La diffusion par la télévision iranienne d'images de femmes en tenue légère lors d'évènements sportifs à l'étranger provoquait mercredi une nouvelle polémique entre les ultra-conservateurs, furieux du non-respect des règles islamiques, et les dirigeants des médias.

Le 28 juin, la télévision d'Etat, qui retransmettait en direct le match de Ligue mondiale de volley-ball remporté par l'Iran en Italie, a "laissé passer" des plans de supportrices iraniennes en t-shirt échancré ou en minijupe. Quelques heures plus tard, la télévision montrait furtivement la chanteuse Shakira en jupe très légère, assistant à la demi-finale de la Coupe des confédérations de football entre l'Espagne, pays de son compagnon Gerard Piqué, et l'Italie. Lors du match, la majorité des plans sur la vedette colombienne avaient été coupés.

La télévision applique des règles très strictes pour la diffusion de programmes étrangers et "recadre", ou tout simplement supprime, les images que la morale islamique réprouve.

Le code vestimentaire en vigueur en Iran oblige toutes les femmes à recouvrir leur corps, de la tête aux pieds, dans l'espace public.

Ces images ont provoqué la colère de députés conservateurs qui affirment que leur diffusion n'était pas conforme aux règles islamiques. Mercredi, l'hebdomadaire ultra-conservateur Ya Lessarat dénonçait -images floutées à l'appui- le comportement "scandaleux" de la TV, se demandant "A quand l'ouverture des cabarets! ".

Ces critiques ont été rejetées par le patron de la radio-télévision iranienne (Irib), Ezzatollah Zarghami, directement nommé par le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

"Lors des matches de volley-ball, les spectateurs sont très proches du terrain et certaines femmes portent des vêtements inappropriés, rendant la situation difficile" pour le cadrage des images, a expliqué M. Zarghami.

"La seule solution, c'est de ne pas diffuser ces matches", a-t-il dit, assurant regretter la diffusion de ces images "contraires à la charia". "Mais si on ne montre pas ces matches, les téléspectateurs vont se tourner vers les chaînes satellitaires" non censurées, a-t-il assuré.

La télévision a donc retransmis le second match entre l'Iran et l'Italie, le 30 juin, "avec 7 secondes de retard pour supprimer certaines images ou les remplacer par des images d'archives", a précisé M. Zarghami. Il a ajouté que ces "mesures" avaient en retour "provoqué l'énervement des téléspectateurs", perdus entre les points joués en direct ou en différé.

"Notre tâche sera encore plus difficile lors des rencontres avec Cuba (les 5 et 6 juillet) à cause de la chaleur et les image seront encore pires", a prévenu le patron de l'Irib, ajoutant ironiquement: "la prochaine fois, nous enverrons nos amis offrir des survêtements aux femmes qui assistent aux matches".

www.7sur7.be