Merci Merci:  2
Likes Likes:  0
Dislikes Dislikes:  0
Affiche les résultats de 1 à 2 sur 2

Sujet : Mort de la légende du blues, B.B.King : Il avait «bluesé» tout le monde


  1. #1
    DZSatien Initié Avatar de sindbad002
    Inscrit
    Mar 2011
    Lieu
    Algerie
    Messages
    7 462
    Récepteur
    HD200S + GN2500HD
    TV
    samsung LED
    Remerciement / J'aime

    Mort de la légende du blues, B.B.King : Il avait «bluesé» tout le monde

    mily: Lucida Sans">B. B. King avait un blues universel
    mily: Lucida Sans">

    Eric Clapton, Les Rolling Stones, Mick Jagger ou encore U2, les enfants spirituels de B.B. King, la légende, le dernier des géants du blues, sont «orphelins» et ont un énorme chagrin d’amour, d’adoration et d’affection.


    Leur père est mort. Celui qui les avait inspirés, éclairés et guidés tel un phare. C’est un pan entier de la musique blues et universelle qui s’en va. Eric Clapton, 70 ans, celui qu’on aime appeler «Go» et «Slow Hand» durant la fameuse époque des années 1960, le «swinging London», ou encore «the british invasion», le guitariste hors pair ayant «tutoyé» B.B. King, soulignera la grandeur de ce monument du blues et le respect qu’il lui témoigne en postant une vidéo sur sa page facebook : «Je veux juste exprimer ma tristesse et dire merci à mon très cher ami B.B. King.
    Je veux le remercier pour toute l’inspiration et les encouragements qu’il m’a prodigués en tant que jeune joueur (de guitare) à travers les années et pour l’amitié qu’il a appréciée. Il n’y a pas grand-chose à dire. Parce que B.B. King a laissé une musique pure et unique. Il était un phare pour nous tous qui aimions ce genre de musique (blues). Et je le remercie du fond du cœur. Si vous n’êtes pas familier avec son travail, je vous conseille d’aller sortir chercher un album intitulé Live at the Regal (sorti en 1965).
    Où tout commençait pour moi comme jeune joueur (de guitare)». Le père et son fils, B.B. King et Eric Clapton, avaient immortalisé, bien que tardivement, en 2000, avec un album de blues royalement élégant : Riding with the King, lequel décrochera le Grammy Award du meilleur album traditionnel de blues — durant sa carrière, il recevra 15 Grammy — et sera certifié deux fois album multi-platinium aux Etats-Unis avec des pépites comme Ten long Years, l’éponyme Riding With The King, Three O’cloc Blues, ou encore Days of Old.
    Pour l’histoire, Eric Clapton a eu l’insigne honneur de jouer aux côtés de «paterne», B.B. King au Cafe Au Go Go, à New York, en 1967, alors qu’il avait à peine 22 ans. King et Clapton avaient déjà collaboré ensemble, mais c’était pour un seul titre Rock Me Baby pour l’album Deuces Wild.
    Lucille, son grand amour
    D’une grand générosité, B.B. King avait été «bluffé» dans les 1960 et 1970 par un certain Jimi Hendrix : «Jimi ne sonne comme personne mais comme lui-même. Il était comme Charlie Parker dans sa manière de jouer. Quand vous avez écouté Jimi Hendrix, vous avez su que c’était Jimi Hendrix. Il se présentait à travers son instrument…», rendra-t-il hommage à Jimi Hendrix après la mort prématurée de celui-ci.
    A travers sa carrière, B.B. King a su faire évoluer le delta blues, enfin «crossroad», copieux à couper au couteau, issu du Mississippi, et ce, en collaborant ou se produisant sur scène avec U2 avec le titre When Loves Comes to Town figurant dans Rattle and Hum (concert, album et film) en 1988, ou encore jouant dans la East Room de la Maison-Blanche avec Buddy Guy, Mick Jagger, Jeff Beck et bien d’autres et où le président Barak Obama lui avait donné la réplique en chantant Sweet Home Chigago. «Le blues a perdu son roi et l’Amérique a perdu une légende…», déclarera Obama à l’issue de l’annonce de la mort de B.B. King. «Ce matin, j’ai le cœur gros. B.B. King était le plus grand gars que j’aie jamais rencontré…», dira le grand guitariste Buddy Guy. Riley B. King, plus connu sous le nom de B.B. King (pour Blues Boy) est né dans le Mississippi en 1925.
    Guitariste, compositeur et chanteur de blues américain, il est considéré comme l’un des meilleurs et l’un des plus respectés musiciens de blues. B.B. King enregistre ses premières chansons en 1947 à Los Angeles pour RPM Records. La plupart de ses premiers enregistrements sont produits par Sam Phillips, qui créera plus tard Sun Records. B.B. King était également DJ à Memphis, d’où il tire son surnom «Beale Street Blues Boy». Dans les années 1950, il devient l’un des plus importants acteurs de la musique R&B, avec des succès tels que You Know I Love You, Woke Up This Morning, ou Please Accept My Love. En 1962, B.B. King signe avec ABC-Paramount Records B.B. King trouve le succès hors du monde du blues avec le titre The Thrill is gone en 1969.
    Il est également reconnu par le monde de la musique rock grâce à la première partie des Rolling Stones pendant leur tournée américaine de la même année. Bien plus que de marcher sur la voie de son idole T-Bone Walker, B.B. King a su créer son propre son grâce à un toucher inimitable. B.B.King, à travers 50 albums, laisse un son inimitable, un vibrato arraché de l’amour de sa vie, Lucille, la fameuse guitare électrique Gibson offerte au Pape Jean-Paul II, au Vatican. Il avait un son universel du blues. Le king est mort, vive le roi ! 
    ​Un "MERCI" fait toujours plaisir.

    La couleur de la peau n’y change rien. Ce qui est bon et juste pour l’un est bon et juste pour l’autre, et Dieu a fait de tous les Hommes des frères.

  2. Merci follina, alain55mer disent merci

  3. #2
    DZSatien Motivé
    Inscrit
    Nov 2011
    Lieu
    algerie
    Messages
    480
    Récepteur
    geant 2500 HD
    TV
    el yetima
    Remerciement / J'aime
    bonsoir
    la guitare ,il la faisait parler .. un géant

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
Nous contacter | DZSat | Archives | Haut de page