L’Algérie et le Maroc élus au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU




L’Algérie et Le Maroc ont été élus, ce mardi 12 novembre, pour siéger au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. Les deux pays qui se renvoient la question des droits de l’Homme au Sahara pourront en débattre directement dans cette enceinte.

Dans le même temps, lundi 11 septembre, l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch avait écrit simultanément au président Bouteflika et au Premier ministre marocain Benkirane pour leur demander d’améliorer la condition des droits de l’Homme en Algérie et au Maroc, dans la perspective de cette élection à l’ONU.

Ont également été élus pour siéger au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, la Chine, La Russie, l’Arabie saoudite et Cuba notamment, malgré les vives critiques de plusieurs organisations non gouvernementales.

Les membres du Conseil sont élus pour un mandat de trois ans. Le Conseil, qui siégera à partir du 1er janvier, sera l'un des plus divisés depuis la création de cet organe en mars 2006. Son but, précise le site internet de l'ONU, est « d'aborder des situations de violation des droits de l'Homme et d'émettre des recommandations à leur encontre ».

« Avec le retour de la Chine, de la Russie, de l'Arabie saoudite et de Cuba, les défenseurs des droits de l'Homme vont avoir du pain sur la planche au Conseil l'an prochain, souligne Peggy Hicks, de Human Rights Watch. Les pays réellement attachés à faire avancer les droits de l'Homme devront redoubler d'efforts », selon lui.

Source