Le président de l'UEFA, questionné sur l'affaire des montres offertes durant la Coupe du monde, n'a pas caché sa surprise.

Son avis était attendu. Et il n'a pas tardé à arriver. Michel Platini, président de l'UEFA, s'est déclaré vendredi «surpris du fonctionnement de la Fifa» suite à la polémique des montres de luxe. «Dans cette affaire, je suis surpris, a déclaré Platini. Premièrement, je suis surpris du montant de la valeur de la montre. Et ensuite, je suis surpris du communiqué de la Fifa: si le comité d'éthique n'était pas content, il devait nous le dire il y a quatre mois au Brésil quand on a reçu ces montres. Mais, là, c'est uniquement après un article dans la presse anglaise qu'on nous dit par communiqué: «C'est tout de suite qu'il faut rendre les montres». Je n'aime pas la formulation de la Fifa et je suis surpris de son fonctionnement».

«Je n'ai pas été élevé comme ça, dans mon éducation, moi les cadeaux je ne les rends pas, je vais demander la valeur exacte de la montre, et je vais donner la valeur de cette montre à une association, je vous dirai à qui je donnerai cet argent. Mais je le répète, je suis surpris du fonctionnement à la Fifa». La Chambre d'investigation du Comité éthique de la Fifa a donné jeudi jusqu'au 24 octobre à plusieurs officiels pour restituer des montres de luxe offertes par la Fédération brésilienne en marge du Congrès de la Fédération internationale en juin.
L'instance brésilienne avait distribué à l'époque un sac contenant notamment des montres de la marque Parmigiani, un de ses sponsors, d'une valeur de 25.000 francs suisses (environ 19 000 euros) aux 28 membres du Comité Exécutif de la Fifa, aux représentants des 32 équipes qualifiées pour le Mondial 2014 au Brésil et aux 10 membres de la Confédération sud-américaine, selon le communiqué de la Fifa qui précise que les «dons» d'objets ayant plus qu'une «valeur symbolique ou modique» sont interdits par son Code éthique.