Max Schrems, un étudiant en droit autrichien, vient de lancer une action collective de grande ampleur à l'encontre de Facebook. Il invite tous les utilisateurs du réseau social qui se sentent lésés par les pratiques de la plateforme à le rejoindre pour une action en justice à l'échelle mondiale.

La croisade de Max Schrems contre Facebook continue : près de trois ans après avoir lancé l'initiative Europe vs Facebook, cet étudiant autrichien, qui a très tôt mis le doigt sur le stockage des données personnelles sur les serveurs du réseau social, a déjà déposé plus d'une vingtaine de plaintes à son nom contre l'entreprise américaine. Il vient de passer à la vitesse supérieure, en organisant une action collective à l'échelle mondiale.

Max Schrems a déposé une requête devant le tribunal de commerce de Vienne. La loi autrichienne permet à un groupe de plaignants de transférer à une seule personne, ici Max Schrems, ses demandes d'indemnisation. Sur son site, l'Autrichien de 26 ans explique qu'il compte réclamer 500 euros de dommages et intérêts pour chaque utilisateur de Facebook qui prendra part à cette class action. « Facebook a une longue liste de violations. Pour ce procès, nous avons choisi celles de bases, ou évidentes par rapport à la loi : la politique de confidentialité, la participation au programme PRISM, le Graph Search, les applications Facebook, le suivi sur d'autres pages Web (notamment via le bouton J'aime), les systèmes Big Data qui espionnent les utilisateurs ou encore le non-respect des demandes d'accès » explique Schrems.

L'initiative a le potentiel pour attirer un maximum de plaignants. Il est en effet possible d'y prendre part en 5 minutes, en remplissant un formulaire disponible en une multiplicité de langues, pour toucher un maximum des 1,30 milliard d'utilisateurs de Facebook. Quelques informations sont requises, et il faut donner une copie d'une pièce d'identité pour valider la demande. Pour les plaignants, l'action ne coûte rien : un organisme de financement allemand prendra en charge tous les frais en cas de défaite, mais gardera 20% des gains en cas de victoire. Il n'y a donc aucun risque à participer à cette action collective, qui recueille près de 40 000 plaignants à l'heure où ces lignes sont écrites.


Les informations liées à l'assignation, fournies après avoir rempli le formulaire.