Le magazine Auto Plus fait l’objet d’une perquisition hier matin entre 9h et 17h30.

C’est dans le cadre d'une affaire d'espionnage industriel. Le journal a publié des photos de nouveaux modèles de véhicules Renault et le constructeur veut savoir qui, dans son entreprise, a transmis au magazine les clichés réalisés avec un téléphone portable à très bonne résolution. Les policiers ont saisi des ordinateurs, des disques durs ainsi que des photos.

Un journaliste a été placé en garde à vue, le journal ne sait pas encore pourquoi. "C'est une première dans l'histoire du journal et une première dans la presse automobile" font remarquer des journalistes d'Auto Plus.

On peut comprendre qu’un constructeur automobile soit mécontent de voir des photos de prototypes secrets mais de là à placer en garde à vue un journaliste, il y un pas que la démocratie de notre pays ne devrait pas laisser passer. On préfèrerait que la marque fasse le ménage chez elle sans en passer par là.

De son coté, Renault explique que la plainte n'est pas dirigée contre l'hebdomadaire, considéré "comme le dernier maillon de la chaîne dans cette affaire"