Une nouvelle chaîne francilienne, viàGrandParis, commencera à émettre ce vendredi sur le canal 34 de la TNT d’Ile-de-France. Cette nouvelle chaîne régionale, avec viàOccitanie (ex-TVSud) qui doit aussi commencer à émettre à Toulouse cette semaine, sont les premiers maillons d’un réseau de TV de métropoles porté par le magnat de l’immobilier et des médias Bruno Ledoux. A l’antenne de viàGrandParis sont prévus des JT de 8 minutes, des magazines faisant la part belle aux informations pratiques et aux sorties, mais aussi du divertissement avec la retransmission de concerts. En semaine de 6h à 9h, viàGrandParis diffusera une matinale avec les bons plans du jour pour les Franciliens et un flash-info trafic toutes les demi-heures.
Lancée un an après la chaîne BFM Paris du groupe Altice, viàGrandParis se veut plus francilienne que sa concurrente et moins axée sur l’actualité chaude. Installée à Suresnes (Hauts-de-Seine), l’équipe de viàGrandParis proprement dite comptera une vingtaine de personnes mais utilisera aussi des contenus et les journalistes des chaînes locales franciliennes. La chaîne, avec un budget initial de 4 millions d’euros en 2018, vise une audience d’un million de téléspectateurs par semaine et la rentabilité au bout de trois années.
Ce projet de chaîne qui fédère les chaînes locales (Canal Coquelicot, Telif Essonne, TVal, TV Fil 78, TVM Est Parisien, VOTV et Yvelines Première) baptisé initialement Telif, a mis trois ans à voir le jour. Il remonte à 2014, au moment d’un appel d’offres pour une chaîne TNT en Ile-de-France. Présélectionné en juin 2015 par le CSA, le régulateur était revenu sur ce choix sept mois plus tard, estimant le dossier incomplet et manquant de solidité financière. En juin 2016, le CSA a à nouveau choisi ce dossier face au projet « IFTV Service » des groupes Le Figaro (à 49%) et Secom (51%). L’actionnariat de la société viàGrandParis est composé pour moitié des télévisions locales, de Bruno Ledoux Holding Media (B.L.H.M.) à 25% et de Jean-Pierre Brunois, homme d’affaires également issu de l’immobilier et ancien actionnaire de France Soir, également à 25%.