Il existe désormais des trousses de piratage sous licence d’utilisation.

Les pourriels sont au cœur d'un marché juteux.
Les kits de logiciels malveillants mis en vente par des pirates russes permettent de contaminer des ordinateurs pour se créer un réseau de PC Zombies capable d’envoyer des milliers de pourriels aux internautes. Les acheteurs doivent cependant se plier à plusieurs conditions: ne pas revendre la trousse à d’autres cybercriminels, ne pas tenter de l’analyser, ne pas la remettre à une société de sécurité informatique et payer pour chaque mise à jour. En cas de non-respect de cet accord, les concepteurs russes promettent de balancer les preuves d’infraction de leurs mauvais clients. «Je trouve leur stratégie très drôle», a déclaré un responsable de la firme de sécurité Symantec.

Les développeurs de solutions malveillantes font face sur le web à une vague de vols et de redistribution de leurs solutions malveillantes. Les pourriels, eux, se portent toujours bien, avec 71% du marché des courriels échangés dans le monde durant la seconde moitié de 2007, selon Symantec. Ils ont fêté samedi leur trentième anniversaire. C’est à Gary Thuerk, un spécialiste en marketing, que l’on attribue le premier exemplaire. Le 3 mai 1978, il avait envoyé un message promotionnel par modem auprès de 400 personnes du réseau Arpanet.