navigateurs les plus populaires en Europe. Mais il perd 10 points, principalement au profit de Google Chrome, qui attire désormais une visite sur dix.
a version 9 d'Internet Explorer pourra-t-elle enrayer la baisse de popularité du navigateur de Microsoft ? C’est la question que doit se poser l’éditeur alors que son logiciel (toutes versions confondues) ne cesse de perdre du terrain sur ses concurrents. Selon le spécialiste de la mesure d’audience AT Internet, Internet Explorer attirait 51,5 % du trafic d’un panel de sites européens (1) au mois d’octobre. Il y a un an, ce chiffre était de 61,2 %, soit une baisse de 9,7 points. Parts de visites en Europe (moyennes)
Source : AT Internet.



agrandir la photo

Longtemps dominant, IE n'est donc plus très loin de passer sous la barre des 50 % de visites. Une évolution qui contraste avec celle des logiciels concurrents, tous en progression. Chrome est celui qui tire le meilleur parti de cette situation. Le navigateur de Google a gagné 5,8 points en un an. Au mois d’octobre, sa part de visites atteignait 8,9 % en Europe. AT Internet souligne que sa progression est continue depuis six mois et qu’il est le seul navigateur du top 5 à améliorer sa position entre septembre et octobre 2010. La percée de Chrome, notamment depuis l’implémentation des extensions qui ont longtemps fait défaut au logiciel, est donc incontestable.
Reste à savoir s'il parviendra à maintenir ce rythme. Si Google publie régulièrement de nouvelles versions de son navigateur, le calendrier ne prévoit aucune évolution de taille. Alors que les éditeurs concurrents préparent des versions majeures de leur logiciel.
Microsoft poursuit le développement d’IE 9, dont les performances sont très prometteuses. Mozilla s’apprête également à finaliser Firefox 4.0. L’événement devrait avoir lieu en début d’année prochaine. Le navigateur a d’ailleurs bien besoin d’une cure de jouvence, même s’il reste, de loin, le meilleur challenger d’Internet Explorer. Sa part de visites en Europe était de 30 % au mois d’octobre, en progression de 1,4 point par rapport à l’année dernière. Mais sa rapidité d’affichage est aujourd’hui en retrait par rapport à la concurrence.
Firefox en perte de vitesse en France


Autre version majeure attendue : Opera 11. Le navigateur norvégien s’apprête à franchir une étape décisive avec l’intégration des extensions. Le numéro 5 des logiciels de navigation n’a gagné que 0,2 point de part de visites en Europe pendant les douze derniers mois, pour atteindre 2,3 %. Les extensions pourraient lui donner un coup de fouet. Opera est devancé par Safari (6,7 % de part de visites). Le logiciel d’Apple gagne 2,1 points depuis octobre 2009, avec des hausses chaque mois depuis six mois, à l’exception d’octobre.
Parts de visites par pays
Source : AT Internet.



agrandir la photo

En France, la tendance observée est sensiblement la même qu’à l’échelle européenne. Le déclin d’Internet Explorer y est même plus marqué : sa part de visites a chuté à 50,6 %, contre 59,8 % un an plus tôt. Chrome est aussi en pleine ascension et frise les 10 %, désormais devant Safari.
En revanche, Firefox fait plus que marquer le pas. Il affiche une baisse de 0,4 point, pour un total de 30,6 %. Reste à savoir s’il s’agit d’un début de désaffection pour le navigateur de Mozilla ou simplement d’une envie passagère d’aller voir ailleurs.
(1) AT Internet mesure les parts de visites des navigateurs Web sur un périmètre de 15 692 sites (hors sites mobiles). L’étude a été réalisée du 1er au 30 octobre 2010.