Nouvelles révélations de WikiLeaks sur l’Algérie
Harraga : même le petit-fils de Chadli est parti !

Le site WikiLeaks poursuit la publication de câbles américains sur l’Algérie. Parmi les câbles publiés samedi 22 janvier dans la soirée, figure un télégramme daté du 13 juillet 2007 et consacré au phénomène des harraga.

Selon l’ambassade américaine à Alger, le phénomène est en forte progression, avec des centaines de départs chaque mois depuis les plages de l’Est et de l’Ouest du pays. La harga ne concerne pas exclusivement les pauvres et les non-diplômés. Même les familles aisées ne sont pas épargnées par le phénomène, note le document. Selon l’ambassade américaine, Mourad Bendjedid, 29 ans et petit‑fils de l'ancien président Chadli Bendjedid, a quitté clandestinement l’Algérie le 8 février 2007 avec six autres jeunes hommes. Depuis –jusqu’à la date de la rédaction du câble américain– il n’avait plus donné signe de vie.

Le document de l’ambassade américaine affirme que dans plus de 90 % des cas, soit les harraga périssent en mer, soit ils sont arrêtés et indéfiniment détenus en Tunisie ou en Libye, soit encore ils sont renvoyés par les gardes‑côtes algériens, français, espagnols ou italiens. Kamel Daoud, membre de la Ligue de la défense des droits de l’homme (LADDH) à Annaba, cité dans le document, explique que lorsque les harraga ne téléphonent pas à leur arrivée, c’est souvent qu’ils sont soit morts, soit détenus dans une prison tunisienne. Selon lui, aucun test ADN n’est effectué par les autorités algériennes pour identifier les harraga décédés.

Selon le câble américain, la harga embarrasse le gouvernement algérien. Ce dernier oscille entre criminalisation du phénomène en arrêtant les harraga et une approche plus conciliante via des incitations financières liées à un soutien politique pour le président Bouteflika.

source: TSA-ALGERIE