<b>Le président américain, Barack Obama, a fait l’éloge de l’islam, qu’il a présenté comme faisant partie intégrante des Etats-Unis, en recevant les membres de la communauté musulmane à la Maison Blanche, à l’occasion de ce repas.


Le président américain Barack Hussein Obama a reçu mardi des membres de la communauté musulmane à la Maison Blanche pour un repas de rupture du jeûne du Ramadhan, au cours duquel il a relevé l’apport des musulmans aux Etats-Unis et leur culture. Il en a profité, aussi, pour rappeler le dynamisme de la communauté musulmane américaine. «Pour plus d’un milliard de musulmans, le Ramadhan est une période de dévotion et de réflexion intense», a déclaré le président en accueillant ses invités dans une des salles de réception de la Maison Blanche pour cet « iftar».
Le président américain Barack Obama a fait l’éloge de l’islam, qu’il a présenté comme faisant partie intégrante des Etats-Unis, en recevant les membres de la communauté musulmane à la Maison Blanche, à l’occasion de ce repas. «L’islam, comme nous le savons, fait partie des Etats-Unis. Comme le peuple américain dans son ensemble, la communauté musulmane américaine est d’un grand dynamisme et d’une grande diversité », a-t-il indiqué, soulignant que «l’iftar de ce soir est un rituel accompli à l’occasion de ce Ramadhan dans des cuisines et mosquées dans les 50 Etats américains». Pour le Président Barack Obama, «à cette occasion, nous célébrons le mois sacré du Ramadan et nous nous rendons compte aussi à quel point les musulmans ont enrichi les Etats-Unis et leur culture». Obama a salué parmi les invités une jeune étudiante, Bilqis Abdul-Qaadir, qui s’est illustrée au lycée par ses performances exceptionnelles en basket-ball dans le Massachusetts (nord-est). Il a aussi eu un mot pour les deux premiers parlementaires musulmans du Congrès des Etats-Unis, Keith Ellison et Andre Carson, à l’origine de l’adoption d’une résolution, le 3 octobre 2007 par la Chambre des représentants des États-Unis qui compte 435 membres par 376 voix contre 0, sur le mois saint du Ramadhan, par laquelle elle exprime son «profond respect envers les musulmans» tant aux États-Unis que dans le reste du monde.
Auparavant, dans un message à l’occasion du début du Ramadhan la semaine dernière, Barack Obama s’était engagé à «prendre des mesures concrètes», visant à renouer les liens avec l’islam.
«Je veux réitérer ici ma volonté de faire en sorte que les relations entre les Etats-Unis et les musulmans à travers le monde repartent sur de nouvelles bases », avait notamment déclaré Barack Hussein Obama.