<b>Windows 7 sortira officiellement le 22 octobre et arrivera dans un marché actuellement dans un certain marasme. La crise, le recul des ventes, la consolidation des installations et des budgets informatiques serrés voire mis en pause seront les challenges du nouveau venu, mais un autre sera bel et bien présent : son ancêtre Windows XP. Jusqu’à présent, Microsoft comptait n’autoriser le « downgrade » des machines vendues sous Windows 7 que pendant les six premiers mois suivant la commercialisation de ce dernier, mais la firme a finalement changé d’avis.


De 12 à 18 mois après l'arrivée de Windows 7

Pour adoucir les éventuelles migrations, la firme de Redmond a décidé en effet d’augmenter la période de downgrade de 12 à 18 mois. Il y a donc un flottement, qui fonctionne comme suit :
  • <LI itxtvisited="1">18 mois au maximum
  • Ou jusqu’au premier Service Pack
On peut en déduire qu’un Service Pack arrivera durant cette période, un peu plus d’un an après la sortie de Windows 7. Si l’on tient compte de la date maximale, cela porte donc jusqu’en avril 2011, ce qui devrait laisser bien plus le temps aux entreprises de prévoir un éventuel passage à Windows 7, sans même parler de Virtual XP pour les éditions Professionnelle, Enterprise et Intégrale.

Adoucir la transition

Originellement, le plan de six mois à compter de la commercialisation du système avait été sévèrement critiqué, beaucoup y voyant une période bien trop courte. Certes Vista est disponible depuis le 30 janvier 2007 et même depuis novembre 2006 pour les licences de masse, mais peu d’entreprises ont sauté le pas, le saut technologique étant important. Bien que Windows 7 soit globalement beaucoup plus attendu, les entreprises qui n’avaient pas fait la migration vers Vista se retrouvent dans la même situation.

Microsoft se montre prudent avec l’arrivée de Windows 7. Bill Veghte, vice-président de la section Windows chez Microsoft, a ainsi indiqué récemment que la firme s’attendait à une adoption lente du nouveau système après son lancement officiel. Si Windows 7 provoque en effet davantage d’excitation chez le grand public, ce n’est pas vraiment un critère qui entre en ligne de compte dans le monde professionnel.

La situation sera plus simple en revanche pour les clients bénéficiant de la Software Assurance. Les machines achetées sous Windows 7 peuvent être rétrogradées en effet à n’importe quelle version de Windows, y compris les moutures 95 et NT 3.51 en théorie.

Maintenant, Microsoft aura beau être conciliant sur les détails entourant l'arrivée de Windows 7, il manque désormais une information capitale : le tarif. Le programme des coupons d'échange sur les nouvelles machines commençant le 26, l'annonce officielle pourrait arriver cette semaine.