<b>L'exposition "Les dinosaures : La vie en grand" débute aujourd'hui au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. Retour sur un phénomène qui ne semble jamais vouloir s'éteindre.Atlantico : L'exposition "Les dinosaures : La vie en grand" débute aujourd'hui au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris. L'attrait des enfants pour les dinosaures semble perdurer à travers les générations, peut-on parler de phénomène indémodable ?

Alain Cabot : Oui et non. Avant les années 90, les dinosaures étaient un sujet qui n’intéressait globalement que la communauté scientifique. L’engouement du grand public, et plus particulièrement des enfants, pour les dinosaures a ainsi été quasi inexistant jusqu’à cette période. J’ai fait partie de ceux qui ont monté les premiers musées de dinosaures en France au début des années 90, date à laquelle « Jurassic Park » est sorti. En tant que témoin privilégié je peux affirmer sans exagération que ce film est responsable à lui seul, ou presque, de l’intérêt soudain des jeunes publics pour ces créatures disparues.Peu après les médias ont emboîté le pas en consacrant énormément de documentaires, d’émissions ou de dessins animés sur la question, installant ainsi de manière durable les dinosaures dans l’inconscient collectif.
Peut-on dire justement que l'apparition dans les années 90 de ces œuvres de vulgarisation (Jurassic Park, le dessin animée Denver...) a réussi à générer une réelle curiosité scientifique ?

Bien qu’il s’agisse avant tout d’une vulgarisation, on peut affirmer que les choses ont un peu évolué à l’heure actuelle. Au début des années 90, l’aspect scientifique du phénomène dinosaure était entièrement délaissée au profit du ludique : la populaire contraction du mot « Tyranausaurus Rex » en T-Rex en est l’illustration. Aujourd’hui on note cependant une véritable progression de l’intérêt des enfants pour l’apprentissage, et non plus seulement pour le côté spectaculaire du phénomène.
mily: arial">Par Alain Cabot | Atlantico.fr – il y a 3 heures