mily: Arial, Helvetica, sans-serif">La plupart des internautes répètent le même mot de passe pour de multiples comptes
Au bonheur des arnaqueurs... (*)
17/04/2008, par Jordan Robertson


Se servir du même mot de passe pour de multiples pages Web est l’équivalent en ligne d’avoir une clé unique pour la maison, la voiture et le coffret de sûreté à la banque.

Même si le concept d’un mot de passe universel vaut de l’or pour les cybercriminels parce qu’ils peuvent l’utiliser pour subtiliser d’un seul coup toutes les données personnelles d’un internaute, près de la moitié des répondants d’un sondage récent ont admis faire ainsi pour tous leurs comptes en ligne.

Ironiquement, 88% des 800 personnes interrogées aux États-Unis et au Royaume-Uni - dans le cadre d'un sondage d’Accenture consultancy - ont indiqué que l’irresponsabilité personnelle était selon elles la clé du vol d’identité et de la fraude en ligne.

D'après les chercheurs, ces résultats suggèrent que plusieurs internautes sous-estiment la menace grandissante de cybercriminels qui font des masses de profits en revendant des identités volées.

Selon Robert Dyson, cadre supérieur à la sécurité globale chez Accenture, le problème avec l’usage répandu d’un mot de passe unique est qu’un pirate qui réussit à s’introduire dans un compte peut ensuite facilement deviner comment ouvrir une session dans les autres comptes de l’utilisateur.

Plusieurs internautes répètent le même mot de passe pour ne pas l’oublier. Le sondage indique que chez les répondants du Royaume-Uni, 70% d’entre eux ne consignent pas par écrit leur mot de passe alors que 49% des Américains agissent ainsi.

Seuls 7% des répondants ont indiqué qu’ils changent souvent leurs mots de passe, se servent d’un logiciel de gestion des mots de passe ou emploient un lecteur d’empreintes digitales pour accéder à leurs machines et à leurs comptes.

Le sondage s’adressait aux internautes qui se servent d’un ordinateur à la maison, possèdent une connexion haute vitesse et se rendent sur Internet au moins deux fois par semaine pour autre chose que le courriel. Les répondants ont été sélectionnés de façon aléatoire et ont été interrogés par téléphone. L’âge moyen des répondants est de 46 ans.

La marge d’erreur du sondage a été établie à plus ou moins 3,5% pour l’échantillon total et à plus ou moins 4,9% pour les échantillons américains et britanniques.




(*) : NDBJ - Imaginez à qui je songe...

v@ndutch @++