mily: century gothic">Plus qu’un effet de mode, le point-virgule tatoué sur le poignet a pour but de lutter contre la dépression, la toxicomanie, le suicide ou l’automutilation. A la découverte du projet Semicolon.

mily: century gothic">Au début du printemps 2013, Amy Bleuel souhaite rendre hommage à son père qui s’est suicidé peu de temps avant. Elle décide alors de se faire tatouer un point-virgule sur le poignet. Le choix de ce signe de ponctuation, de moins en moins utilisé dans l’écriture, n’est pas anodin. Alors que les auteurs peuvent choisir de dissocier deux propositions indépendantes par un point, le point-virgule annonce que la phrase n’est pas terminée.

De la même manière, ce symbole tatoué de manière éphémère ou durable, sur le poignet ou ailleurs, rappelle que ”l’histoire n’est pas encore terminée” pour les personnes qui ont tenté de se suicider et qu’il y a toujours un espoir. Consciente que son père n’est pas un cas isolé, Amy Bleuel décide de lancer un véritable mouvement pour aider tous ceux qui ”auraient pu choisir de mettre fin à leur peine, mais qui ont décidé de ne pas le faire“.