<b>Le groupe NRJ pourrait décider de restituer au CSA la fréquence TNT de sa chaîne locale qui perd 1,5 million d’euros. Ce qui signifierait sa fermeture.


Jean-Paul Baudecroux, PDG de NRJ, souhaitait que NRJ Hits prenne la place de NRJ Paris sur la TNT, mais cela n’est pas possible. - DENIS ALLARD/REA



La chaîne locale NRJ Paris, en difficulté, pourrait disparaître. Le groupe NRJ n’en fait plus mystère aujourd’hui. La chaîne qui est diffusée sur la télévision numérique terrestre (TNT) francilienne perd près de 1,5 million d’euros (résultat opérationnel courant), pour un chiffre d’affaires compris entre 600.000 et 700.000 euros. Elle totalise plus d’un million de téléspectateurs.

« On a essayé de créer une chaîne locale et c’est très difficile. Le marché publicitaire local est quasi inexistant », a affirmé Jean-Paul Baudecroux, patron d’NRJ Group, ce matin, lors de la présentation des résultats 2013 du groupe, précisant qu’une « réflexion » était en cours sur cette chaîne de télévision. « On est en train de discuter avec le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) pour voir quelles options retenir ».

NRJ Hits sur la TNT ?

Dans un premier temps, le groupe NRJ a demandé au CSA s’il pouvait changer le format d’NRJ Paris. En clair, il souhaiterait qu’une autre chaîne de son groupe, NRJ Hits, qui est uniquement diffusée sur le câble, le satellite et l’ADSL, puisse, en plus, prendre la place de NRJ Paris sur la TNT. « Une chaîne de la qualité d’NRJ Hits mériterait d’être sur la TNT  », a ainsi dit Jean-Paul Baudecroux, ce matin. Celle-ci marche bien : elle totalise plus de 5,9 millions de téléspectateurs et a enregistré l’an dernier un bénéfice d’un million d’euros, pour 2,5 millions de chiffre d’affaires. Saisi par NRJ Group, le CSA n’a pas rendu sa réponse au bout de deux mois, ce qui signifie un refus.

Un groupe audiovisuel ne peut en effet pas faire tout ce qu’il veut quand il obtient une fréquence. Normalement pour qu’une chaîne ait l’autorisation d’émettre sur la TNT, elle doit participer à un appel à candidature du CSA. Dès lors que faire ? Aujourd’hui, « on réfléchit à restituer la fréquence Ile-de-France d’NRJ Paris au CSA, ce qui aboutirait à l’arrêt de la chaîne, a indiqué Jean-Paul Baudecroux aux « Echos », en marge de la présentation. « Nous devons consulter nos instances sociales avant », a-t-il ajouté.

Les fréquences TNT, des denrées précieuses

Lorsqu’une fréquence est restituée au CSA - cela a été le cas de Canal J, AB1, TPS Star, CFoot dans le passé -, l’autorité de régulation de l’audiovisuel doit alors réaliser une étude d’impact économique sur le marché de la télévision, avant de décider si elle lance un appel à candidatures pour réattribuer ladite fréquence.

Les fréquences TNT sont précieuses car la TNT est le mode d’équipement favori des Français pour recevoir la télévision. Donc c’est la garantie d’audiences élevées. Aujourd’hui, on assiste d’ailleurs à une belle bataille de fréquences TNT. LCI (groupe TF1) et Paris Première (groupe M6) souhaitent passer de la TNT payante à la TNT gratuite , Planète (groupe Canal+) devrait, elle aussi, faire la même demande prochainement. M6 réclame par ailleurs à corps et à cri à avoir une fréquence TNT pour sa chaîne de télé-achat, diffusée sur le câble, le satellite et l'ADSL. Nul doute que si NRJ Paris rend sa fréquence, beaucoup se battront pour l’avoir, si toutefois le CSA décidait de la remettre en jeu.

lesechos.fr