Au début du mois de février 2008, la ministre de la Culture, Christine Albanel, et Christian Estrosi, alors secrétaire d'Etat à l'Outre-mer, démarraient une mission d'étude sur le déploiement de la télévision numérique terrestre (TNT) en Outre-mer.

Le rapport sur le sujet, réalisé par Alain Méar, conseiller au CSA, a été rendu jeudi 3 juillet au successeur de Christian Estrosi, Yves Jégo. Pour l'heure, sur la TNT, les territoires d'Outre-mer se résument à la présence de France Ô sur le bouquet de chaînes accessible en métropole.

Sur la base de ce rapport, Yves Jégo a annoncé un déploiement en trois temps entre 2010 et 2011 aux Antilles, en Guyane, en Nouvelle-Calédonie, à la Réunion, à Mayotte et en Polynésie française. Comme pour ce qui s'est passé en métropole, le CSA commencera par lancer un appel à candidature aux chaînes de télévision, privées comme publiques, souhaitant être présentes sur ce bouquet TNT.

Des chaînes locales privilégiées

Dans un premier temps, une dizaine de chaînes gratuites seront disponibles au premier trimestre 2010. Puis une dizaine d'autres à la fin de 2010. Enfin, après le 30 novembre 2011, soit la date d'extinction définitive de la télévision analogique, tout le reste des chaînes gratuites « que peuvent voir les téléspectateurs métropolitains », selon Yves Jégo cité par l'AFP.

Les deux premières étapes, en 2010, privilégieront les candidatures des chaînes locales, privées et publiques (le réseau RFO, TNTV à Tahiti, Canal 10 en Guadeloupe, Antilles Télévision, Antenne Réunion, Antenne Créole Guyane). Dès le lancement, c'est la norme de compression Mpeg-4 qui sera retenue, afin de permettre une future réception en haute définition.